Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 23/07/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

STRAET Jan van der


Ecole des anciens Pays-Bas

Philippe II recevant l'hommage de Malte

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 20512, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII9063
MA8552

Numéros de catalogue :
Primitifs des Pays-Bas P569

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
STRAET Jan van der

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc sur esquisse à la pierre noire et papier ocre. Annotation en bas, au centre : 'pianta' / 156[5]. Sous la date : 'della Strada fiamingho invento'. Annotation à gauche : 'figurata / p[er] vise / Re di / sisila'.
H. 00,322m ; L. 00,484m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, V, n° 225 (Stradanus) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin probablement issu de l'ensemble des dessins dits d'ordonnance collés et dorés de la collection d'Everhard Jabach acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin ne présente aucun des signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement des dessins Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. Sa présence dans les collections royales antérieurement à la Révolution est attestée par les timbres MN et R¿F. [L. 1899, L. 2207], apposés par l'administration des musées lors du récolement effectué en 1794. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage telles qu'on peut les restituer sont en accord avec la description donnée par l'une des notices de l'inventaire établi par Jabach en 1671. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Minute. Paris, Archives nationales, O1 1967. Inventaire des escoles d'Allemagne et Flandre contenant 309 dessins : 225 Un dessein ou il y a un emperur et une femme luy portent de p[r]esent et plusieurs figures entiere et autres sur de papier jaune a la plume lavé et rehaussé de 1 pied 9 pouce de long sur 14 1/2 pouce de haut de Jean Stradamus [Stradanus]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.6, p.1086, chap. : Ecole flamande, Carton 87 bis. (...) Num¿ro : 8552. Nom du ma¿tre : Idem [[ Strada, Jean /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 45. D¿signation des sujets : Une guerrière erprésentant l'Ordre de Malte, offre un oiseau au souverain de Naples. Dessin à la plume, lavé et relevé de massicot. Dimensions : H. 32 x L. 48,5cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis au Musée pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD38

COMMENTAIRE :
Modello d'un tableau décorant l'arc de triomphe érigé près du palais Strozzi pour l'entrée à Florence, le 16 décembre 1565, de Jeannne d'Autriche, épouse de François Ier de Médicis et soeur de l'empereur Maximilien II. Ce décor éphémère fut exécuté par les membres de l'Accademia del disegno sous la direction de Vasari, suivant le programme iconographique de Vincenzo Borghini. Stradanus fut chargé d'y peindre plusieurs tableaux glorifiant les Habsbourg. Notre dessin correspond à celui qui ornait l'arcade centrale, sur la façade arrière de l'arc de triomphe. La femme qui arbore la croix de Malte sur sa cuirasse tient la 'corona obsidionalis' (couronne du siège) ou 'corona graminea' qu'une ville offrait au général qui la délivrait d'un siège. Ainsi, l'allégorie de Malte offre la couronne au roi d'Espagne, Philippe II, grâce au soutien duquel don Garcia de Tolède, vice-roi de Sicile, put libérer l'île assiégée par les Turcs en 1565. Le libérateur est représenté à gauche du monarque comme l'attestent le blason sur son siège et la mention de son titre. (R. Bonnefoit in cat. exp. 'Partis pris : Jean Starobinski, Largesse', Paris, Musée du Louvre, 1994, n°8). Lire aussi A. Baroni in cat. d'exp. 'Stradanus 1523-1605, court artist of the Medicis', Bruges, Groeningemuseum, 2012, n° 15.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Personnes : Vasari, Giorgio+ - Philippe II, roi d'Espagne - Medici, Francesco I de'+ - Jeanne d'Autriche+ - Borghini, Vincenzo+ - Maximilien II de Habsbourg (1527 - 1576)+ - Garcia de Toledo, don, (1514 - 1578)
Sujets : Allégorie de l'Ile de Malte - Soumission de l'île de Malte - Philippe II recevant l'hommage de Malte
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - rehauts de blanc - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 8, p. 370