Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/02/2022 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PRIMATICCIO Francesco


Ecole bolonaise

Costume de Zéphir
Costumes des Fêtes, Mascarades. Théâtres, etc., de Louis XIV

Dessin

TECHNIQUES :
encre noire - lavis gris - aquarelle - lavis rose - plume - figure découpée et collée en plein

INVENTAIRES :
Collection Edmond de Rothschild
1686 DR/ Recto

LOCALISATION :
Réserve Edmond de Rothschild
Recueil de dessins : Costumes des Fêtes, Mascarades. Théâtres, etc., de Louis XIV - Tome II - 1604 DR à 1695 DR

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PRIMATICCIO Francesco
Dominique Cordellier

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME FRANCAIS
Inventaire Edmond de Rothschild, 1935

TECHNIQUES ET DIMENSIONS :
Plume et encre brune, encre noire, lavis gris, lavis rose. Découpé suivant les contours de la silhouette et collé en plein sur une feuille de doublage ombrée au lavis gris Filigrane de la feuille de doublage : fleur de lys en cornet (Proche de Gaudriault, 1995, no 648) Dimensions max. dessin : H. 27,3 ; L. 18,4 cm
Dimensions à la feuille : H. 00,284m ; L. 00,201m

HISTORIQUE :
Claude Pioche sieur du Rondray, 1733; Gilbert Paignon-Dijonval, 1810; Charles-Gilbert, Vicomte de Morel-Vindé, sa vente, 1819; Samuel Woodburn, Londres ; Colnaghi ; acquis par Danlos pour Edmond de Rothschild en 1889 ; don au musée du Louvre en 1935.
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1935

COMMENTAIRE :
Nous ignorons à quelle occasion fut conçue cette étude pour un costume de vent. Ailé et soufflant dans une longue corne qui lui sert de trompe, le personnage tient dans la main droite un éventail qui le caractérise comme un vent léger. Quant au coloris rose des nuées, il indique un vent agréable bien différent de Borée, le vent du nord, très souvent représenté en bleu, et de tous les vents tempétueux. Ces signes distinctifs, joints au fait qu'il est imberbe, permettent d'y reconnaître Zéphir. Cette identité est confirmée par la ressemblance d'une partie de ses attributs avec ceux du protagoniste principal d'une composition de Primatice conçue pour le décor du château de Fontainebleau : Zéphir poussant la flotte d'Ulysse, représenté dans la quatorzième composition des murs de la galerie d'Ulysse (connue par des copies dessinées). Elle est renforcée par le fait que la figure costumée ressemble, par son attitude et son action, à celle d'un dessin de Primatice (retouché par Rubens) qui représente Zéphir accompagnant les cygnes qui chantent la mort de Phaéton (Louvre, Cabinet des Dessins, Inv. 8570) et qui était une étude pour l'une des lunettes de la cinquième salle de l'appartement des bains, au château de Fontainebleau. Suivant une pratique dont il a usé fréquemment, Primatice s'est très probablement appuyé sur la même étude d'après nature pour développer ses deux projets. De ce fait, la disposition du corps dans le dessin du costume n'est pas celle d'un danseur. La conception du travestissement a néanmoins tenu compte des contraintes du bal en laissant les jambes et les pieds libres de mouvement. Le dessin du costume de Zéphir, qui, par le biais du mythe, trouve le moyen de représenter de l'immatériel et de l'invisible - le mouvement de l'air dans l'air, qui ne se perçoit qu'à ses effets -, offre un exemple de l'imagination fertile de Primatice dans ce domaine dès les années 1540. En effet, Primatice fut alors souvent requis pour donner les dessins des bals et des mascarades de la cour de François Ier et il en conçut dans différents registres thématiques : l'allégorie, les héros de la mythologie biblique (1693 et 1692 DR), les dieux et héros de la fable, les peuples des différentes parties du monde, voire les ornements de l'architecture ou le monde des bêtes. Ses dessins sont principalement conservés au Louvre, à Stockholm et à Florence. Par la culture qu'ils convoquent, par l'inventivité qu'ils déploient, par l'étonnement qu'ils sollicitent, par leur usage, totalement nouveau dans ce genre, de la couleur jusqu'alors réservée aux études de vêtements d'apparat ou aux figures des peuples des diverses nations, ils préludent à merveille aux dessins de costumes préparatoires aux ballets de cour et aux représentations théâtrales du XVIIe siècle. Bibliographie : Dominique Cordellier dans 'Masques, mascarades, mascarons', cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 19 juin - 22 septembre 2014), sous la dir. de Françoise Viatte, Dominique Cordellier, Violaine Jeammet et Hélène Grollemund, Paris, Louvre éditions, et Milan, Officina Libraria, 2014, p. 218, n°38, note 6; Dominique Cordellier, "Francesco Primaticcio, peintre et valet de chambre de François Ier : état de recherches conduites de 2006 à 2016 et nouvelles précisions", dans Luisa Capodieci et Gaylord Brouhot (dir.), "Il sogno d'arte di Francois Ier. l'Italie à la cour de France", Rome, 2019, p. 133-158. Dominique Cordellier, "Les dessins "d'accoutrement de masque" de l'école de Fontainebleau" dans catalogue "L'art de la fête à la cour des Valois", sous la dir. d'Oriane Beaufils et Vincent Droguet, château de Fontainebleau, éd. In fine, 2020, p. 211 (fig. 8); Dominique Cordellier dans « En scène! Dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild », cat. exp. Paris, musée du Louvre, du 27 octobre 2021 au 31 janvier 2022, sous la direction de Mickaël Bouffard, Victoria Fernández Masaguer et Jérôme de La Gorce, éditions Liénart et musée du Louvre, 2021, p. 96-97, cat. 20; V. Fernández Masaguer p. 13 et J. de La Gorce p. 20.

INDEX :
Lieux : Fontainebleau, château, Galerie d'Ulysse, oeuvre en rapport, Stockholm, Nationalmuseum, oeuvre en rapport, Florence, Biblioteca Nazionale, oeuvre en rapport
Sujets : Habillement - costume de bal - costume de mascarade

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 1, p. 14