Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Attribué à

GIORDANO Luca


Ecole napolitaine et sicilienne

Judith mettant la tête d'Holopherne dans le sac tenu par sa servante

Vers 1660

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 13561, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII20746
MA12554

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Attribué à GIORDANO Luca
C. Monbeig Goguel

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME ITALIEN XVIIè s

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
GIORDANO Luca
S. Causa, 2019

TECHNIQUES :
Plume, encre brune et lavis brun Restauré en 2006
H. 00,285m ; L. 00,395m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.9, p.1603, chap. : Ecoles diverses, volume 42. (...) Numéro : 12554.Idem [[ Inconnus /&. Désignation des sujets : Volume 42, ayant pour titre : Disegni. Autori diversi, tomo 2. Il est écrit sur la table qu'il contient cinquante huit feuilles et cent trente six dessins : le nombre des feuilles existe, mais il n'y a que cent vingt deux dessins, faits de différentes manières. Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [122 Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
Daté vers 1665, le dessin a été identifié par C. Monbeig Goguel comme devant revenir à L. Giordano ainsi que l'ensemble des feuilles provenant des albums de Cologne dispersés parmi les anonymes italiens. (C. Loisel, 2006). 'L'œuvre a été mise en relation avec quelques essais graphiques de Salvator Rosa auxquels Giordano aurait pu avoir accès à l'occasion de ses nombreux séjours à Rome ou à Florence. On a parlé pour Rosa et Giordano, d'interprétation 'éminemment poétique et spirituelle' d'une manière héritée de Ribera (C. Loisel, 2006). En réalité dans le dessin du Louvre, que l'on date généralement des années 1660, la virtuosité technique est mise au service d'un rendu dramatique qui transpose la scène dans la dimension du roman gothique. Les feuilles apparentées semblent se rapporter à des expériences nettement plus tardives allant de Füssli à Géricault. Giordano se montre plus proche que jamais de ceux que l'on appelle 'les peintres de l'imaginaire' (Ferrari & Scavizzi, 1992)' (S. Causa, 2019). Bibliographie : C. Loisel in 'Splendeurs baroques de Naples, dessins des XVIIe et XVIIIe siècles', dir. C. Loisel, cat. exp. Poitiers, 2006-2007, n° 51 O. Ferrari & G. Scavizzi, ''Luca Giordano : l'opera completa', Naples, 1992, II, p. 366, n° D44 S. Causa in 'Luca Giordano, le triomphe de la peinture napolitaine', ed. Stefano Causa, coll. Marco Liberato, Patrizia Piscitello, cat. exp. Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, 14 novembre 2019 - 23 février 2020 / Naples, Museo e Real Bosco di Capodimonte, 20 avril - 26 juillet 2020, p. 193, n° 46, repr. p. 149

INDEX :
Collections : Krahe, Lambert - Maratta, albums dits de
Personnes : Holopherne - Judith
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Judith et la tête d'Holopherne - Les peintres de l'imaginaire
Techniques : encre brune - lavis brun - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 6, p. 256