Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2021 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Triomphe de Scipion : la montée au Capitole

Vers 1532/1535

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3544, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII2007
MA1933

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio
E. Jabach

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, rehauts de blanc, sur deux feuilles de papier lavé beige réunies verticalement au centre. Traits à la sanguine. Angles gauches abattus, complétés et réintégrés (celui du bas). Collé en plein.
H. 00,416m ; L. 00,555m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, II, n° 242 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953), marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach, acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël : 242 Quantité de peuples qui portent des presents à un oracle en grand nombre de figures entieres à la plume lavé et rehaussé sur du papier roux de 23 pouces 1/2 de long sur 18 pouces de hault dudit [J. Romain]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Musée Napoléon. Dessins. Vol.2, p.260, chap. : Ecole romaine, carton 14. (...) Numéro : 1933. Nom du maître : Idem [[ Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Numéro d'ordre dans l'oeuvre du maître : 93 A. Désignation des sujets : Arrivée au Capitole. Dessin à la plume, lavé et rehaussé de blanc. Dimensions : H. 42 x L. 57cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 5francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD34 Note relative à la saisie informatique : Désignation des sujets : l'iconographie et la technique, précisées dans la notice n° 1933, concernent en fait les notices n° 1933 et 1934..

COMMENTAIRE :
Comme les feuilles du Louvre INV 3524, 3535 à 3542 et INV 3544 ce dessin est le petit patron d'une pièce de la tenture décrivant l'Histoire de Scipion', commandée le 11 juillet 1532 par François Ier à Marc Crétif, marchand italo-flamand demeurant à Bruxelles, après en avoir vu trois pièces tissées. Selon les « Acquis au comptant des dépenses secrètes » de François Ier, la même année, Primatice (« Francisque Boulongne ») fut payé pour avoir apporté dans les Flandres un petit patron de 'Scipion l'Africain' destiné à une tapisserie que le roi souhaitait faire exécuter à Bruxelles. S'agissant de la première mention de Primatice en France, il est vraisemblable qu'au moment de son départ d'Italie Giulio Romano, traditionnellement identifié comme l'auteur des patrons en relation avec cette tenture, lui a confié des 'modelli' pour qu'il puisse les soumettre au roi. La tenture, terminée en avril 1535, comprenait vingt-deux pièces représentant treize « Gestes » et neuf « Triomphes » de Scipion, vainqueur de la Deuxième Guerre punique en 202 av. J.-C. Les épisodes illustrés sont tirés de sources anciennes, principalement de l'Histoire romaine' de Tite-Live, des 'Histoires' de Polybe et de l'Histoire romaine' d'Appien, très diffusées à l'époque en Italie. Tissée d'or et de soie, la tenture de 'L'Histoire de Scipion' fut détruite en 1797 sur décision du directeur général du Garde-Meuble, Villette, pour en récupérer les matériaux précieux. Le Louvre conserve presque la totalité des éléments témoignant de cette œuvre grandiose : une feuille en rapport avec la suite des « Gestes » (Inv. 3535), neuf patrons pour les « Triomphes » (Inv. 3524, 3536 à 3542 et 3544) ainsi qu'un carton (Inv. 3534). Ces pièces, de qualité inégale, sont attribuées seulement en partie à Giulio, les autres étant considérées comme provenant de son atelier. Comme l'a fait remarquer F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 229 ; voir aussi B. Jestaz, dans 'Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins', par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, cat. exp. Paris, Grand Palais, 1978, p. 110), le sujet de la composition est emprunté à Appien ('Le Livre africain', LXVI, 293) : « Tous les participants sont couronnés ; ouvrent la marche des trompettes et des chariots chargés de butin ; on fait également défiler des maquettes de fortifications représentant les villes prises, ainsi que des tableaux ou des figurations des évènements ; ensuite, de l'or et de l'argent, en lingots et monnayé, ainsi que toutes sortes d'autres objets du même genre ; puis les couronnes attribuées au général, pour récompenser sa valeur, par des cités, des alliés ou les armées qu'il a commandées ». Giulio représente le cortège de soldats triomphant avançant de droite à gauche vers le temple de Jupiter Capitolin et laissant, derrière eux, la colonne de Trajan. La colline du Capitole est bien reconnaissable par l'obélisque de Ramsès II, qui s'y trouvait alors, et par la statue du Marc Aurel à cheval, qui n'y était pas encore, bien que le projet de cet emplacement date dès 1494. Une copie du dessin, en contrepartie, par P. P. Rubens, est conservée à Londres, au British Museum (1972,U.675). Cf. avec la réplique du dessin au Louvre (INV 3543). BIBLIOGRAPHIE : F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 227, 228, 302 n° 259 (avec erreur de numéro d'inventaire : 3549, au lieu de 3544), repr. vol. II fig. 474 ; M. Jaffé, « Rubens and Giulio Romano at Mantua », dans 'The Art Bullettin', XL (1958), 4 (décembre), p. 329, sous n° II ; cat. exp. Jules Romain, l'histoire de Scipion : tapisseries et dessins, par B. Jestaz, avec la collaboration, pour les dessins, de R. Bacou, Paris, Grand Palais, 1978, p. 110-113 ; Musée du Louvre, Cabinet des Dessins, 'Répertoire systématique des Fonds. I, La Collection Jabach', Direction des Musées de France, Paris, 1978, II, n° 242 ; N. Forti Grazzini, dans cat. exp. Giulio Romano, textes de E. H. Gombrich, M. Tafuri, S. Ferino Pagden et al., Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, Palazzo Ducale, 1989, p. 469-470 ; M. Aronberg Lavin, dans cat. exp. The Renaissance from Brunelleschi to Michelangelo: the representation of architecture, par H. A. Millon, V. Magnago Lampugnani, Venise, Palazzo Grassi, 1994, p. 675 n° 414 ; G. Bertini, N. Forti Grazzini, cat. exp. Gli Arazzi dei Farnese e dei Borbone - Le collezioni dei secoli XVI-XVIII, Colorno, Palazzo Ducale, 1998, p. 132 n° 15, repr. p. 133 ; Th. P. Campbell, cat. exp. Tapestry in the Renaissance - Art and Magnificence, New York, The Metropolitan Museum of Art, 2002, p. 346 ; D. Cordellier, dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, Paris, Musée du Louvre, 2004-2005, p. 77 sous note 2 ; E. R. Knauer, « The 'Battle of Zama' after Giulio Romano. A Tapestry in the American Academy in Rome, part I », dans 'Memoirs of the American Academy in Rome', L (2005), p. 232, repr. fig. 4 ; L. Angelucci, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par L. Angelucci et R. Serra, sous n° 32 ; 'Architettura e incisione negli anni di Giulio Romano', Guida alla mostra, sous la direction de Giulio Girondi, cat. exp. (Mantova, Museo Diocesano Francesco Gonzaga, 22 mars - 28 avril 2019), Il Rio Edizioni, Mantoue, 2019, p. 56 ; L. Angelucci, dans 'Giulio Romano a Mantova "Con nuova e stravagante maniera", cat. exp. (Mantoue, Palazzo Ducale, 6 octobre 2019 - janvier 2020), sous la direction de L. Angelucci, R. Serra, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, P. Assmann, P. Bertelli avec la collaboration de M. Zurla, Complesso Museale Palazzo Ducale di Mantova, éd. Skira, Milan, 2019, n° 25.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Rome, Campidoglio, Rome, Colonne Trajane, Londres, British Museum, oeuvre en rapport, Italie+, Bruxelles+, Flandres+, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Rome, Obélisque de Ramsès II, Rome, Statue de Marc-Aurèle
Personnes : Scipion - Primaticcio, Francesco+ - François Ier, roi de France+ - Rubens, Peter Paulus+ - Crétif, Marc+ - Villette+
Sujets : Triomphe de Scipion - Histoire romaine d'Appien - Histoire de Scipion - Histoire romaine de Tite-Live - Histoire romaine de Polybe - Livre Africain d'Appien
Techniques : encre brune - lavis brun - rehauts de blanc - plume - papier lavé de beige

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 107