Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 06/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

L'Apollon du Belvédère

Vers 1726/1732

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 23998, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14629
MA12129

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G406

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
Sanguine. Bord inférieur irrégulier. Trace de pliure horizontale au milieu. Taches et projections. Verso : en haut à gauche, 2 B au graphite, 2 repris à la plume et encre brune ; traces de frottement et griffonnages de sanguine. Filigrane : fleur de lys dans un cercle surmontant les lettres CB.
H. 00,580m ; L. 00,430m

HISTORIQUE :
Etait au folio 33 de l'album Bouchardon Edme -1-. Atelier de l'artiste de son séjour à l'Académie de France à Rome à son décès en 1762 ; collection de sa soeur Marie-Thérèse Bouchardon et son époux, François Girard ; legs à leur fils Louis-Bonaventure Girard ; legs à son cousin Edme Voillemier (1745-1827), fils de Nicole Catherine Bouchardon ; don à l'empereur Napoléon Ier à la demande de celle-ci ; entré au Louvre en 1808
Dernière provenance : Voillemier, E.
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1808

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1513, chap. : Ecole française, Volume B. (...) Num¿ro : 12129. Nom du ma¿tre : Idem [[ Bouchardon /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 2 B. D¿signation des sujets : Le même Apollon vu différemment. Dimensions : H. 56,5 x L. 42cm. Origine : Idem & Donné par Mr. Girard /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : la technique, précisée dans la notice n° 12128, concerne en fait les notices n° 12128 à 12229..

COMMENTAIRE :
Bouchardon a exécuté trois grandes copies entières de l'Apollon du Belvédère sur des feuilles aux dimensions semblables et portant toutes le même filigrane (une fleur de lys dans un cercle surmontant les lettres CB). Par rapprochement avec d'autres copies romaines, ce filigrane plaide pour une datation vers la fin du séjour de l'artiste à Rome (1726-1732 environ). Deux des feuilles portent au verso une esquisse à la sanguine pour la figure qui se trouve au recto. Bien qu'il porte le même filigrane, cet ensemble se distingue de la tête de l'Apollon du Belvédère, dont l'attribution à Bouchardon est incertaine (Inv. 35397). Les copies auraient pu être exécutées d'après la statue romaine en marbre qui fut placée entre 1523 et 1797 dans une niche de la cour des statues du Belvédère et qui se trouve aujourd'hui au Museo Pio-Clementino (Inv. 1015). Néanmoins, étant donné le socle très épais ainsi que la manière dont Bouchardon reporte les ombres sur les murs, il semble que l'artiste ait copié le moulage qui se trouvait à l'Académie de France à Rome plutôt que le marbre : « Vis-à-vis sont le Gladiateur, la Diane et l'Apollon ... ». Voir : Inv. 23997, Inv. 23999 (J. Trey, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. Ecole française. Edme Bouchardon. 1698-1762, n°22) L'artiste a dessiné la figure avec le torse vu de face, puis vu de trois quarts à gauche et à droite. Avant d'exécuter ces dessins très finis, il préféra peut-être esquisser à l'avance la silhouette de la statue et tester le point de vue : en effet, au verso de la vue de face et de la vue de trois quarts à gauche se devinent des ébauches à la sanguine de la figure telle qu'elle apparaît au recto (...) les copies montrent un point de vue da sotto in su (...) Dans ces deux dessins, il apparaît clairement que c'est l'anatomie de l'Apollon que Bouchardon a étudiée minutieusement. Un réseau très subtil de hachures courtes et très fines crée avec une grande souplesse le modelé des muscles sur le torse et les jambes. Les mains et les pieds, aux longs doigts, ainsi que la tête, ont été traités en détail, l'artiste s'attachant même à reproduire la délicatesse des boucles de cheveux ou à copier les lacets des sandales. En revanche, Bouchardon a dessiné très rapidement le tronc d'arbre, le serpent (avec un repentir pour la position de la tête) et le drapé de la chlamyde : les contours sont larges et repris et les hachures peu soignées et épaisses. Si le modelé du bras droit avec le raccourci de la main est réussi, le bras gauche est dans les deux cas maladroit dans ses proportions et montre des contours imprécis, avec des repentirs. Les jeux d'ombres et de lumière sont en tout cas savamment rendus (Anne-Lise Desmas, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, p. 76).

INDEX :
Collections : Girard, Louis Bonaventure - Voillemier - Girard, M.-Th. et F.
Lieux : Rome, Vatican, Musei Vaticani
Personnes : Apollon du Belvédère
Sujets : Apollon du Belvédère
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 85