Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Extase de sainte Catherine de Sienne

Vers 1723/1732

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 23910, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14541
MA12031

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G496

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme
Inspiré par CAFFA Melchiorre

TECHNIQUES :
Sanguine, contre-éprouvée. En bas à gauche, au graphite : Du Bernin. Verso : en haut à gauche, I A au graphite, I repris à la plume et encre noire. Filigrane : petite grappe de raisin.
H. 00,420m ; L. 00,285m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1501, chap. : Ecole française, Volume A. (...) Num¿ro : 12031. Nom du ma¿tre : Bouchardon, Edme. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er A. D¿signation des sujets : Dessins de Bouchardon dont M. Voillemier a fait hommage à l'Empereur au nom de M. Girard, neveu de Bouchardon, en octobre 1808. Apothéose de sainte Thérèse, d'après le Bernin. Dessin à la sanguine. Dimensions : H. 39 x L. 26,5cm. Origine : Donné par M. Girard. Emplacement actuel : Calcographie du Musée Napoléon. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40

COMMENTAIRE :
D'après l'Extase de sainte Catherine de Sienne composition sculptée par Melchiorre Cafa (1636-1667), terminé en 1667, marbre et stuc, autel majeur, église Santa Caterina a Magnanapoli, Rome. Contre-épreuve à la Bibliothèque royale de Stockholm (Inv. KB P1. AF 34 f° 39, voir Bjurström, 1982, cat. 814, f° 39). (J. Trey, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. Ecole française. Edme Bouchardon. 1698-1762, n°231) (...)L'Extase de sainte Catherine de Sienne, en marbre blanc et stuc, se détache sur un fond de marbres de couleur qui varient du jaune clair au marron foncé. Bouchardon voulut reproduire ces variations dans son dessin, ce qui explique les quelques traits griffonnés et les formes indéfinies, par exemple en haut à gauche, au-dessus du lys ou encore en bas à droite. Il inclut au premier plan, sans doute pour créer un effet de profondeur, la partie supérieure du tabernacle posé sur l'autel majeur (...)Dans cette sanguine exécutée rapidement, le jeune artiste ne s'est pas attaché aux détails, comme en témoignent le rendu maladroit des mains de la sainte et celui très faible de l'anatomie du petit ange. Tout le dessin n'est en fait qu'un réseau maîtrisé de hachures obliques ou curvilignes inlassablement répétées qui rendent à merveille le bouillonnement des nuages de stuc, le jeu de la lumière dans les drapés de marbre, et les volumes de cette scène représentée du bas au haut relief. Et avec une économie de moyens remarquable, l'artiste est parvenu à évoquer, par quelques petits traits plus appuyés sur le visage, l'expression d'extase de la sainte (Anne-Lise Desmas, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, pp. 110).

INDEX :
Lieux : Rome, Santa Caterina a Magnanapoli, oeuvre en rapport
Personnes : Catherine, sainte
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Sainte Catherine en extase
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 71