Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 22/03/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

MAZZUOLA Francesco


Ecole lombarde

Saturne dévorant un de ses enfants

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 6405, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII4710
MA4425

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
MAZZUOLA Francesco

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun.
H. 00,146m ; L. 00,105m

HISTORIQUE :
E. Jabach, Inventaire Jabach, escoles de Venise et Lombardie, n° 260 (Fran[cis]co Parmisano). - Acquis pour le Cabinet du roi en 1671, paraphe de J.- Ch. Garnier d'Isle (L. 2961) ; gravé par le comte de Caylus dans le recueil des Dessins gravés du cabinet du roi, f° 51 (n° 113)2 ; fragment du montage fait par Mallécot sous Ch.-N. Cochin. - Marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin probablement issu de l'ensemble des dessins dits d'ordonnance collés et dorés de la collection d'Everhard Jabach acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin ne présente aucun des signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement des dessins Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. Sa présence dans les collections royales à la date de 1752 est attestée par le paraphe de Jean-Charles Garnier d'Isle, contrôleur des Bâtiments du roi, apposé lors du récolement effectué en 1752 [L. 2961]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage telles qu'on peut les restituer sont en accord avec la description donnée par l'une des notices de l'inventaire établi par Jabach en 1671. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Minute. Paris, Archives nationales, O1 1967. Invantaire de 448 desseins des escoles de Venise et Lombardie : 260 Un homme tenant un enfant en ses bras un chievre devan luy contre un arbre figure entiere a la plume et lavé sur de papier blan de 6 pouce de long sur 7 pouce de haut dudit [de Fran[cis]co Parmisan[o]]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.3, p.575, chap. : Ecole de Parme, carton 39. (...) Num¿ro : 4425. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Parmesan /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 182. D¿signation des sujets : Sur le même carton deux dessins : l'un lavé sur crayon et rehaussé de blanc, représente les apôtres st. Pierre et saint Jean ; l'autre Saturne dévorant un enfant. [Il est à la plume et lavé.] [[à l'encre]] Ils ont été gravé tous deux par le Comte de Caylus. Dimensions : H. 15 x L. 9,5 cm ; H. 14,5 x L. 10 cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 50francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 août 1828 pour être reliés.] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD35

COMMENTAIRE :
Sur ce dessin, inspiré de la 'Théogonie' (133-138) d'Hésiode, on reconnaît Cronos (ou Saturne) assis en train de dévorer l'un de ses enfants. A ses pieds se trouve une faux, attribut qui accompagne la divinité et qui rappelle la castration qu'il infligea a son propre père, Ouranos, à la demande de sa mère, la Terre, désireuse de venger la cruauté de son mari qui l'obligeait à cacher ses enfants dans ses entrailles. A droite de Saturne, une roue symbolise l'unité ; au second plan, un personnage juvénile qui verse de l'eau peut être interprété comme le temps qui s'écoule de façon ininterrompue. La chèvre (allusion à Amalthée qui nourrit le petit Zeus ?) ajoute un élément bucolique à la scène, peut-être en souvenir de l'Age d'or auquel est souvent associé Saturne (Serra, 2015, n° 38). Ces deux derniers éléments ont aussi été lus comme deux signes du zodiaque, Verseau et Capricorne (Fischer, 1998, p. 182 ; Ekserdjian, 2006, p. 108). A. E. Popham (1971, I, n° 385 pl. 398) a daté le dessin du Louvre après 1531 ; A. Gnann (2007, I, p. 420 n° 449) plutôt entre 1524 et 1526. En revanche, Fischer (1998, p. 180) a suggéré de le dater de la période bolonaise de l'artiste car une autre version du sujet, plus épurée, conservée à Copenhague (Statens Museum for Kunst), présente au verso le dessin d'un centaure. Cette figure est en relation avec les études préparatoires (Chatsworth, collection du Duke of Devonshire,Inv. 791A) à l'estampe représentant 'Nessus, Hercule et Déjanire' (Londres, British Museum, Inv. W,2.44) gravée par le mystérieux Maitre F.P., collaborateur de Parmigianino à cette époque. Une gravure de Francesco Rosaspina (Bologne, Biblioteca Comunale dell'Archiginnasio, section Manuscrits et livres rares, XXX, 6), reproduisant un dessin autrefois dans la collection de Giovanni Antonio Armano (Paris, collection privée), constitue un autre témoignage des recherches menées par Parmigianino autour de ce sujet (Serra, 2015, n° 38). BIBILIOGRAPHIE : - A.E. Popham, 'Catalogue of the Drawings of Parmigianino', 3 vol. , New Haven and London, 1971, I, n° 385, III, pl. 398 - C.Fischer, 'Francesco Parmigianino, Saturn, and Nessus in Copenhagen', dans Gedenkschrift für Richard Harprath, par W.Liebenwein, A.Tempestini, Munique-Berlin 1998, p. 176-183 - D.Ekserdjian, 'Unpublished drawings by Parmigianino. Towards a Supplement to Popham's "catalogue raisonné", dans Apollo, 150, 1999, 450, p. 3-41, n°4 - M. Di Giampaolo, dans 'Parmigianino : i disegni', Turin, 2000, p. 195 sous n°15 - L.A. Prat, L'empire du temps, mythes et créations, cat. exp. (Paris, Musée du Louvre, 10 avril -10 juillet 2000), par A.Caubet, P.Pouysségur, L.A.Prat, p. 162 n°158 - M. Mussini, dans 'Parmigianino tradotto. La fortuna di Francesco Mazzola nelle stampe di riproduzione fra il Cinquecento e l'Ottocento', cat. exp. (Parme, Biblioteca Palatina, 2003), Silvana Editoriale Spa (Milan), 2003, p. 138 sous n° 252 - D. Ekserdjian, 'Parmigianino', Yale University Press, New Haven and Londres, 2006, p. 108, 274 note 107 - A. Gnann, 'Parmigianino: Die Zeichnungen', 2 vol., Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2007 (Studien zur internationalen Architektur- und Kunstgeschichte, 58), n° 449 - R. Serra, dans 'Parmigianino. Dessins du Louvre', cat. exp. Paris, Musée du Louvre, 17 décembre 2015 - 15 février 2016, Paris-Milan, 2015, p. 40 note 11, p. 96 sous n° 24 note 4, p. 98 n° 38

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Chatsworth, Duke of Devonshire Collection, oeuvre en rapport, Londres, British Museum, oeuvre en rapport, Copenhague, Statens Museum for Kunst, oeuvre en rapport
Personnes : Saturne - Zeus+ - Rosaspina, Francesco+
Sujets : MYTHOLOGIES - Zodiaque, Capricorne - Zodiaque, Verseau - Saturne dévorant ses enfants - Amalthée - Hésiode, Théogonie
Techniques : encre brune - lavis brun - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 3, p. 302