Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 21/08/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

HOLLAR Wenzel


Ecole allemande

Manchons, gants, éventail et loup noir

Vers 1642

Gravure

TECHNIQUES :
eau-forte

INVENTAIRES :
Collection Edmond de Rothschild
8892 LR/ Recto

Anciens numéros d'inventaire :
6601

LOCALISATION :
Réserve Edmond de Rothschild
Portefeuille 273

ATTRIBUTION ACTUELLE :
HOLLAR Wenzel

TECHNIQUES ET DIMENSIONS :
Eau-forte. Signé en bas de la composition 'WHollar fecit Aqua forti 1647', à droite 'Antuerpiae.,'.En haut à gauche à la plume 'fr. W.'.
Dimensions à la feuille : H. 00,110m ; L. 00,204m

HISTORIQUE :
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1935

COMMENTAIRE :
Entre 1642 et 1647, Hollar a créé neuf gravures avec des accessoires de mode, manchons de fourrure isolés ou accompagnés de mouchoirs, de gants, d'éventails ou de masques qui, selon certains historiens de l'art, témoignaient du fétichisme de l'artiste. Le loup, dont la mode est apparue au XVIe siècle, demi-masque de velours ou de satin, il descend du touret qui, au XIIIe siècle, était une « bande de toile traversant la face et couvrant le nez » ; l'expression exacte « touret de nez » est attestée en France en 1402 dans le 'Chemin de long estude' de Christine de Pizan, puis reprise par Marguerite de Navarre dans l'Heptaméron. Choisir comme sujet unique d'une gravure une nature morte, et spécialement une nature morte de fourrure, est une innovation dans l'art graphique du XVIIe siècle. Maîtrisant parfaitement la technique de l'eau-forte, Hollar suggère aussi bien la texture, la douceur que la chaleur des différents accessoires vestimentaires. La sensualité qui s'en dégage fait aussi bien appel aux sens (toucher, vue) qu'aux fantasmes : par-delà les objets, c'est la femme elle-même que le spectateur imagine, sa délicatesse par la dentelle, sa douceur par les fourrures, sa chaleur par le manchon - symbole évidemment sexuel, dans lequel la femme aussi bien que l'homme peut glisser la main -, son mystère par le loup. La présence de la pelote à aiguille tendrait cependant à minimiser ici ces allusions qui sont beaucoup plus évidentes dans d'autres eaux-fortes de Hollar, et cette nature morte pourrait ainsi être le reflet des nouvelles modes, présentant les objets indispensables à une femme de la bonne société qui s'apprête à quitter son domicile. (H. Grollemund in cat. exp. 'Masques, mascarades, mascarons', Paris, Musée du Louvre, 2014, p. 241 et 242, n°91) Bibliographie. : Penington, 1982, no 1951 ; New Hollstein, III, 2010, no 799.

INDEX :
Collections : Holloway, Marseille
Personnes : Pizan, Christine de + - Marguerite d'Angouleme, reine de Navarre+
Sujets : masque - Habillement - costume du XVIIème siècle

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 6, p. 40