Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 22/08/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

HOLLAR Wenzel


Ecole allemande

L'Hiver
Les Saisons

Vers 1643/1644

Gravure

TECHNIQUES :
eau-forte - burin

INVENTAIRES :
Collection Edmond de Rothschild
8860 LR/ Recto

Anciens numéros d'inventaire :
4066

LOCALISATION :
Réserve Edmond de Rothschild
Portefeuille 273

ATTRIBUTION ACTUELLE :
HOLLAR Wenzel

TECHNIQUES ET DIMENSIONS :
Burin et eau-forte. Signé en bas à gauche 'W. Hollar fecit 1643', en bas à droite '4'. Au dessous du trait carré 'The cold, not cruelty makes her weare / In Winter, furrs and Wild beats haire / For a smoother skinn at night / Embraceth her with more delight'. Filigrane: ancre dans un cercle, d'un type en usage en Allemagne et en Autriche, du type Briquet 464 à 472.
Dimensions à la feuille : H. 00,271m ; L. 00,200m
Dimensions au coup de planche : H. 00,261m ; L. 00,182m
Dimensions au trait carré : H. 00,243m ; L. 00,179m

HISTORIQUE :
Collection Bernhard Keller, marque au verso (L. 384) ; vente Stuttgart, Gutekunst, 22-31 mai 1871 ; acquis à cette vente par le baron Edmond de Rothschild ; don en 1935.
Dernière provenance : Rothschild, baron Edmond de
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1935

COMMENTAIRE :
Entre 1641 et 1644, Wenceslaus Hollar, alors établi à Londres, exécute trois séries successives d'eaux-fortes de jeunes femmes en buste, à mi-corps ou en pied, vêtues selon la saison qu'elles illustrent. Chacune d'elles est en outre identifiée par la lettre de l'estampe. L'Hiver appartient à la série de 1643-1644, dans laquelle les figures féminines en pied sont situées devant des paysages londoniens et accompagnées d'un poème en anglais. L'image de la femme masquée apparaît chez Hollar dans sa série de six eaux-fortes sur le costume, les Ornatus Muliebris Anglicanus (1638-1640) ; campée de profil devant un fond neutre, A Masked Woman (1639) porte deux accessoires caractéristiques de la femme anglaise : la cravate de fourrure et le masque qui protège du froid son visage. La composition de L'Hiver dérive de celles inventées par Callot dès les années 1610, mais plus encore de celle de sa 'Dame au masque' (v. 1620-1623): la figure féminine est placée sur un premier plan qui domine un paysage urbain, ici le quartier de Cornhill avec, à gauche, ses maisons aux cheminées fumantes et ses boutiques, et, à droite, le Royal Exchange surmonté de sa tour. Le masque est le même que celui décrit par Callot : couvrant le visage du front jusqu'au nez, il ne laisse apparaître que la bouche. Richard Gaywood exécuta une copie de la série en contrepartie en 1654, et Rombout van den Hoeye en publia avant 1662 une version sur laquelle les quatre saisons apparaissent devant un paysage nordique et dont la lettre, en néerlandais, n'associe plus à la représentation de caractère ouvertement séducteur. (H. Grollemund in cat. exp. 'Masques, mascarades, mascarons', Paris, Musée du Louvre, 2014, p. 242, n°92)

INDEX :
Collections : Posonyi - Keller, Bernhard
Personnes : Callot, Jacques, gravure en rapport - Gaywood, Richard, oeuvre en rapport - Hoeye, Rombout Van Den, oeuvre en rapport
Sujets : Allégorie de l'Hiver - hiver

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 6, p. 40