Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 27/09/2018 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

RUSSELL John


Ecole anglaise

Portrait de Francesco Bartolozzi (1727-1815).

1789

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 54690, Recto

LOCALISATION :
Sully II
Epi 6

ATTRIBUTION ACTUELLE :
RUSSELL John

TECHNIQUES :
Pastel sur papier beige marouflé sur toile tendue sur châssis. Châssis protégé par une planche de bois sur laquelle est collée une pièce de papier portant à la plume et encre brune : [Fran]/cesco/Printer/J. Russell 1789 et à la craie : W 1504.
H. 00,606m ; L. 00,457m

HISTORIQUE :
J.W.S. Tomkins - Galerie Thomas Le Claire, Hambourg. Sa lon du dessin, 2008. Don de la Société des Amis du Louvre. Commission du 6 juin 2008. Conseil du 11 juin 2008. Décision du 11 juin 2008. En possession du graveur Peltro William Tomkins (1759-1840), élève de Bartolozzi, Osnaburgh Street, Londres, puis par descendance à J. W. S. Tomkins à Ivy Lodge, 177 Loughborough Road, Brixton, SW, qui est cité en 1894 comme le propriétaire ; puis dans sa descendance. Vente Londres, Christie's, 5 juin 2006, lot 50, repr. Adjugé 25 000 livres sterling. Galerie Thomas Le Claire, Hambourg, en 2008. Acquis auprès de la galerie par la Société des Amis du Louvre pour être offert au musée (commission d'acquisition du 6 juin 2008, conseil artistique du 11 juin 2008). Restauré en 2018 (décadrage, dépoussiérage de la toile de marouflage et renforcement des déchirures de la toile sur trois des côtés à l'aide de papier Japon, ré encadrement dans un cadre emboîtant).
Dernière provenance : Société des Amis du Louvre
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 2008


COMMENTAIRE :
Ce portrait du peintre et graveur Francesco Bartolozzi (1727 Florence -1815 Lisbonne) est répertorié dans la monographie de George C. Williamson, John Russel, RA., London, 1894, p. 167. Le portrait a été gravé par Samuel Smith, qui avait épousé la fille de Peltro William Tomkins, Emma. Il s'agit du dernier pastel de Russell entré dans les collections du musée du Louvre. Le choix de cette œuvre s'expliquait par la volonté d'illustrer tout le talent du maître, déjà représenté par des portraits d'enfants et de femmes, mais par aucune œuvre appartenant à sa veine « sérieuse », où toute l'attention était accordée à la psychologie du modèle. Il permettait aussi de rendre hommage à l'une des personnalités du monde artistique européen dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. De son vivant, Francesco Bartolozzi fut en effet un graveur célèbre et recherché. Fils d'un orfèvre florentin,il se forma dans un premier temps à la peinture auprès de Domenico Ferretti, puis abandonna cette technique au profit de la gravure, qu'il perfectionna à partir de 1745 à Venise chez le graveur et éditeur Joseph Wagner. Il reproduisit alors les créations des maîtres vénitiens tels Piazzetta, Amigoni, Zuccarelli ou Marco Ricci. Après avoir ouvert son propre atelier en 1754, Bartolozzi séjourna à Rome,où il s'appliqua à graver les fresques du Dominiquin illustrant la vie de saint Nilus à l'abbaye de Grottaferrata, ainsi que plusieurs des œuvres dessinées du Guerchin qu'il réunit en recueil. À cette occasion, il perfectionna plusieurs procédés de gravure déjà existants, en particulier la « manière de crayon ». Remarqué dans la Ville éternelle par le libraire du roi d'Angleterre, Robert Dalton, envoyé en Italie afin de trouver un graveur capable de reproduire la collection de dessins italiens de la couronne britannique, il répondit favorablement à son invitation et partit en 1764 pour Londres, où il connut rapidement un très grand succès. Fin 1768, le Florentin comptait parmi les premiers membres de la Royal Academy, fondée le 10 décembre par décision personnelle du roi George III. Dans les mêmes années, sa collaboration avec l'éditeur John Boydell assurait aussi une diffusion européenne à son travail et, avec les années et le succès, à celui de ses collaborateurs et de ses élèves. En 1789, Bartolozzi acceptait de poser pour Russell, qui avait été élu à la Royal Academy l'année précédente. Les deux hommes avaient certainement eu plusieurs occasions de se rencontrer et de faire connaissance. Si l'on accorde quelque crédit à ce que Georges Charles Williamson, auteur en 1894 de la première monographie dédiée à Russell, indiquait dans son catalogue des œuvres du maître, ce fut l'un des élèves de Bartolozzi, Peltro William Tomkins (1759-1840), qui commanda l'effigie du graveur au pastelliste. Semble-t-il restée dans sa descendance jusqu'en 2006, l'effigie livre une image sensible du modèle. Toute l'attention s'est portée sur son visage, l'habit à larges revers, le liseré bleu du gilet et la cravate de linon plissé étant peints avec liberté et une remarquable économie de moyens. L'expression presque inquiète,l'homme se révèle dans sa continuelle insatisfaction et crainte de ne plus plaire (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 128, p. 264-265). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 128.

INDEX :
Personnes : Bartolozzi, Francesco
Techniques : pastel