Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 13/01/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ROSSO FIORENTINO


Ecole florentine

Une Sybille et un ange? La Visitation ? Vertumne et Pomone ?

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 52967, Recto

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
ROSSO FIORENTINO

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
BUONARROTI Michelangelo

TECHNIQUES :
Sanguine. Papier filigrané (filigrane dans son cercle et contremarque). Au verso, visible par transparence : 'Figure nue debout'.
H. 00,206m ; L. 00,174m

HISTORIQUE :
Trésor national, achat dans le cadre des dispositions fiscales instaurées par la loi du 4 janvier 2002, relative aux musées de France, et avec le mécénat de la société AXA.
Mode d'acquisition : achat avec une aide extérieure
Année d'acquisition : 2003


COMMENTAIRE :
Anciennement attribué à Michel-Ange, ce dessin a été assigné à Rosso par K. Kusenberg (dans Zeitschrift für Bildende Kunst, 65, n° 4, 1931-1932, p. 85-90 ; Idem, 'Le Rosso', Paris, 1931, p. 143 n° 55). Son avis a été partagé par B. Berenson ('The Drawings of the Florentine Painters', Chicago, 1938, n° 2446 A), P. Barocchi ('Il Rosso Fiorentino', Rome, 1950, p. 206-207, note 8) et A. E. Carroll ('Rosso Fiorentino...', Washington, 1988, n° 117). L'empreinte michelangelesque est si marquée que K. Kusenberg (op. cit.), suivi par P. Barocchi (op. cit.), datait la feuille de la période italienne de Rosso (avant 1530). Mais il soulignait en même temps sa parenté avec un dessin de Michel-Ange au Louvre (INV 704 verso) utilisé comme modèle par Rosso pour les stucs de la Galerie François Ier à Fontainebleau puis par Primatice par un détail de la Galerie d'Ulysse dans le même lieu. En effet, comme l'a suggéré A. E. Carroll (op. cit.) en insistant beaucoup sur les analogies du dessin avec les créations bellifontaines de Rosso, il pourrait s'agir d'une sorte de testament artistique de Rosso, réalisé peut-être en 1540, où l'artiste résume sa vision anguleuse et acerbe de la figure humaine. L'iconographie énigmatique du dessin l'apparente à d'autres oeuvres françaises de Rosso et semble confirmer qu'il s'agit d'une création du maniérisme de l'Ecole de Fontainebleau. . Voir : D. Cordellier, dans la Revue du Louvre et des Musées de France, 5, 2003, p. 16-17. J. Adhémar, Le Dessin français au XVIe siècle, 1954, n°19. Dominique Cordellier, Sur quelques dessins de Léonard Thiry, Luca Penni et Pierre II Biard en relation avec l'estampe, Dessiner pour graver, graver pour dessiner, I. Le dessin dans la révolution de l'estampe, 7è rencontres internationales du Salon du dessin, 28 et 29 mars 2012. Société du Salon du dessin, 2012, L'Echelle de Jacob.

INDEX :
Lieux : Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Fontainebleau, château, Galerie d'Ulysse+, Fontainebleau, château, Galerie de François Ier+
Personnes : Elisabeth, sainte - Pomone - Vertumne - Vierge Marie - Primaticcio, Francesco+
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - ange - Visitation - MYTHOLOGIES - sibylle - Vertumne et Pomone
Techniques : sanguine - filigrane