Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 13/05/2015 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Attribué à

GOYA Y LUCIENTES Francisco de


Ecole espagnole

'Su devocion, la consuela' ('Sa dévotion la console')

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins provenant de la Commission de récupération
REC 155, Recto

Numéros de catalogue :
Inv. Ecole espagnole k198

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Attribué à GOYA Y LUCIENTES Francisco de

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
GOYA Y LUCIENTES Francisco de

TECHNIQUES :
Grattoir, pinceau, lavie d'encre de Chine, traces de pierre noire, sur papier vergé blanc. Double trait d'encadrement au pinceau et au lavis d'encre de Chine. Annotation autographe, à la pierre noire, en bas : 'Su Devocion, la consuela'. Filigrane visible en haut à gauche, de la marque hollandaise J. Honig & Zoonen. Bordure dorée. Dessin restauré
H. 00,255m ; L. 00,180m

HISTORIQUE :
Javier Goya y Bayeu (1828) - Mariano Goya y Goicoechea (1854) - Federico de Madrazo et/ou Roman Garreta y Huerta (vers 1855-1860) - Paul Lebas, Paris - Vente anonyme, Paris, Hôtel Drouot, 3 avril 1877, n° 2 : 'La dévotion le (sic) console' - E. Féral - Eugène Rodrigues-Henriques (1853-1928), sa marque au centre (L.897) - Collection Paul Fourché, Orléans/Bordeaux (1840-1922), sa marque en bas à droite (L. 1039) - Rudolf Holzapfel, Paris (11.1940, n° 380). Acheté le 24 novembre 1940 par Friedrich Welz pour la somme de 1500 RM à Rudolf Holzapfel, 45 avenue des Peupliers, villa Montmorency, Paris, XVIe. Figure sur les « Eléments des inventaires d'acquisitions faites en 1940-43 par M. F. Welz au nom de la Landesgalerie » (Ministère des Affaires étrangères, carton 576/R27) comme étant déposé à l'Albertina en 1942. Transféré dans la maison privée de F. Welz à Sankt Gilgen en 1943 (environ 30 km à l'est de Salzbourg). Revendu par Friedrich Welz au docteur Peyrer-Heimstätt, le 1er juillet 1944, pour la somme de 6.000 RM. L'inventaire de la Landesgalerie de Salzburg mentionne que ce dessin a été détruit dans un bombardement le 17 novembre 1944, conformément à la déclaration que fit le docteur Peyrer aux Américains en 1947. Le quartier salzbourgeois où habitait le docteur Peyrer a effectivement été bombardé ce jour-là. Le dessin a été vendu en 1949 par Peyrer qui l'a cédé pour la somme de 8.000 schillings autrichiens au docteur Benesch pour le musée de l'Albertina à Vienne. Il y fut inventorié sous le numéro 30843. Le dessin a été retrouvé en 1950 au musée de l'Albertina par la section « réparations-restitutions » de l'Office central des biens et intérêts privés. Dessin restitué officiellement au gouvernement français le 12 mai 1950. Le dessin a été rayé des inventaires de l'Albertina le 11 novembre 195 Revenu en France le 26 décembre 1951 par le 9e convoi de Vienne. Déballé le 28 décembre 1951 (Ministère des Affaires étrangères, ARD, RA, C 445, P 108610). Se trouvait dans la caisse n° 14.Retenu par la 7e commission de choix du 28 mars 1952. Attribué aux musées nationaux par l'Office des Biens privés, séance du 22 avril 1952. Arrêté du ministère de l'Education nationale du 9 juin 1952. Au verso, cachets du Graphische Sammlung de l'Albertina (Vienne) et de la Landesgalerie (Salzbourg), suivies des annotations : 'n° 30843' (imprimé) et 'Lg. Inv. N° 380' au crayon. Pour consulter la base des MNR (Musées nationaux Récupération), adresse du site Rose-Valland : www.culture.gouv.fr/public/mistral/mnrbis_fr?
Dernière provenance : Office des Biens privés
Mode d'acquisition : Remis au musée
Année d'acquisition : 1952


COMMENTAIRE :
'Ce dessin fut seulement recensé par Gassier grâce à la mention dans la vente anonyme de 1877 (n° 2), avant d'être déposé au Louvre par l'Office des biens privés en 1952. Son insertion dans l''Album E' se justifie par le double encadrement qui borde plusieurs feuillets. L'absence de numérotation ne permet pas de l'insérer dans l'ordre actuel des dessins, toujours fondé sur la reconstruction de Gassier en 1973. (...) Le dessin E.1 ? (...) montre une vieille femme occupée entièrement à sa dévotion. (...) La position de sa canne, tracée d'un filet gris plus léger, presque interrompu au niveau du sol, apporte peu de soutien, à la différence du feuillet E. 49 ou de la page D. 21 de l''Album D', où elle est solidement campée au sol. (...) La vieille femme en prière, appuyée sur une canne bancale, symbolise l'autre face inquisitrice de l'Eglise qui réduit l'individu à être l'instrument d'un pouvoir absolu.' (L. Boubli, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inventaire Général des dessins de l'Ecole espagnole, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2002, RMN, n° 198, p. 174)

INDEX :
Collections : Rodrigues, Eugène - Madrazo - Féral - Lebas - Goya, Javier - Office des biens privés - Goya y Bayeu, Javier - Goya y Goicoechea, Mariano - Madrazo y Kuntz, Federico - Garreta y Huerta, Roman - Lebas, Paul - Féral, E. - Fourché, Paul
Lieux : Paris+, Paris, Hôtel des ventes Drouot+, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Sujets : prière - caricature - Goya y Lucientes, Francisco, Album D - Goya y Lucientes, Francisco, Album E - dévotion
Techniques : lavis gris - papier vergé - papier blanc - pinceau - lavis d'encre de Chine - grattoir - filigrane - pierre noire (traces)