Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 27/08/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Atelier de

CARRACCI Annibale


Ecole bolonaise

Paysage avec des figures près d'un fragment de statue colossale

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 7453, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII5283
MA4948

Numéros de catalogue :
Inventaire italien, t. VII Q751

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Atelier de CARRACCI Annibale

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
CARRACCI Annibale

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Attribué à CARRACCI Annibale
Catherine Legrand Loisel, 2004

TECHNIQUES :
Plume et encre brune sur traces de pierre noire, traces de sanguine par frottement. Traits d'encadrement partiels à la plume et encre brune. Collé en plein sur un montage de Ch.-N. Cochin (Mallécot).
H. 00,200m ; L. 00,302m

HISTORIQUE :
E. Jabach : Inventaire Jabach, IV, 'Escolle de Carrache et Moderne', n° 129 ('Anibal Carrache') ; acquis pour le Cabinet du roi en 1671 ; paraphe de J.-Ch. Garnier d'Isle (L. 2961) ; autrefois monté avec le dessin Inv. 8106 ; marques du musée (L. 1899 et L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin probablement issu de l'ensemble des dessins dits d'ordonnance collés et dorés de la collection d'Everhard Jabach acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin ne présente aucun des signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement des dessins Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. Sa présence dans les collections royales à la date de 1752 est attestée par le paraphe de Jean-Charles Garnier d'Isle, contrôleur des Bâtiments du roi, apposé lors du récolement effectué en 1752 [L. 2961]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage telles qu'on peut les restituer sont en accord avec la description donnée par l'une des notices de l'inventaire établi par Jabach en 1671. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Inventaire de 653 desseins de l'escolle des Carrache et moderne : 129 Un paisage ou il y a trois figures et un grand corps d'homme de pierre a la plume sur papier blanc de 14 pouces de long sur 10 pouces 1/2 de haut dudit [de Anibal Carrache]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.4, p.651, chap. : Ecole de Bologne, carton 45. (...) Num¿ro : 4948. Nom du ma¿tre : Idem [[ Carracci, Annibale /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 55. D¿signation des sujets : Sur le même carton deux dessins à la plume qui ont été gravés par le comte de Caylus. Le supérieur. L'inférieur sur lequel on remarque un torse colossal. Dimensions : H. 20 x L. 26 cm [[le supérieur]] ; H. 20 x L. 30 cm [[l'inférieur]]. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 30francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 août 1828 pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD36

COMMENTAIRE :
C. Loisel, dans son inventaire 2004, classe ce dessin parmi les paysages d'attribution incertaine : Annibale Carracci ou collaborateur (?). 'Une autre version de ce motif est conservée à la Biblioteca Reale de Turin (inv. 16096, Denis Mahon, cat. exp. 'Mostra dei Carrcci. Disegni', Bologne, Palazzo dell'Archiginnasio, 1956, n° 248) et porte au verso le texte du 'contrat de 1608' passé entre Annibale et ses élèves, sorte de conspiration amicale pour obliger le maître, malade et probablement dépressif, à continuer à travailler. Il est difficile de se prononcer sur l'attribution de chacune de ces deux versions. Le dessin du Louvre présente des repentirs bien marqués et de nettes différences de couleur de l'encre, plus foncée et plus dense à certains endroits, cependant la ligne ne vibre pas comme on pourrait l'espérer chez Annibale. Les mêmes remarques s'appliquent à la version de Turin qui présente de nombreuses variations de détail et un cadrage plus rapproché. Il est possible que l'invention de ce motif soit lié à une visite du parc Orsini à Bomarzo.' (C. Loisel, 'Musée du Louvre, département des arts graphiques, Inventaire général des dessins italiens, VII : Ludovico, Agostino, Annibale Carracci', Paris, RMN, 2004, n° 751, p. 304-305.) Voir également le dessin Inv. 7635. Ce torse évoque davantage la représentation sculptée que le corps humain lui-même. Il indique aussi le pouvoir de fascination exercé par la statuaire antique. Sa position rappelle que les antiques ont été retrouvés par exhumation. Un autre facteur, illustré par le naturaliste Ulisse Aldrovandi, est l'idée que la Nature imite l'art et s'imite elle-même, produisant par exemple des créatures de pierre au sein de la Terre. (D. Gamboni in cat. d'exp. "Une image peut en cacher une autre", Paris, Grand Palais, 2009, n° 26)

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Turin, Biblioteca Reale, oeuvre en rapport, Bomarzo, jardin des Orsini+
Sujets : paysage - statue
Techniques : encre brune - pierre noire - sanguine - collé en plein - sanguine (traces) - pierre noire (traces) - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 4, p. 106