Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 27/09/2018 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ANONYME FRANCAIS XIXè s


Ecole française

Portrait d'homme en buste.
Alexandre Marie Gosselin de Saint-Même ( 1745 ou 1746-1820)

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 35774, Recto

LOCALISATION :
Sully II
Epi 40

ATTRIBUTION ACTUELLE :
ANONYME FRANCAIS XIXè s

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Attribué à BERNARD Pierre
Xavier Salmon, 2018

TECHNIQUES :
Pastel et gouache sur vélin, tendu sur châssis. Au dos du carton de protection, pièce de papier portant à la plume et encre brune : Alexandre Gosselin de Sainctmême / né à Paris en mars 1745, marié à / Anne Elise Henriette d'Assailly. Mesures du cadre : H : 00,525, L : 00,425 et profondeur : 00,015.
Forme : ovale
H. 00,278m ; L. 00,230m

HISTORIQUE :
Inventaire manuscrit : « ce pastel ainsi que les 19 œuvres suivantes ont été transmis au Cabinet des Dessins par le Service des Œuvres d'Art en décembre 1973, comité du 6 décembre 1973. Conseil du 12 décembre, arrêté du 26 décembre 1973. Ampliation du 23 janvier 1974 » Le procès-verbal du comité du 6 décembre 1973 précise : «M. Chatelain évoque les œuvres mineures restées en souffrance, certaines d'entre elles depuis quarante ans, dans la réserve Lefuel : le mieux est de régulariser, sous la forme de dons anonymes, leur entrée dans les collections." A la suite des choix faits par les conservateurs, la liste suivante fut ainsi établie pour inscription sur les inventaires du musée du Louvre.
Dernière provenance : Anonyme
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1973


COMMENTAIRE :
Il y a tout lieu d'accorder quelque crédit à l'identification ancienne soigneusement consignée sur le carton de protection arrière du pastel. Alexandre Marie Gosselin de Saint-Même naquit à Paris en mars 1745, comme le précise l'annotation, ou en 1746, ainsi que les généalogistes le mentionnent (www.geneanet.org). Il fut avant la Révolution consul général de France pour le royaume des Deux-Siciles et commissaire général pour les relations commerciales de Naples à Marseille, avant d'être nommé sous le Premier Empire parmi les administrateurs généraux des subsistances militaires chargés de fournir et de manutentionner les vivres, le pain, la viande et le fourrage, en particulier pour l'armée des Alpes et pour l'armée d'Italie. Le 12 décembre 1820, l'homme s'éteignit à Marseille, où il avait fait partie de la loge écossaise de France, et où il s'était marié le 20 octobre 1784 en l'église Saint-Ferréol avec Anne Henriette Élise Assailly (1770-1859), qui lui avait donné deux filles, Anne Joséphine Laurette (1788-1829), mariée en 1808 à Robert Armand Denis de Senneville (1777-1851), et Mélanie (1790-1867), mariée la même année que sa sœur aînée à Jacques Alexandre de Romeuf (1772-1845). Le pastel dut rester dans la descendance de l'une ou de l'autre jusqu'à ce qu'il soit apporté au musée du Louvre dans des circonstances qui aujourd'hui nous échappent. Vêtu d'un bel habit bleu dont les broderies d'or sont tracées à la gouache, M. Gosselin de Saint-Même est représenté avec l'élégance qui seyait à sa fonction. De petit format, l'œuvre n'est pas sans adresse. Elle fut certainement peinte à Marseille. Le pastelliste qui s'illustrait alors dans la cité phocéenne était Pierre Bernard (1704-1777). Après une carrière qui l'avait conduit de Paris à Marseille, puis de Paris, où il fut reçu le 15 octobre 1750 à l'Académie de Saint-Luc, à Vienne, où il portraitura la famille impériale, il était revenu s'installer à Marseille, où sa présence semble attestée vers 1764. Peut-être fut-il dans ces années là l'auteur du pastel du Louvre. Si aucune œuvre sûre de l'artiste n'est aujourd'hui postérieure à 1769, on peut cependant noter de grandes affinités entre les portraits signés et datés des années 1760 et l'effigie d'Alexandre Marie Gosselin de Saint-Même, qui serait alors l'une des œuvres les plus tardives de ce pastelliste. La comparaison avec le portrait de M. de Bertet, signé et daté de 1765, et conservé au musée des Beaux-Arts de Nîmes (fig. 3. Inv. 48.2.15), nous semble en cela particulièrement justifiée. Notons enfin que l'épouse marseillaise de Gosselin, Anne Henriette Élise, était la fille d'Henry Louis Assailly (1733-1819) et d'Anne-Marie Bernard, née vers 1750. Pierre Bernardet Anne-Marie avaient-ils un lien de famille ou s'agit-il d'une simple homonymie ? (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 24, p. 72 à 73). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 24.

INDEX :
Personnes : Saint Même, Alexandre Gosselin de
Sujets : portrait
Techniques : pastel

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 28, p. 116