Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 08/10/2019 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

INGRES Jean Auguste Dominique


Ecole française

Portrait de mademoiselle Barbara Bansi

Vers 1797/1800

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 31287, Recto

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
INGRES Jean Auguste Dominique

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
SERGENT-MARCEAU Antoine François
Hélène Toussaint, 2003

TECHNIQUES :
Signé, en bas, à droite, au crayon : "Ingres, élève de David". Dessin restauré
H. 00,554m ; L. 00,404m

HISTORIQUE :
Probablement présenté par Ingres à son retour d'Italie en 1824 à son élève, Mme la marquise de Lannoy ; Mentionné chez Adolphe Moreau, Paris, au plus tard en 1858 ; Mentionné chez Alfred Stevens, avant 1884 comme l'indique une note manuscrite, rédigée dans le catalogue de la vente Albert Goupil en 1888 ; Acquise par Albert Goupil en 1884 au plus tard pour la somme de 500 Francs ; Vendu à l'Hôtel Drouot lors de la vente organisée du 23 au 27 avril 1888 ( lot n° 336 ) ; Vendu pour 2700 Francs à Louis Lefebvre de Viefville ; Passe dans la possession de sa fille Mlle S. Lefebvre de Viefville, Paris ; Legué au Musée du Louvre en 1961
Dernière provenance : Lefebvre de Viefville, Louise
Mode d'acquisition : legs
Année d'acquisition : 1961


COMMENTAIRE :
Hélène Toussaint propose d'identifier le sujet de cette œuvre comme étant Elisa Garnerin et attribuant la réalisation de la composition à Sergent-Marceau. Cette identification par Hélène Toussaint, en 1980, du personnage comme étant Elisa Garnerin fut permis par la découverte, à l'arrière-plan, du parachute de l'aéronaute André-Jacques Garnerin. Selon elle, Antoine François Sergent-Marceau avait réalisé un portrait de sa fille Elisa. Son hypothèse d'identification à cet artiste plutôt qu'à Ingres est appuyé par la présence à l'arrière-plan d'un édifice du Campo Santo de Gênes qui ne pouvait être connu de Jean-Auguste-Dominique Ingres au début du XIXème siècle. La signature portée en bas du dessin 'Ingres élève de David' serait donc apocryphe. ( Hélène Toussaint, 'Le portrait d'Elisa Garnerin par Sergent-Marceau (1751-1847). Un dessin du Louvre' dans Revue du Louvre, 2003, n°4, pp.70 à 74 ) Cette identification n'a pas été contesté par Louis-Antoine Prat qui la mentionne dans diverses publications ( Louis-Antoine Prat, 'Le dessin français au XIXe', Paris, Louvre éditions, Musée d'Orsay Somogy, Editions d'Art, 2011, p.157 ; Louis-Antoine Prat, 'Ingres', Paris, Musée du Louvre, Milan, 5 Continents, 2004, p.11 ) Le format de la feuille de papier de cette œuvre illustre une ambition plus grande et application plus sensible d'Ingres. Il s'agit probablement de la première tentative du jeune artiste d'unir portrait et paysage. La présence de la montgolfière et du parachute en arrière-plan, évoque un évènement précis : la saut en parachute de l'aéronaute A.-J. Garnerin à partir d'un ballon perdu. Une gravure de S.Petit rend très exactement compte de cette expérience qui eut lieu dans la plaine Monceau, le 22 octobre 1797. ( Cat. d'exposition : 'Revoir Ingres : LXXIè exposition du Cabinet des dessins' [Paris, Musée du Louvre, du 28 septembre au 17 novembre 1980] sous le commissariat de Jean Méjanes], tiré du Petit Journal des grandes expositions, n°98, Paris, RMN, 1980] )

INDEX :
Collections : Lefèvre de Viefville
Lieux : Gênes, Campo Santo+
Personnes : Bansi, Barbara - Garnerin, Elisa - Garnerin, André-Jacques+
Techniques : estompe - papier beige - pierre noire - rehauts de blanc

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 26, p. 312