Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 26/08/2009 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BECCAFUMI Domenico


Ecole florentine

Femme nue assise, accoudée, vue de face : Io ou Sémélé ?

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 274, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII23102
MA12584

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BECCAFUMI Domenico

TECHNIQUES :
Pierre noire. Annotation à la plume et encre brune en bas à droite : 'mecarin'.
H. 00,132m ; L. 00,104m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ;"dessin non collé ni doré" dit du "rebut"- acquis pour le Cabinet du Roi en 1671 ; marque du Louvre (L.1886).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1690, chap. : Ecoles diverses, 2ème boîte. (...) Num¿ro : 12584.Inconnus. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er à 1097 compris [[petit trait oblique / au crayon]]. D¿signation des sujets : Dans la boite de bois n° 2, sont renfermés onze paquets de dessins dont la très majeure partie n'est partie trois mots barrés à l'encre n'est point collée ; ils sont faits de différentes manières. Chacun des dix premiers paquets en contient cent, et le onzième quatre vingt dix sept ; en tout 1097, y compris les contr'épreuves et les moindres croquis. Origine : Idem [[ Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [Vu] signe de récolement barré de plusieurs traits au crayon [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sous le n° d'ordre]]. Annotations marginales sur l'inventaire : [ [[Nouveau n°]] 2] [[à l'encre / dans la marge / à gauche du n° d'ordre]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
Désignée comme de Beccafumi par l'annotation ancienne 'mecarin' portée sur la feuille, cette étude a été mise en relation par D. Sanminiatelli ('Domenico Beccafumi', Milan, 1967, p. 158 n° 92) avec un dessin de la Biblioteca Comunale de Sienne (S. III. 2, c. 15 r°) exécuté par un imitateur de Beccafumi où la figure apparaît sous une représentation de Jupiter dont le dessin original de Beccafumi est conservé au Louvre (INV 10756, Ibidem, p. 160 sous n° 99). Le même historien estime que toutes ces feuilles témoignent indirectement du 'quadro a tempera, dove Giove si converte in pioggia d'oro, et piove in grembo a Danae' [« tableau à la détrempe où Jupiter se change en pluie d'or et pleut au sein de Danaé »] que mentionne Vasari à la fin de la biographie de Beccafumi (G. Vasari, 'Le vite de' più eccellenti pittori scultori e architettori, nelle redazioni del 1550 e 1568', éd. par R. Bettarini et P. Barocchi, 6 vol., Florence, 1966-1987, V, p. 177) et qui est aujourd'hui perdu (D. Sanminiatelli, cit., p. 179 n° 9). L'identification, admise par toute la critique, est fragile. Danaé, comme le raconte Ovide ('Métamorphoses', IV, 610-611 ; 697-698) était tenue recluse par son père, Acrisios, le roi d'Argos, qui savait par un oracle que l'enfant qui naîtrait de sa fille lui ôterait la vie. Mais Jupiter, sous la forme d'une pluie d'or, s'immisça dans le lieu et féconda Danaé. Dans les dessins de Beccafumi et dans leurs copies, nul lieu plus ou moins clos : la jeune femme semble adossée à un rocher et Jupiter plane au-dessus d'un paysage. Nulle pluie d'or non plus. Il faut donc imaginer une représentation atypique du sujet, comme le suppose B. P. Gordley ('The Drawings of Beccafumi', Princeton Univ., Ph. D., 1988, p. 229, 230, 406 n° 105), pour justifier l'identification proposée par D. Sanminiatelli (cit.). Or, les oeuvres conservées de Beccafumi montrent au contraire son attention aux textes, qu'ils soient mythologiques, historiques ou bibliques. Par ailleurs, contrairement à ce que suppose A. De Marchi (dans cat. exp. Domenico Beccafumi e il suo tempo, Sienne, Chiesa di Sant'Agostino, Pinacoteca Nazionale, Duomo, Palazzo Pubblico, Oratorio di San Bernardino, Spedale di Santa Maria della Scala, Palazzo Bindi Sergardi, 1990, p. 412-414, 413 fig. 3a, p. 473 sous n° 138) les deux dessins de Beccafumi conservés au Louvre ne sont pas deux parties d'une même feuille qui juxtaposées recomposeraient l'étude préparatoire du tableau disparu. En fait, par rapport au sens de lecture du sujet, les lignes de chaînette du papier qui portent la prétendue Danaé sont verticales alors qu'elles sont horizontales pour le papier où est dessiné le prétendu Jupiter. Il en découle que, si les deux études étaient tracées sur la même feuille, ce qui est possible puisque les lignes de chaînette ont le même écartement sur les deux fragments, elles étaient perpendiculaires l'une par rapport à l'autre. L'hypothèse avancée par D. Sanminiatelli (cit.) est donc loin d'être vérifiée. Le caractère mythologique du sujet semble néanmoins vraisemblable et l'association de l'étude de femme nue avec le Jupiter surgissant des nuées, incontestable, parce que la copie de la bibliothèque de Sienne renvoie à une seule et même composition. B. P. Gordley (cit.), qui adhère à cette thèse et souligne la beauté du parallèle entre l'attitude de l'Amour et celle de la jeune femme, écarte, sans bonne raison, l'idée d'une représentation de 'Jupiter et Io' : Jupiter usa de l'artifice d'une épaisse nuée pour s'unir à Io et le cours d'eau au loin pourrait faire allusion à l'Inachus, le fleuve, père de Io (Ovide, 'Métamorphoses', I, 568 sq.). L'hypothèse d'une éventuelle représentation de 'Jupiter et Sémélé' n'est pas à écarter non plus. Sémélé, fille de Cadmos et Harmonie, ayant souhaité connaître Jupiter dans tout son éclat, le dieu, dit Ovide ('Métamorphoses', III, 259-315), gagna les hauteurs de l'éther et assembla les nuages avant de s'unir à elle en la foudroyant. Dans le dessin, l'irruption fulminante de Jupiter depuis les nuées ne serait pas contraire à l'histoire. Quoi qu'il en soit, Danaé, Io ou Sémélé, l'étude de femme nue est à inscrire dans un contexte mythologique puisqu'elle a été copiée à côté d'études pour une 'Léda et le cygne' sur un feuillet provenant du carnet de l'ancienne collection Coghlan Briscoe publié par Liphart Rathshoff (« Un libro di schizzi di Domenico Beccafumi », Rivista d'Arte, vol. 17, 1935, p. 69 fig. 31) et aujourd'hui à Melbourne (National Gallery of Victoria, 1614/5 v°). Liphart Rathshoff (cit.), D. Sanminiatelli (cit.) et B. P. Gordley (cit.), considèrent que la pose de la femme dans la feuille du Louvre rappelle celle de certaines allégories peintes à Sienne tant au Palazzo Venturi (vers 1519) qu'au Palazzo Pubblico (1529-1535). Elle offre effectivement, avec l'amour de l'autre dessin, une version féminine de l'Allégorie de la Muta Benevolenza' qui apparaît dans la Sala del Concistoro. D. Sanminiatelli, (cit.) et B. P. Gordley (cit.) déduisent de ce rapprochement une datation du dessin, l'un, vers 1535, l'autre, au début des années 1530. A. De Marchi (cit.) et P. Giannattasio (dans P. Torriti, 'Beccafumi : Opera Completa', Milan, 1998, p. 315 D131, p. 315-316 sous D132), sur la base d'analogies de graphie avec les études d'anges pour les fresques du choeur du Duomo de Sienne (Florence, GDSU, n. 1268F), préfèrent reporter celle-ci vers 1540. Voir : D. Cordellier, 'Domenico Beccafumi' (Cabinet des dessins), avec la collaboration de L. Angelucci et R. Serra, Milan, 2009, n° 33. Voir aussi : J. Judey, 'Domenico Beccafumi', Berlin, 1932 [Freiburg i. B., Ph. D., v. 23. Sept. 1932], p. 145 n° 180.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Sienne, Duomo, oeuvre en rapport, Melbourne, National Gallery of Victoria, oeuvre en rapport, Sienne, Palazzo Pubblico, oeuvre en rapport, Sienne, Palazzo Venturi, dit après Agostini ou Bindi Sergardi, oeuvre en rapport, Florence, Galleria degli Uffizi, oeuvre en rapport, Sienne, Biblioteca Comunale, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Londres, collection Coghlan Briscoe, oeuvre en rapport, Argos+
Personnes : Danaé - Io - Sémélé - Amour+ - Jupiter+ - Vasari, Giorgio+ - Léda+ - Cadmos+ - Acrisios+ - Inachus+ - Harmonie+
Sujets : MYTHOLOGIES - Jupiter et Sémélé - Jupiter et Danaé - Métamorphoses, d'Ovide - Jupiter et Io
Techniques : pierre noire - papier lavé de beige

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 1, p. 43