Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/04/2010 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ROSSO FIORENTINO


Ecole florentine

Le rêve d'Hercule

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 14685, Recto

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
ROSSO FIORENTINO
E. A. Carroll

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME FRANCAIS XVIIè s

TECHNIQUES :
Sanguine et pierre noire. Annotation à la sanguine, en haut à droite : 'R[...]'. Trait d'encadrement à la pierre noire sur le bord de gauche. Découpé irrégulièrement sur le coté droit. Collé en plein.
H. 00,148m ; L. 00,113m

HISTORIQUE :
Princesse Louis de Croÿ ; don en 1930.
Dernière provenance : Croÿ-Dulmen, princesse Louis de
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1930


COMMENTAIRE :
Ce dessin, qui était classé parmi les feuilles des artistes anonymes français du XVIIe siècle, a été reclassé à Rosso Fiorentino en suivant une proposition faite par A. E. Carrol en 1971 (voir fichier de reclassement, Paris, Musée du Louvre, Cabinet des Dessins, réserve des très grand format). Il a été gravé par René Boyvin et mis en relation par E. A. Carroll ('Rosso Fiorentino, Drawings, Prints and Decorative Arts', National Gallery of Art, Washington, 1987-1988, p.344-345) avec le programme de décoration pour la visite à Fontainebleau du roi Charles Quint à la fin décembre 1539. S. Béguin ('Empédocle, un dessin inédit de Rosso', dans Paragone, 1976, n. 317-319, p. 80) interprète le sujet du dessin comme 'Hercule et Déjanire' alors que d'après A. Mugnaini (dans cat. exp. 'Il Rosso e Volterra', Venise, 1994, p.119-120) il s'agit d'Hercule et l'allégorie de la Luxure'.

INDEX :
Collections : Croÿ-Dulmen, princesse Louis de
Lieux : Fontainebleau+
Personnes : Hercule - Déjanire + - Charles Quint+ - Boyvin, René+
Sujets : Allégorie de la Luxure - masque - Le rêve d'Hercule
Techniques : pierre noire - sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 23, p. 444