Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 26/08/2009 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BECCAFUMI Domenico


Ecole florentine

Jonas (?) assis, tenant une tablette, avec deux putti

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 260, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1262
MA1218

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BECCAFUMI Domenico

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Copie d'après BECCAFUMI Domenico
B. P. Gordley, 1988

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, tracé préparatoire à la pierre noire, papier beige filigrané (fleur de lis dans un cercle). Annotation à la plume et encre brune, en bas à gauche : de Mecharino.
H. 00,332m ; L. 00,231m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959, au verso de l'ancien papier de doublage) - acquis pour le Cabinet du Roi en 1671 ; marque du Louvre (L.1886).
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.1, p.159, chap. : Ecole de Sienne, carton 11. (...) Num¿ro : 1218. Nom du ma¿tre : Idem [[ Beccafumi, Domenico /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 12. D¿signation des sujets : Un prophète accompagné de deux enfans. Dessin à la plume et lavé ; il est collé sur papier. Dimensions : H. 33,5 x L. 23cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 1francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié.] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD33

COMMENTAIRE :
Dans les inventaires manuscrits du Louvre (Morel d'Arleux ; F. Reiset) le personnage est identifié comme un prophète, peut-être Jérémie, et cette identification a été reprise par J. Judey ('Domenico Beccafumi', Berlin, 1932 [Freiburg i. B., Ph. D., v. 23. Sept. 1932], p. 145 n° 168). Vue la nudité juvénile du personnage, il s'agit sans doute de Jonas. Imperceptible dans un premier temps, l'hommage à Michel-Ange est ici patent : l'enfant à droite s'apparente au petit saint Jean du 'Tondo Doni' (1506, Florence, Uffizi) tandis que la figure de 'Jonas' (?) est inspirée de l'ignudo' peint au-dessus de la 'Sibylle Persique' à la chapelle Sixtine, au Vatican (1508-1512). Elle reprend aussi librement l'attitude de la 'Muta Benevolenza' que Beccafumi avait lui-même représentée à la voûte de la Sala del Concistoro au Palazzo Pubblico de Sienne (Rinaldo de Liphart Rathshoff, « Un libro di schizzi di Domenico Beccafumi », Rivista d'Arte, vol. 17, 1935, p. 45), mais elle en accentue les distorsions dans un sens que n'aurait pas désavoué Parmigianino. Ce caractère, joint à la fièvre du trait, à l'accentuation du clair-obscur et de l'expression, appartient au style des dernières années de l'artiste. La figure principale a d'ailleurs la large carrure et les jambes minces et fuselées des personnages représentés par Beccafumi dans les dernières compositions du pavement du Duomo de Sienne. Le détour de son attitude y a un équivalent dans la frise du 'Sacrifice païen' (1544, voir la femme tenant une amphore, repr. dans M. Caciorgna et R. Guerrini, 'Il pavimento del Duomo di Siena: l'arte della tarsia marmorea dal XIV al XIX secolo; fonti e simbologia', Milan, 2004, p. 216 fig. 162) et l'ensemble du dessin peut être mis en parallèle, malgré l'absence d'analogies strictes, avec les Sibylles et les Prophètes qui occupent les panneaux secondaires à droite et à gauche du 'Sacrifice d'Isaac' (1547, D. Sanminiatelli, 'Domenico Beccafumi', Milan, 1967, p. 156 n° 83 ; B. P. Gordley, 'The Drawings of Beccafumi', Princeton Univ., Ph. D., 1988, p. 438 n° 35x). La hiérarchie des tons sur le papier évoque non seulement les découpes simplificatrices de la marqueterie de marbre, mais aussi des gravures en clair-obscur que Beccafumi tailla lui-même à la fin de sa vie (G. Vasari, 'Le vite ...', éd. par R. Bettarini et P. Barocchi, 6 vol., Florence, 1966-1987, vol. V [1983], p. 176). La critique, depuis D. Sanminiatelli (cit.), et à l'exception de B. P. Gordley (cit.), qui ne voit là qu'une copie d'un original perdu, est d'ailleurs unanime à reconnaître dans notre dessin un projet de xylographie. L'existence de multiples versions du dessin, pratiquement identiques, à la même échelle mais généralement recoupées sur les quatre côtés, et où ne varient pas tant la qualité d'exécution que les nuances du lavis, a renforcé cette thèse, dans la mesure où ces répétitions ont été interprétées comme une méthode pour affiner la répartition des ombres effectivement essentielle dans la conception des différents bois d'un chiaroscuro (A. De Marchi dans cat. exp. Domenico Beccafumi e il suo tempo, Sienne, Chiesa di Sant'Agostino, Pinacoteca Nazionale, Duomo, Palazzo Pubblico, Oratorio di San Bernardino, Spedale di Santa Maria della Scala, Palazzo Bindi Sergardi, 1990, p. 488 n° 156 ; D. Landau et P. Parshall, 'The Renaissance Print 1470-1550', New Haven, Londres, 1994, p. 274, 281 fig. 298 ; P. Giannattasio dans P. Torriti, 'Beccafumi : Opera Completa', Milan, 1998, p. 318-19 D137). Les meilleures de ces versions, où il n'est pas facile de discerner les répliques autographes des copies, sont conservées à Florence (Galleria degli Uffizi, n. 1248F), Vienne (Albertina, Inv.-Nr. 277, SR 338 R. 206). Des copies avérées ont en outre été reconnues dans le carnet de la collection Coghlan Briscoe (Liphart Rathshoff, cit., p. 40 fig. 6, p. 45 n° VI ; vente New York, Sotheby's, 21 janvier 2003, n° 37), dans la collection de J. Pope Hennessy (vente New York, Christie's, 30 janvier 1996, n° 15), dans les fonds du Szépmüvészeti Múzeum à Budapest (inv. 2019 ; copie de la figure principale), du musée des Beaux-Arts de Lille (inv. PL 52) et de la Bibliothèque Royale à Bruxelles (V. Birke, J. Kertesz, Die italienischen Zeichnungen der Albertina, I, Vienne, 1992, p. 163-164). Voir : D. Cordellier, 'Domenico Beccafumi' (Cabinet des dessins), avec la collaboration de L. Angelucci et R. Serra, Milan, 2009, n° 38. Voir aussi : B. P. Gordley, cit., p. 426 sous n° 15x, p. 432 sous n° 27x, p. 448, sous n° 56x ; A. De Marchi, cit., p. 417, 437 sous n° 96, p. 491 sous n° 160 ; P. Giannattasio, cit., p. 252 sous D18, p. 321 sous D143.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Budapest, Szépmüveszeti Mùzeum, oeuvre en rapport, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, oeuvre en rapport, Vienne, Albertina, oeuvre en rapport, Sienne, Duomo, oeuvre en rapport, Lille, Musée des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Lille, Musée Wicar, oeuvre en rapport, Rome, Vatican, Cappella Sistina, oeuvre en rapport, Sienne, Palazzo Pubblico, oeuvre en rapport, Sienne, Duomo+, Florence, Galleria degli Uffizi, oeuvre en rapport, New York, Christie's, oeuvre en rapport, New York, Collection Sir Pope-Hennessy, oeuvre en rapport, New York, Sotheby's, oeuvre en rapport, Londres, collection Coghlan Briscoe, oeuvre en rapport
Personnes : Jérémie, prophète - Jonas, prophète - Isaac+ - Buonarroti, Michelangelo, ou Michel Ange+ - Jean-Baptiste enfant, saint+ - Parmigianino+
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - prophète - putto
Techniques : encre brune - lavis brun - papier beige - pierre noire - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 1, p. 41