Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 05/09/2008 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

LE BRUN Charles


Ecole française

L'Aurore

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 27685, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII10733
MA9896

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G5885

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
LE BRUN Charles
Inspiré par RENI Guido

TECHNIQUES :
Pierre noire, lavis gris sur quelques traits à la sanguine. Découpé en ovale. Trait d'encadrement à la pierre noire, près du bord ovale. Axes horizontal et vertical tracés à la pierre noire. Collé en plein.
Forme : ovale
H. 00,330m ; L. 00,409m

HISTORIQUE :
Ch.-P. de Saint-Morys, saisie des Emigrés en 1793, remise au Museum en 1796-1797 ; marque du premier Conservatoire (ancien L. 2207).
Dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Mode d'acquisition : Saisie des Emigrés
Année d'acquisition : 1793

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1239, chap. : Ecole française, carton 102. (...) Num¿ro : 9896. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles ]]. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 22. D¿signation des sujets : L'aurore verse des fleurs à pleines mains, et devance le char du soleil dont les rayons frappent déjà la voûte azurée. Dessin de forme ovale, lavé sur crayon. Il a été exposé en 1811 sous le n° 567. mention d'exposition barrée au crayon Dimensions : [H. 34 x L. 41 cm] [[à l'encre]]. Origine : Collection nouvelle. Emplacement actuel : Galerie d'Apollon. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[petit trait oblique / au crayon / sous le n° Morel d'Arleux]] [[signe en forme de croix / au crayon]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
Ce dessin entré au Louvre par saisie révolutionnaire, est peut-être une première pensée pour quelques figures du décor de la voûte du pavillon de l'Aurore à Sceaux. Certes l'Aurore n'aparaît pas sur son char et s'élance au-dessus des nuages, mais on reconnaît le porte-flambeau du Jour, la Rosée secouant ses cheveux et en bas, l'allégorie du Sommeil telle qu'elle se verra, mais en sens inverse, dans le peinture du pavillon de l'Aurore. A gauche Apollon commence à émerger sur son char. (Pavillon de l'Aurore, 2000). L. Beauvais, Le Pavillon de l'Aurore, les dessins de Le Brun et la coupole restaurée, 2000, p. 111, n°39. 'Comme le rappelle Jouin (1889, p. 46, 47, 533), Le Brun, lors de son séjour à Rome, avait copié l''Aurore' peinte par Guido Reni au Palais Mazarin (aujourd'hui palais Rospigliosi) et avait offert la toile, de petites dimensions, au chancelier Séguier.' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome II, Paris, RMN, 2000, n° 2763, p. 800).

INDEX :
Collections : Saint-Morys
Lieux : Sceaux, Rome, Palazzo Rospigliosi, oeuvre en rapport, Sceaux, Château de Colbert, pavillon de l'Aurore, oeuvre en rapport, Sceaux, Château de Colbert
Personnes : Séguier, Pierre, chancelier - Reni, Guido, oeuvre en rapport - Colbert, Jean-Baptiste+
Sujets : allégorie - Allégorie de l'Aurore
Techniques : lavis gris - pierre noire - sanguine - collé en plein

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 11, p. 341