Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 05/06/2013 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

LE BRUN Charles


Ecole française

La Félicité Publique

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 27677, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII10725
MA9888

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G6384

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
LE BRUN Charles

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
TESTELIN Louis
J. Thuillier, 1963
TESTELIN Louis
David Simonneau, 1999
TESTELIN Louis
Pierre Lavallée, 1942
LE BRUN Charles
J. Montagu, 1992
Attribué à HURET Grégoire
R. Bacou

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, sur esquisse à la pierre noire, lavis gris, sur papier beige. Annoté en bas à droite à la pierre noire : 'de M° Le Brun a / l'aage de 12 ans / pour Almanac.' Collé en plein.
H. 00,296m ; L. 00,433m

HISTORIQUE :
A.-J. Dezallier d'Argenville ; vente Paris, 18-28 janvier 1779, n° 344-2 - Saint-Morys, saisie des Emigrés en 1793, remise au Museum en 1796-1797 ; marque du musée (L. 1886). Montage XIXè conservé à la réserve Rubens.
Dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Mode d'acquisition : Saisie des Emigrés
Année d'acquisition : 1796

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1238, chap. : Ecole française, carton 102. (...) Num¿ro : 9888. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 14. D¿signation des sujets : Composition allégorique. Elle a été gravée. Dessin à la plume et lavé. Dimensions : H. 29,5 x L. 43,5cm. Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
'Une annotation ancienne, au recto de cette feuille, attribue le dessin à Le Brun qui l'aurait réalisé à l'âge de 12 ans pour un almanach. Bien que la précocité de Le Brun soit attestée, certains doutes ont été émis quant à l'authenticité du dessin (...) selon J. Thuillier (1963, p. XXXXI) la prudence est de mise. La Félicité publique a été gravée par Samuel Bernard sous le titre 'Retour de la paix' (fig. 134 bis ; Weigert, I, 1939, n° 21, p. 370). Selon les 'Notes manuscrites' de P.-J. Mariette (Tome IX, conservé à la BNF, Paris), la gravure a été réalisée d'après Louis Testelin (...). L'attribution de ce dessin paraît devoir être rejettée.' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome II, Paris, RMN, 2000, n° 2291, p. 652). David Simonneau (Louis Testelin dessinateur, dans Dessins français aux XVIIe et XVIIIe siècles, Actes du colloque, Ecole du Louvre, 24 et 25 juin 1999, p. 169 à 183) indique que dès 1942, Pierre Lavallée proposa de revoir l'attribution de cette feuille et de la donner à Louis Testelin (Un dessin de Louis Testelin au musée de Dijon, Les Beaux-Arts. Le Journal des arts, 20 juin 1942, p. 11, repr.). S'appuyant sur la gravure présente dans le recueil "Testelin" du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (Da.31, folio), Jacques Thuillier en 1963 proposa à nouveau cette attribution (Charles Le Brun (1616 - 1690), peintre et dessinateur, expo Versailles, 1963, n° 11, p. 27). Cette idée a ensuite été oubliée puisqu'en 1992, Jennifer Montagu admettait que l'oeuvre pouvait être de Charles Le Brun (Les oeuvres de jeunesse de Charles Le Brun : l'influence de Simon Vouet et d'autres, dans Simon Vouet, Actes de colloque, Paris, La Documentation française, 1992, pp. 531-544). Suivant les notes de P.-J. Mariette (réf. plus haut) : "Le Temps ramenant aux peuples de la France, la Paix qui apporte avec elle l'Abondance, gravé à l'eau forte par Samuel Bernard d'après Louis Testelin", David Simoneau attribue également le dessin à Louis Testelin et suivant le titre donné par la gravure Le Retour de la paix, gravé en sens inverse et accompagné en marge de six strophes, il pense que la composition représente la paix de Westphalie signée le 24 octobre 1648 plutôt que la paix de Rueil du 11 mars 1649. Il décrit : "Au centre du dessin, seuls trois vieillards accueillent la déesse guidée par le Temps, que semble négliger le reste du peuple. Ce dernier se désintéresse des affaires publiques, un des personnages déclare même : "Je me ris de la pôlitique / Nul destin ne m'assuiettit / (...) En guerre comme en paix je gaigne petit." A droite, un peintre, entouré de symboles liés aux beaux-arts, pourrait évoquer la jeune Académie royale de peinture et de sculpture, créée en février 1648. A gauche, la Charité, avec son visage rond et son voile tombant en un pli vertical, est inspiré de la Vierge d'une Sainte Famille par Georges Lallemant (Louvre, INV 21768), quant à la figure sinueuse de la Paix, elle est inspirée par celle de Circé donnant à boire aux compagnons d'Ulysse, gravé par le Maître LD (le dessin du Parmesan est conservé à Florence aux Offices)".

INDEX :
Collections : Dezallier d'Argenville, Antoine-Joseph - Saint-Morys - Saint-Morys, Charles-Paul-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Lieux : Paris, Bibliothèque Nationale, oeuvre en rapport, Florence, Galleria degli Uffizi, oeuvre en rapport
Personnes : Vierge Marie+ - Bernard, Samuel, gravure en rapport - Circé+ - Mazzuola, Francesco, oeuvre en rapport - Testelin, Louis+ - Lallemant, Georges, oeuvre en rapport - Maître LD, gravure en rapport
Sujets : allégorie - Allégorie de la Charité - Allégorie de la Fortune - Allégorie de la Paix - Allégorie du Temps - Allégorie de la Félicité publique - Testelin, Louis, La Paix de Rueil - Bernard, Samuel, Le Retour de la Paix (gravure)
Techniques : encre brune - lavis gris - papier beige - pierre noire - collé en plein - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 11, p. 340