Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 24/11/2010 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

LE BRUN Charles


Ecole française

Portrait de la marquise de Brinvilliers

1676

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 27668, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII10714
MA9876

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G6343

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
LE BRUN Charles

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Atelier de LE BRUN Charles
L. von der Pfalz, 1996

TECHNIQUES :
Pierre noire, rehauts de sanguine et de blanc, papier brun doublé. Annoté, en bas à droite, à la plume et encre brune : 'n° 32' (presque effacé). Dessin restauré
H. 00,308m ; L. 00,246m

HISTORIQUE :
Atelier de Le Brun ; entré dans le Cabinet du Roi en 1690 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953) ; marque du Louvre (L. 1886a).
Dernière provenance : Cabinet du Roi
Mode d'acquisition : Saisie royale
Année d'acquisition : 1690

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1236, chap. : Ecole française, carton 102. (...) Num¿ro : 9876. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles ]]. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 2. D¿signation des sujets : Portrait de Marguerite d'Aubray, marquise de Brainvilliers, célèbre empoisonneuse. Dessin aux trois crayons sur papier gris. [ Il a été exposé en l'an cinq sous le n° 350, en l'an dix sous le n° 406, et en 1811 sous le n° 568. ] mention d'exposition barrée au crayon Dimensions : [H. 31 x L. 25 cm] [[à l'encre]]. Origine : Collection ancienne. Emplacement actuel : Galerie d'Apollon. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[petit trait oblique / au crayon / sous le n° Morel d'Arleux]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
Portrait de la marquise de Brinvilliers, la célèbre empoisonneuse décapitée en Place de Grève le 16 juillet 1676. Etude fait d'après nature au moment du jugement. '(...) Le Brun a ici trouvé l'occasion d'appliquer ses principes sur l'expression des sentiments ; c'est la 'douleur aiguë du corps et de l'esprit' qui est manifestée (...). Selon le Scellé et inventaire après décès de Le Brun de 1690, ce portrait se trouvait aux Gobelins inclus dans un portefeuille qui contenait les études pour le tableau de 'L' Entrée de Jésus à Jérusalem' (Jouin, 1889, p. 727, n° 152, 153). Par la suite le portrait a été regroupé avec les 'cinquante-neuf morceaux des 'Passions', comme le montrent les inventaires de Houasse (1710), de Ch. Coypel (1724) et de Cochin (1753) (Propeck, 1988, p. 27, note 31). Ce transfert témoigne du rapprochement fait par les gardes successifs des dessins du Roi entre le portrait de La Brinvilliers et les diagrammes et dessins illustrant les 'les Passions'.' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome I, Paris, RMN, 2000, n° 1658, p. 533). On entrevoit à droite l'abbé Pirot qui reçut sa confession. (D. Muzerelle in cat. d'exp. 'La Bastille ou l'enfer des vivants', Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, 2010-2011, n° 45)

INDEX :
Collections : Cabinet du Roi
Lieux : Paris, Manufacture des Gobelins+, Paris, Place de Grève+
Personnes : Brinvilliers, marquise de - Pirot, abbé
Sujets : portrait - Le Brun, Charles, Expressions des passions - Le Brun, Charles, L'Entrée de Jésus à Jérusalem
Techniques : papier brun - pierre noire - rehauts de blanc - sanguine - rehauts de sanguine - doublé - papier doublé

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 11, p. 338