Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 08/03/2004 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PRADIER James


Ecole française

La Villa Medicis à Rome

Vers 1813/1818

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 32582, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII35388

Numéros de catalogue :
Inv. français, t. XIII B1962

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PRADIER James

TECHNIQUES :
Mine de plomb sur papier blanc.
H. 00,117m ; L. 00,170m

HISTORIQUE :
Don Lequesne au nom des héritiers de Pradier avant le 8 juillet 1852, date de la lettre de remerciement du directeur des musées (Archives du Louvre, D8 1852, 8 juillet) et procès-verbaux du Conservatoire, séance du 24 juillet 1852 (L. 1886).
Dernière provenance : Lequesne
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1852


COMMENTAIRE :
'La villa est vue du quartier de la place d'Espagne dont quelques maisons apparaissent à gauche du dessin. Elle se dresse sur les arcades de soutènement du Pincio. A droite le grand mur de soutènement de la terrasse de la Trinité des Monts. Certainement exécuté entre 1813 et 1818, lors du séjour de Pradier comme pensionnaire de la villa Médicis, ce dessin peut-être rapproché d'un exemplaire conservé au musée d'Art et d'histoire de Genève (Inv. 1910-81 bis) présentant au recto une vue de la villa et au verso un plan des jardins du Pincio.' (I. Leroy-Jay-Lemaistre, Musée du Louvre, Cabinet des dessins - Inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, 1997, R.M.N., n° 1962, p. 519.)

INDEX :
Collections : Lequesne - Pradier, héritiers
Lieux : Rome, Rome, Villa Medicis, Rome, Trinité-du-Mont-Pincio, Rome, Villa Medici, Rome, Trinità dei Monti, Rome, Piazza Trinità dei Monti, Rome, Trinité-des-Monts, Rome, Pincio, Genève, musée d'Art et d'Histoire, oeuvre en rapport
Sujets : ARCHITECTURE - ville - maison
Techniques : papier blanc - mine de plomb

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 13, p. 272