Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 12/03/2007 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

POUSSIN Nicolas


Ecole française

Mercure, Pâris et l'Amour

Vers 1630

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 32445, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII10030
MA9487

Numéros de catalogue :
Inv. français, t. XIII B1754

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
POUSSIN Nicolas

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun et gris sur esquisse à la pierre noire. Trait d'encadrement, à la plume et encre noire. Annotation coupée et illisible, en bas à gauche, à la plume et encre brune. Doublé. Dessin restauré.
H. 00,231m ; L. 00,209m

HISTORIQUE :
E. Jabach ; entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe des dessins remontés (L. 2961) ; marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du premier Conservatoire (ancien L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1182, chap. : Ecole française, carton 97. (...) Num¿ro : 9487. Nom du ma¿tre : Idem [[ Poussin, Nicolas /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 17. D¿signation des sujets : Mercure met dans la pannetière de Pâris, la pomme destinée à la plus belle. Dessin à la plume et lavé au bistre. Il a été exposé en l'an cinq sous le n° 402, en l'an dix sous le n° 445, et en 1811 sous le n° 601. mention d'exposition barrée au crayon Dimensions : [H. 23 x L. 21 cm] [[à l'encre]]. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Galerie d'Apollon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sous le n° Morel d'Arleux]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
'(...) Friedlaender et Blunt (C.R., III, n° 201) pensaient (...) à un fragment 'peut-être d'un 'Jugement de Pâris'' ; ils interprétèrent le geste de la main tendue de Mercure comme un manière de distraire l'attention de Pâris pour permettre au messager des Dieux de dérober quelque chose dans la gibecière. Les auteurs du 'Catalogue raisonné', jugeaient peu claire la signification exacte de cette scène mais y voyaient un parallèle au thème de Mercure volant une flèche dans le carquois d'Apollon et le mettaient en correspondance avec le thème d'Apollon que Poussin aurait abordé vers 1660, et que devait conclure 'Apollon et Daphné', peinture laissée inachevée à la mort de l'artiste en 1665 (voir RF 761 et Inv. 32448). En 1960 (...), Anthony Blunt revint sur cette interprétation. Se basant sur le 'Grand Livre des Peintres, Het Grootschilder Boeck', publié par (...) Gérard de Lairesse en 1707, il crut pouvoir reconnaître Apollon (...). Dans le dernier volume du C. R. (1974), Blunt paraît avoir repris la proposition de R.W. Wallace (1960) de voir ce dessin comme un fragment d'un 'Jugement de Pâris' : la facture ferme et le large emploi lui suggérait une date nettement antérieure vers 'la fin des années 1630'. Blunt avait déjà pressenti au verso de ce dessin une étude de paysage (.) ; ce dessin est tout récemment réapparu grâce aux soins d'A. Le Prat.' (Méjanès, Louvre, Cabinet des dessins, inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, 1997, n° 1754, p. 458.)

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Personnes : Amour - Apollon - Pâris - Mercure - Cupidon - Daphné+
Sujets : MYTHOLOGIES - Jugement de Pâris - Poussin, Nicolas, Apollon et Daphné
Techniques : encre brune - lavis brun - lavis gris - pierre noire - doublé - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 13, p. 249