Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 02/08/2018 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

NANTEUIL Robert


Ecole française

Portrait de Turenne, en buste, portant une cuirasse
Henri II de La Tour d'Auvergne,vicomte de Turenne ( 1611-1675).

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 31368, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII13415
MA10747

LOCALISATION :
Sully II
Epi 2

ATTRIBUTION ACTUELLE :
NANTEUIL Robert

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Entourage de NANTEUIL Robert
Xavier Salmon, 2018
Copie d'après NANTEUIL Robert
Neil Jeffares, 2006

TECHNIQUES :
Pastel sur papier brun collé en plein sur carton.Au verso du carton, numéroté 6 au pochoir et 1195 à la craie blanche. Les mesures du cadre sont : H : 00,63 ; L : 00,53 et profondeur : 00,08. Trois étiquettes au dos : 'Prêté au cabinet des dessins le 4/6/69', 'Cadre du département des peintures' et 'Cadre 1215 / L. XIV / Dalhet'.
H. 00,446m ; L. 00,349m

HISTORIQUE :
Peut-être saisi chez le comte d'Angiviller le 2 prairial an IV, soit le 21 mai 1796. Entré au Museum avec les biens saisis chez les émigrés en 1796-1797 (registre d'entrée des objets d'art trouvés chez les émigrés, A.N.,1 DD 6, p. 13, no 25 : Un portrait de Turenne, au pastel, auteur inconnu. Document original aux Archives nationales, F17 372).
Mode d'acquisition : Saisie des Emigrés
Année d'acquisition : 1796

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1338, chap. : Ecole française, carton 119. (...) Num¿ro : 10747. Nom du ma¿tre : Nanteuil, Robert. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er. D¿signation des sujets : Portrait du Grand Turenne, peint au pastel. Il a été exposé en l'an cinq sous le n° 381, en l'an dix sous le n° 425, et en 1811 sous le n° 594. mention d'exposition barrée au crayon Dimensions : [H. 45 x L. 35 cm] [[à l'encre]]. Origine : [Collection ancienne] [[à l'encre]]. Emplacement actuel : Galerie d'Apollon. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[petit trait oblique / au crayon / sous le n° Morel d'Arleux]]. Annotations marginales sur l'inventaire : [Pastel n° 47] [[à l'encre / dans la marge à gauche du n° d'ordre]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
Œuvres en rapport : Audrey Adamczak mentionne en 2011 (p. 274) un pastel identique à celui du Louvre autrefois mentionné dans une collection suisse, où le modèle est vu dans le même sens (0,560 × 0,455 m). Geneviève Monnier citait en 1972 une copie du XVIIIe siècle dans une collection parisienne, annotée au verso : Turenne donné par Louis seize à Monsieur de Créquy. Le pareil est au Museum. Il s'agissait d'un pastel sur papier brun (0,440 × 0,360 m ; Monnier,1972, voir no 11). Neil Jeffares indique copie d'après Robert Nanteuil, identification du modèle : Henri II de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne (1611-1675), maréchal de France. (Dictionary of pastellists before 1800, Londres, 2006, p. 386). Exposé durant une grande partie du XIXe siècle en raison de la renommée de son modèle, le pastel a été longtemps considéré comme une œuvre de Robert Nanteuil préparatoire à la gravure de 1665. Le portraitiste avait effectivement diffusé à plusieurs reprises les traits de Turenne, une première fois vers 1656, à l'aide d'une gravure reproduisant une effigie peinte par Philippe de Champaigne (Adamczak, 2011, p. 70, no 91, repr.) ; une seconde fois, d'après le modèle vivant, en peignant un pastel aujourd'hui conservé au musée des Offices à Florence (fig. 1. Inv. 1890 no 822. Ibid., p. 221-222, no 193). Signée et datée par l'artiste des années 1660 (le dernier chiffre est illisible) et portant au verso une inscription « Nanteuil faciebat 1670 », cette œuvre est à présent généralement reconnue comme le modèle préparatoire à l'estampe gravée en contrepartie en 1665 par Nanteuil comme frontispice de thèse. Connue par quatre états, la gravure présente cependant de nombreuses variantes par rapport au pastel. Si le visage semble le même, la cuirasse, l'écharpe blanche de commandement et la cravate de dentelles à cordonnets ornés de pompons de passementerie sont différentes et peuvent s'expliquer, soit par le choix de Nanteuil de modifier ces accessoires au moment du travail de gravure, soit par l'existence d'un troisième modèle actuellement perdu. Dans les années 1665-1670, Henri II de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne, était au sommet de sa carrière militaire. Après avoir été formé en Hollande à l'art de la guerre auprès de ses oncles Maurice et Frédéric Henri de Nassau, il avait rejoint l'armée française en 1633, au sein de laquelle il avait été successivement maréchal de camp en 1635, lieutenant général en 1642 et maréchal de France un an plus tard, avant d'être nommé gouverneur du Limousin en 1652 et maréchal des camps et armées du roi en 1666. Sur le pastel des Offices, Nanteuil réussit parfaitement à transcrire la psychologie de cet homme de caractère à la physionomie un peu brutale. Comme souvent dans son œuvre, le regard capte l'attention et révèle la détermination de ce tacticien tant sur le champ de bataille qu'à la Cour. Le pastel du Louvre fait piètre figure en comparaison de celui de Florence. Petitjean et Wickert furent les premiers à douter de son caractère autographe (1925, t. I, p. 365-366, no 219), le jugeant d'une qualité très inférieure. Geneviève Monnier proposait d'y reconnaître une œuvre intermédiaire entre le pastel des Offices et la gravure. Audrey Adamczak ne retient pas non plus l'œuvre dans le corpus et pense qu'il s'agit du travail d'un artiste de l'entourage du maître, à l'exemple de Domenico Tempesti, élève florentin qui se forma dans l'atelier parisien de Nanteuil en le copiant. Le format du pastel du Louvre, supérieur à ceux des portraits habituels du maître, le métier qui se veut résolument plus couvrant en excluant tout effet de transparence, la maladresse dans le traitement des cheveux et de la dentelle et dans la brillance de la cuirasse conduisent à partager un tel avis et même à considérer le pastel comme une copie qui peut avoir été exécutée par l'un des élèves ou des collaborateurs de Nanteuil, mais aussi par toute autre personne ayant eu le modèle à sa disposition (Xavier Salmon, Pastels du musée du Louvre XVIIe -XVIIIe siècles, Louvre éditions, Hazan, Paris, 2018, cat. 11, p. 53-54). neiljeffares.wordpress.com/2018/07/12/the-louvre-pastels-catalogue-errata-and-observations, n° 11.

INDEX :
Personnes : La Tour d'Auvergne-Bouillon, Henri de, vicomte de Turenne (1611-1675)
Sujets : portrait
Techniques : pastel

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 13, p. 63