Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 30/12/2011 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
école de

LE BRUN Charles


Ecole française

Elevation d'une galerie

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 30298, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII13069
MA10726

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G8421

LOCALISATION :
Grand format horizontal

ATTRIBUTION ACTUELLE :
école de LE BRUN Charles

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
Atelier de HARDOUIN-MANSART Jules
L. Beauvais, 2000

TECHNIQUES :
Pierre noire, plume et encre noire, lavis gris. Sept petits rectangles de papier beige, rapportés et collés sur la corniche (pour modification du motif). Echelle en bas, à la pierre noire et à la plume et encre noire, cotée en toises.
H. 00,264m ; L. 00,564m

HISTORIQUE :
Atelier de Le Brun. Entré dans les collections royales en 1690 ; paraphes de Jean Prioult (L. 2953) au verso, de Claude Delamotte (L. 478) et de Jules Robert de Cotte (L. 1963) ; marque du musée (L. 1886).
Dernière provenance : Cabinet du Roi
Mode d'acquisition : Saisie royale
Année d'acquisition : 1690

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1335, chap. : Ecole française, carton 117. (...) Num¿ro : 10726. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : C 1 à C 109 compris. D¿signation des sujets : Dessins d'architecture de différens monumens faits ou projetés : ils sont pour la plupart à la plume, sans être collés. On y voit des plans, des coupes des élévations, et des détails d'architecture. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
'Ce dessin présente l'élévation intérieure de l'orangerie de Sceaux, côté nord. Le bâtiment, distinct du château, a été construit de 1683 à 1685 par J. Hardouin-Mansart pour le marquis de Seignelay, après la mort de Colbert. Il servait d'abri pour les plantes fragiles en hiver, de galerie d'art et de salle des fêtes, en été (Poisson, 1987). La partie gauche du dessin correspond à deux des trois fenêtres cintrées de l'avant-corps du milieu de la façade (com. écr. de M. de Meyenbourg, conservateur au musée de l'Ile-de-France). Un dessin conservé au Nationalmuseum de Stockholm (n° 8421, coll. Tessin, exp. Versailles, 1951, n° 275) est plus complet et plus précis que le dessin du Louvre ; exécuté en 1700, il montre le bâtiment tel qu'il a été réalisé (le rapprochement entre les deux dessins a été fait par A. Marie, selon une annotation au verso de la feuille du Louvre). Dans le présent projet, provenant probablement de l'atelier de Mansart, Le Brun propose un décor, non réalisé, de statue en pied dans une des niches, de bustes posés sur des consoles et dans la partie supérieure, des motifs de trophée et de guirlandes.' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome II, Paris, RMN, 2000, n° 2709, p. 783-785).

INDEX :
Collections : Cabinet du Roi
Lieux : Sceaux, Château de Colbert, orangerie, Sceaux, Château de Colbert+, Stockholm, Nationalmuseum, oeuvre en rapport
Personnes : Colbert, Jean-Baptiste+ - Mansart, Jules Hardouin+
Sujets : décor d'architecture - Le Brun, Charles, Décoration pour le château de Sceaux
Techniques : encre noire - lavis gris - papier beige - pierre noire - bande rapportée - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 12, p. 308