Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 15/02/2013 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Attribué à

LE BRUN Charles


Ecole française

Fontaine de la victoire d'Apollon sur le serpent Python

Vers 1665/1668

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 30052, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII13195
MA10734

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G8186

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Attribué à LE BRUN Charles

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
LE BRUN Charles
L. Beauvais, 2000

TECHNIQUES :
Pierre noire, avec reprise partielle à la plume et encre noire, légers rehauts de craie blanche, lavis gris. Traits légèrement repassés au stylet. Petite pièce de papier rapportée et collée, au niveau de la tête d'Apollon. Annoté, en bas, à gauche, au crayon noir : 'fontaine de la victoire d'apollon sur le serpent Pithon'.
H. 00,403m ; L. 00,292m

HISTORIQUE :
Atelier de Le Brun. Entré dans les collections royales en 1690 ; paraphes de Jean Prioult (L. 2953) au verso, de Claude Delamotte (L. 478) et de Jules Robert de Cotte (L. 1963) ; marque du musée (L. 1886).
Dernière provenance : Cabinet du Roi
Mode d'acquisition : Saisie royale
Année d'acquisition : 1690

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1336, chap. : Ecole française, carton 117. (...) Num¿ro : 10734. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : C 50 à C 103 compris. D¿signation des sujets : Dessins de fontaines ornées de statues, de bas-reliefs, etc. Ils sont faits de différentes manières. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
Suite à une commande du prévôt des marchands et des échevins de Paris qui voulaient faire construire de nouvelles fontaines dans la ville, en 1668, Le Brun réalise un grand nombre de dessins de fontaines, gravés à l'eau- forte par L. Chastillon (BnF, est., Da 39 a). Le projet n'a pas été exécuté mais plusieurs de ces dessins ont servi pour les fontaines de Versailles. 'Autre projet de fontaine, de même style que le précédent (Inv. 30053) gravé en sens inverse par Chastillon (fol. 5). Le sujet tiré des 'Métamorphoses' (d'Ovide) (Livre I, 6) sera repris par Le Brun au plafond de l'escalier des Ambassadeurs à Versailles. C'est à Nivelon (p. 263, 264) que l'on doit une description précise du sujet : 'Apollon (...) est représenté sur un rocher appuyé sur Son arc après la défaite du Serpent Pithon et Couronné d'une Victoire, et de l'autre côté un Amour Survolant est prêt à lui faire ressentir de ces dards amoureux la force de celui qu'il auroit méprisé. Au bas du rocher se voit tombant le sujet de Son Combat et celui de Sa Victoire. Le Grand Serpent Pithon percé en plusieurs endroits de ces flèches, lesquelles formant autant de jets d'eau, et de l'autre côté pour appuyer ce groupe, le vieil océan sur ces mêmes roches' (L. Beauvais, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome II, Paris, RMN, 2000, n° 2450, p. 704). Marie-Caroline Janand (Histoire de l'art n°45 décembre 1999, "Le Recueil de Fontaines et de Frises maritimes gravé par Louis de Châtillon d'après Le Brun, p.45-56) place la réalisation de ces dessins et de la commande en 1665 ou début 1666, alors que la carrière de Le Brun à Versailles commence (p. 53). Elle explique que le style baroque de ces fontaines est dû à la volonté du roi et de la ville de faire de Paris une nouvelle Rome (cf. fontaines et mise en eau par Sixte V). Après 1665, les artistes recherchent une autonomie vis-à-vis du modèle italien. La décision des commanditaires de ne pas réaliser les fontaines s'inscrit dans la même optique que l'abandon du projet du Bernin pour la façade est du Louvre. La "romanisation" de Paris s'achève et en 1671, lorsque le roi décide la construction de nouvelles fontaines pour sa capitale, les réalisations sont simples. Un projet monumental aurait coûté trop cher et Louis XIV est déjà tourné vers Versailles. Voir aussi : - Jean Guiffrey et Pierre Marcel, 'Inventaire général des Dessins du Musée du Louvre et du Musée de Versailles, Ecole française, VI : Gillot-Ingres', Paris, 1913, N° 8196 ; - Gerold Weber, «Charles Lebrun, Recueil de divers dessins de fontaines», Munchner Jahrbuch der Bildenden Kunst, XXXII, 1981, p. 176 ; - Françoise Joulie dans cat. exp. Oeuvres d'art du Musée du Louvre à Thessalonique. L'Europe et les mythes grecs : Dessins du Musée du Louvre, XVIe - XIXe siècles, par C. Loisel, Thessalonique, Fondation Teloglion, Aristotle Université de Thessalonique, 12 Octobre 2012 - 27 Janvier 2013, n° 24.

INDEX :
Collections : Cabinet du Roi
Lieux : Versailles, château, Versailles, château, oeuvre en rapport, Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes, oeuvre en rapport, Versailles, château, Escalier des Ambassadeurs, oeuvre en rapport, Versailles, château, Escalier des Ambassadeurs+
Personnes : Apollon - Chastillon, gravure en rapport
Sujets : Allégorie d'un Fleuve - MYTHOLOGIES - Métamorphoses, d'Ovide - Amour - Apollon tuant le serpent Python - Victoire - Triomphe d'Apollon
Techniques : encre noire - crayon noir - lavis gris - pierre noire - rehauts de craie blanche - pointé pour le report - stylet - craie blanche - bande rapportée - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 12, p. 270