Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 28/09/2004 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

LE BRUN Charles


Ecole française

Louis XIV rétablissant le commerce

Vers 1674/1679

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 29757, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII13108
MA10727

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G5743

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
LE BRUN Charles

TECHNIQUES :
Pierre noire, lavis gris. Trait d'encadrement et mise au carreau, à la pierre noire.
H. 00,335m ; L. 00,285m

HISTORIQUE :
Atelier de Le Brun. Entré dans les collections royales en 1690 ; paraphe de Jean Prioult (L. 2953) au verso ; marque du musée (L. 1886 a).
Dernière provenance : Cabinet du Roi
Mode d'acquisition : Saisie royale
Année d'acquisition : 1690

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.7, p.1335, chap. : Ecole française, carton 117. (...) Num¿ro : 10727. Nom du ma¿tre : Idem [[ Le Brun, Charles /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : C 110 à C 125 compris. D¿signation des sujets : Dessins de bas-reliefs, ou autres relatifs à Louis XIV. Ils sont généralement lavés sur crayon, et ne sont point collés. Origine : Idem & Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD39

COMMENTAIRE :
Etude pour le décor du plafond de l'escalier des Ambassadeurs du château de Versailles, 1674-1679. L'escalier fut détruit, sur ordre de Louis XV, en 1752. Plusieurs gravures du décor ont été réalisées par Etienne Baudet (cuivres à la chalcographie, nos 1007 à 1013), par C. Simonneau l'Aîné (BnF, est., AA5) et par L. Surugue, (BnF, est., Ed. 96a, cuivres à la Chalcographie, nos 1014 à 1017). Le décor du plafond est composé de tableaux de diverses formes disposés autour d'une verrière. Huit tableaux rectangulaires retracent quelques-unes des actions du Roi, dans les domaines militaire, civil ou diplomatique, d'autres compositions évoquant les lettres et les arts, les vertus du Roi et les messagers de sa gloire viennent les compléter. 'Etude pour une des compositions rectangulaires, dans un des petits côtés du plafond, au-dessus des figures symbolisant l'architecture et la sculpture. Le Brun y représente les bons effets du développement du commerce voulu par Colbert et soutenu par le Roi, en vue de permettre à la France de rivaliser avec les grandes nations marchandes et notamment la Hollande. A gauche, des hommes transportent des ballots devant un bateau ancré au fond. A droite, une femme tenant une corne d'abondance et un caducée, symbolise la prospérité que doit amener la réorganisation du commerce. Au centre, le Roi, assis sous un dais (...).' (Beauvais, Louvre, Inventaire général des dessins, Ecole française, Charles Le Brun, 1619-1690, tome I, 2000, n° 296, p. 114)

INDEX :
Collections : Cabinet du Roi
Lieux : Paris, Bibliothèque Nationale, oeuvre en rapport, Versailles, château, oeuvre en rapport, Versailles+, Versailles, Musée national du château, oeuvre en rapport, Paris, Bibliothèque Nationale, Cabinet des Estampes, oeuvre en rapport, Versailles, château, Escalier des Ambassadeurs, oeuvre en rapport, Versailles, château+, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Versailles, oeuvre en rapport, Versailles, château, Escalier des Ambassadeurs+
Personnes : Louis XIV, roi de France - Louis XV, roi de France+ - Simonneau, Charles, gravure en rapport - Surugue, Louis, gravure en rapport - Orbay, François d', architecte du roi+ - Le Vau, Nicolas, architecte du roi+ - Baudet, Etienne, gravure en rapport
Sujets : Allégorie de l'Abondance - Allégorie du Commerce - Allégorie de la Prospérité - ambassadeur - Allégorie du Gouvernement de Louis XIV - Histoire de France - Histoire d'un roi de France - Histoire de Louis XIV - Le Brun, Charles, Décoration du château de Versailles
Techniques : lavis gris - pierre noire - mis au carreau

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 12, p. 213