Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 16/11/2010 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ANONYME ESPAGNOL XVIIè s


Ecole espagnole

Rencontre de plusieurs personnages (?)

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 18488, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII20858
MA12555

Numéros de catalogue :
Inv. Ecole espagnole k173

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
ANONYME ESPAGNOL XVIIè s

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis d'encre brune, esquisse à la pierre noire, sur papier beige clair. Collé en plein.
H. 00,269m ; L. 00,433m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1603, chap. : Ecoles diverses, volume 43. (...) Num¿ro : 12555.Idem [[ Inconnus /&. D¿signation des sujets : Volume 43, ayant pour titre : Disegni. Autori diversi, tomo 3. On lit sur la table qu'il contient soixante quatre feuilles, et cent soixante dix sept dessins : les soixante quatre feuilles existent, mais il n'y a que cent soixante quinze dessins, faits de différentes manières, parmi lesquels il se trouve deux gravures. Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [175 Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
'La composition rappelle le cycle des peintures d'histoire du salon des Royaumes du palais du Buen Retiro (détruit) à Madrid, et surtout le tableau de Velazquez 'La Reddition de Bréda' ou 'Les Larmes' (Madrid, Prado, 1634). Mais la scène ne représente pas ici un événement historique comme dans le salon des Royaumes. La facture peut être comparée aux dessins d'Esteban March (1610-1668), un des principaux représentants du dessin valencien du XVIIe siècle, avec son maître Pedro Orrente (1580-1645). Mais on ne connaît aucun dessin de ce genre d'Esteban March, aujourd'hui mieux connu en ce domaine (Espinos Diaz, 1997, cat. 42-57, p. 124-153). Un autre artiste valencien, Andrés Marzo (milieu du XVIIe siècle, et documenté en 1663), est seulement documenté par deux dessins au Museo de Bellas Artes de Valence : le 'Pape Alexandre VII donnant le bref du mystère de la Conception' (Espinos Diaz, 1997, n° 40, p. 116-117) présente des contours de plume comparables mais beaucoup plus habiles. Quand au dessin madrilène, quelques feuilles d'Antonio de Pereda (Angulo-Pérez Sanchez, 1977, n° 318, 322, p. 58, pl. LXXXII-LXXXII) rappellent la facture du dessin du Louvre, qui n'en possède cependant pas la force du trait.' (L. Boubli, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques, inventaire Général des dessins de l'Ecole espagnole, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, 2002, RMN, n° 173, p. 150, 151)

INDEX :
Collections : Krahe, Lambert - Maratta, albums dits de
Lieux : Madrid, Museo del Prado, oeuvre en rapport, Valence (Espagne), Musée des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Valence, Musée des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Madrid, Palais du Buen Retiro, Salon des Royaumes, oeuvre en rapport
Personnes : Velazquez, Diego Rodriguez da Silva y, oeuvre en rapport - March, Esteban, oeuvre en rapport - March, Esteban+ - Marzo, Andrés+ - Marzo, Andrés, oeuvre en rapport
Sujets : Velasquez, Diego Rodriguez de Silva, La Reddition de Breda - Marzo, Andrés, Le Pape Alexandre VII donnant le bref du mystère de la Conception
Techniques : encre brune - lavis brun - lavis d'encre brune - pierre noire - collé en plein - papier beige clair - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 7, p. 563