Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 31/12/2004 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PARROCEL Etienne I


Ecole française

Un fils de Niobé et Julie jouant aux osselets, à droite

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 3729, 228

Numéros de catalogue :
Inv. français, t. XIII B740

LOCALISATION :
Réserve des petits albums
Album Parrocel Etienne
Folio 223
dessiné au recto

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PARROCEL Etienne I

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, sur esquisse à la pierre noire. Numérotation en haut à droite, à la plume et encre brune : (?), annotation au centre : 'a Villa Medici' et inscription à droite : 'Villa Medici'.
H. 00,200m ; L. 00,279m

HISTORIQUE :
[Tresham, sa vente après décès, Londres, 15 juillet 1815 ?] - Adolphus Frederick (1774-1850), duc de Cambridge, fils du roi George III d'Angleterre (L. 118 au folio 2) - Georg, duc de Cambridge, son fils, sa vente, Londres, Sotheby's, 2 et 3 décembre 1904, n° 452 - T. Hugh Bryant, libraire de Londres ; achat par le Louvre en 1908 (L 1886).
Dernière provenance : Bryant, T. Hugh
Mode d'acquisition : achat
Année d'acquisition : 1908


COMMENTAIRE :
Le 'fils de Niobé tombé sur un genou appartient au groupe des 'Niobides', acquis par le cardinal Ferdinand de Médicis en 1583, transporté à Florence en 1769-1770 et aujourd'hui conservé à la Galleria degli Uffizi. Au même moment, le cardinal de Médicis acquerrait la collection della Valle dans laquelle se trouvait une version légèrement différente de ce fils de Niobé, conservée aujourd'hui dans le même musée (Inv. 289 et 290 ; G.A. Mansuelli, 'Galleria degli Uffici, Sculture', t. I, Rome, 1958, I, p. 102, 117, n° 77 et 78, fig. 78 et 79 ; F. Haskell et N. Penny, 'L'Amour de l'Antique. La statuaire gréco-romaine et le goût européen', trad. française de 'Taste and the Antique' (éd. New Haven et Londres, 1981), Paris, 1988, p. 300). La figure de femme assise, les jambes repliées, les bras tendus vers le sol semble très proche de 'Julie jouant aux osselets' (voir les folii 1 et 2). S. Reinach la mentionne comme 'une nymphe de Diane' (p. 310, pl. 578) ; nous n'en avons pas trouvé trace dans les anciens inventaires de la Villa Médicis. Parrocel pourrait avoir dessiné dans ce coin de page, soit l'original (avant 1733), soit le moulage de 'Julie' encore conservé au XVIIIe siècle au Palazzo Mancini, siège de l'Académie de France à Rome.' (J.-F. Méjanès, Musée du Louvre, Cabinet des dessins - Inventaire Général des dessins français, Lettre P, Paris, R.M.N., 1997, n° 740, p. 182.)

DESCRIPTION DE L'ALBUM :
Album de 324 feuillets réunis dans une reliure de cuir brun, avec étiquette rapportée sur le plat supérieur avec le numéro : 'N° 80' inscrit à la plume et encre brune. Tous les versos de l'album portent la décharge du recto du folio suivant. La tranche à perdu la plus grande partie de la peau ornée de fers dorés qui la couvrait ainsi que les six nervures. Au début de l'album, quatre feuillets manuscrits à la plume et encre brune, sans numéro d'inventaire, cousus ensemble, avec titre : 'Table des desseins de J. Parrossel'. Une feuille volante avec annotation manuscrite à la plume et encre noire, sans numéro d'inventaire, page de titre d'un catalogue de vente anglaise de 1904.

INDEX :
Collections : Adolphus Frederick, duc de Cambridge - Georg, duc de Cambridge - Bryant, T. Hugh - Tresham
Lieux : Rome+, Rome, Palazzo Mancini, oeuvre en rapport, Rome, Villa Medici, oeuvre en rapport, Rome, Villa Medicis, oeuvre en rapport, Florence, Galleria degli Uffizi, oeuvre en rapport
Personnes : Niobides - Niobé+ - Julie, fille de l'empereur Auguste+ - Valle, della, collection particulière, oeuvre en rapport - Médicis, Ferdinand de, collection particulière, oeuvre en rapport - Médicis, collection particulière, oeuvre en rapport
Sujets : Joueuse d'osselets - Niobides - Julie jouant aux osselets
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 20, p. 128