Les collections du département desarts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 15/07/2019 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

INGRES Jean Auguste Dominique


Ecole française

Portrait de Louis-François Bertin

1832

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
RF 4379, Recto

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
INGRES Jean Auguste Dominique

TECHNIQUES :
Mine de plomb. Signé, dédicacé et daté à la mine de plomb, en bas à droite : 'Ingres Del/à Mademoiselle/Louise Bertin/1832'. Restauré en 2004. Marque Lugt 1886a en bas à droite.
H. 00,315m ; L. 00,235m

HISTORIQUE :
Louise Bertin (1805-1877), fille de Louis-François Bertin; sa nièce, Mme Léon Say, née Geneviève Bertin ; Legs au musée du Louvre en 1917.
Dernière provenance : Say, Jean Baptiste Léon, Mme
Mode d'acquisition : legs
Année d'acquisition : 1917


COMMENTAIRE :
'L'image est plus que célèbre : 'César bourgeois' (Gautier dixit), Louis-François Bertin, dit Bertin l'aîné (1766-1841) fut le fondateur et le puissant patron du 'Journal des Débats'. Le dessin correspond à peu près au fameux portrait peint du Louvre (RF 1071), daté de la même année, mais la forme du siège diffère ; lorsqu'on sait (E. Amaury-Duval, 'L'atelier d'Ingres', Paris, 1878, p. 143-145) qu'Ingres ne découvrit la pose qui allait rendre son modèle célèbre qu'après de longues hésitations (un dessin de Montauban montre Bertin debout), on peut s'interroger, comme Naef l'a fait, sur le caractère du dessin ('modello' ou 'ricordo' ?), d'autant plus qu'une étude moins poussée du Metropolitan Museum of Art de New York correspond davantage au tableau. Toujours est-il que notre dessin, accompagné de celui de Madame Bertin (notre n° suivant) furent conçus pour être offerts à la fille du couple, Louise, née infirme, poétesse et compositeur d'opéras, qu'Ingres gratifia également d'un portrait dessiné (H. Naef, 'Die Bildniszeichnungen von J.-A. D. Ingres', Berne, 1977-1980, 5 vol., Naef 343), connu uniquement par la gravure de Delvaux.' (L.-A. Prat, 'Ingres', Paris, Musée du Louvre, 5 Continents éditions, 2004, (Cabinet des dessins ; 4), n° 32, p. 85). Un autre dessin préparatoire à cette toile se trouve au sein de la collection Krugier, dessin au graphite où Louis-François Bertin est représenté en buste. Ingres aurait fixé la composition finale dans un dessin au graphite réalisé sur deux feuilles jointes conservés au Metropolitan Museum of Art de New York ( INV 43.85.4 ) ( cat. d'exposition : David, Delacroix and Revolutionary France. Drawings from the Louvre [New York, Pierpont Morgan Library & Museum, du 23 septembre au 31 décembre 2011], notice rédigée par Louis-Antoine Prat, New York, The Morgan Library and Museum, 2011, p.78, notice n°29 ). Le dessin, conservé dans les fonds du département des arts graphiques, serait une version réalisée par l'artiste pour la fille du modèle, reprenant la composition générale du portrait. Il fut exposé lors de la rétrospective Ingres du Salon d'Automne de 1905 puis en 1911. ( cat. d'exposition : "Picasso, Ingres" [Paris, Musée Picasso, du 16 mars au 21 juin 2004 ; Montauban, Musée Ingres, du 8 juillet au 3 octobre 2004], sous la direction de Laurence Madeline, Paris, Fayard, Réunion des Musées Nationaux, 2004, pp.100-101; notice cat.28 ) H. Naef, 'Die Bildniszeichnungen von J.-A. D. Ingres', Berne, 1977-1980, t. III, chap. 143,, et t. V, n° 339, repr.

INDEX :
Collections : Bertin - Say, Léon, Mme - Bertin, Louise
Lieux : New York, Metropolitan Museum of Art, oeuvre en rapport, Montauban, Musée Ingres, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Genève, collection Jan et Marie-Anne Krugier-Poniatowski, oeuvre en rapport
Personnes : Bertin, Louis-François, dit l'Aîné - Bertin, Louise+ - Bertin, Mlle+ - Bertin, Louis-François, Mme (née Boutard, Geneviève-Aimée-Victoire)+ - Delvaux, gravure en rapport
Sujets : portrait - Ingres, Jean Auguste Dominique, Portrait de Louis-François Bertin
Techniques : mine de plomb

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 20, p. 226