Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 18/12/2008 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Copie d'après

CAMPIN Robert


Ecole des anciens Pays-Bas

Adoration d'une Vierge à l'Enfant

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 20669, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII8908
MA8409

Numéros de catalogue :
Primitifs des Pays-Bas P11

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Copie d'après CAMPIN Robert
F. Winkler

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME FLAMAND XVè s

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
ROGER DE BRUGES
G. Caullet, 1913
DARET Jacques
G. Hulin de Loo, 1902
MAITRE DE LA TRINITE DE LOUVAIN
F. Thürlemann, 2002
ANONYME ALLEMAND XVè s
Ch. Sterling, 1969
STOCKT Vranck van der
F. Winkler, 1965
Copie d'après MEMLING Hans
E. Schenk zu Schweinsberg, 1922
MEMLING Hans
Morel D'Arleux, 1810
CAMPIN Robert
G. Hulin de Loo, 1902

TECHNIQUES :
Ebauche à la mine de plomb, plume et encre brune Note manuscrite ancienne : 'Han Memmelinck / vivait à Bruges / et estait a ce qu'on a pense / et juge par ses ouvrages / Disciple de Jean van Eyck / vivait vers l'an 1470 a 1480'.
H. 00,177m ; L. 00,235m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.6, p.1069, chap. : Ecole flamande, Carton 86. (...) Num¿ro : 8409. Nom du ma¿tre : Memmelink Hans. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er. D¿signation des sujets : La Vierge et l'Enfant Jesus adorés. Dessin à la plume et lavé. Il est attaché sur papier. Dimensions : H. 18 x L. 24cm. Origine : Idem [[ Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Observations : [Remis au Musée pour être relié] [[à l'encre]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD38

COMMENTAIRE :
Le dessin est attribué à Hans Memling par Morel d'Arleux (L.M.J. Morel d'Arleux, 'Inventaire du Musée Napoléon. Dessins.', vol. 6, Paris 1810, p. 1069). En 1902 Hulin de Loo le tient pour une oeuvre originale du Maître de Flémalle, qu'il identifie alors à Jacques Daret (G. Hulin de Loo, 'Bruges 1902. Exposition de tableaux des XIVe, XVe et XVIe siècles. Catalogue critique', Gand 1902, pp. 36-37) puis à son maître Robert Campin Cette attribution à Campin est reprise par De Coo, Châtelet et Nys (De Van Eyck à Spranger : dessins des maîtres des anciens Pays-Bas, [ex. cat., Paris, Musée du Louvre, 27 janvier - 19 avril 1971], Paris, 1971, nº 2; J. de. Coo, 'Robert Campin, weitere vernachlassigte Aspekte', dans: Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte 44 (1991), p. 97, 254; A. Châtelet, 'Robert Campin, le Maître de Flémalle', Anvers 1996, p. 208-9, 303 ; L. Nys, 'A propos d'un dessin attribué au Maitre de Flémalle, conservé au Musée du Louvre à Paris', dans : Liber amicorum Raphaël de Smedt : Miscellanea Neerlandica XXIV, Leuven 2001, pp. 47-60) Caullet l'attribue à Roger de Bruges, selon lui "le meilleur des deux Rogers" décrits par Karel van Mander dans son 'Schilder-boeck' (G. Caullet, 'A propos d'un texte d'archives appliqué à Roger de Pasture', dans : Annales de la Fédération archéologique et historique de Belgique, vol. 23, fasc. 9, 1913, p. 117). Pourtant la question demeure, Roger de Bruges et Roger van der Weyden sont-ils la même personne ? (cf. H. Miedema, 'Karel van Mander: The lives of the illustrious Netherlandish and German painters ; preceded by the lineage, circumstances and place of birth, life and works of Karel van Mander, painter and poet and likewise his death and burial', Doornspijk 1994-1999, vol. 2 (1995), p. 227). Winkler, Conway et Friedländer et de nombreux autres auteurs rapprochent le dessin du Maître de Flémalle mais y voient une copie d'après un tableau perdu du maître tenant pour acquis que le Maître de Flémalle et Robert Campin sont une même personne (F. Winkler, 'Der Meister von Flémalle und Rogier van der Weyden', Strasbourg 1913 ; M. Conway, 'The Van Eycks and their followers', Londres 1921, pp. 122-3, 142 ; M. Friedländer, 'Die altniederländische Malerei II/ Rogier van der Weyden und der Meister von Flémalle, Berlin 1924, p. 114 ; H. Fierens-Gevaert, 'Histoire de la peinture flamande des origines à la fin du XVe siècle', Paris/Bruxelles 1928, p. 22 ; Ch. De Tolnay, 'Le Maître de Flémalle et les frères Van Eyck', Bruxelles 1939, p. 60 ; L. Baldass, 'Jan van Eyck', Londres 1952, pp. 57-8 ; Th. Musper, 'Eine Madonna in Gent', dans : Bulletin des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique VI (1957), pp. 81-6 ; F. Lugt, 'Inventaire général des dessins des écoles du Nord : maîtres des anciens Pays-Bas nés avant 1550', Paris 1968, nº 17, p. 12 ; R. Terner, 'Bemerkungen zur "Madonna des Kanonikus van der Paele"', dans: Zeitschrift für Kunstgeschichte Berlin 42 (2-3/1979), p. 87 ; F. Ames-Lewis,'Fra Filippo Lippi and Flanders', dans: Zeitschrift für Kunstgeschichte. XLII/4 (1979), p. 267 ; D. Jansen, 'Der Kolner Provinzial des Minoritenordens Heinrich von Werl, der Werl-Altar und Robert Campin', dans: Wallraf Richartz Jahrbuch XLV (1984) p. 24-5; F. Arquié-Bruley (et al.), 'La collection Saint-Morys au Cabinet des dessins du Musée du Louvre', Paris 1987, nº 1 ; H. Belting et C. Kruse, 'Die Erfindung des Gemäldes. Das erste Jahrhundert der niederländischen Malerei', Munich 1994, p. 82; P. Lorentz et T. Borchert [collab.], Hans Memling au Louvre, Ex. cat. Louvre Paris 18 mai-14 aout 1995, Paris 1995, p. 40-2; F. Koreny. 'Drawings by Vrancke van der Stockt', dans: Master Drawings 41, nº 3 (2003), p. 282). Schenk zu Schweinsberg le compare à un autre dessin au Kupferstichkabinet de Berlin, selon lui exécuté par Hans Memling ou copié d'après celui-ci, et influencé par le Maître de Flémalle (E. Schenk zu Schweinsberg, 'Die Illustrationen der Chronik von Flandern - Handschrift Nr. 437 - Der Stadtbibliothek zu Brügge und ihr Verhältnis zu Hans Memling, Strasbourg 1922, p. 45-7, 74, note 6). Ring souligne une ressemblance entre la composition du dessin et celle de certains monuments funéraires sculptés à Tournai (G. Ring, 'Beitrage zur Plastik von Tournai im 15. Jahrhundert', dans : Belgische Kunstdenkmäler, T. 1, Munich 1923, pp. 283-4) suivi par Rolland qui propose d'attribuer le dessin à Jacques Daret, par comparaison avec la composition du mémorial de Jehan du Bos (+1438) et Catherine Bernard ((+1463) (P. Rolland, 'La double école de Tournai, peinture et sculpture', dans : Mélanges Hulin de Loo, Bruxelles 1931, p. 303 ; Idem, 'Quelques textes relatifs à Robert Campin', dans : Revue belge d'archéologie et d'histoire de l'art, T. 2, fasc. 1, 1932, pp. 49-53). Rolland est suivi par Frinta (M.S. Frinta, ,The Genius of Robert Campin (Studies in Art, T. 1), La Haye/Paris 1966, p. 121). Winkler propose Vranck van der Stockt comme auteur du dessin mais donne le tableau dont cette oeuvre serait une copie au Maître de Flémalle ('The Drawings of Vrancke van der Stockt', dans: Master Drawings, Vol. 3, No. 2 (été 1965), p. 155) ce qui fut repris par Ward (J.L. Ward, 'A proposed reconstruction of an altarpiece by Rogier van der Weyden', dans: The Art Bulletin, vol. 53, nº 1 (mars 1971), p. 28 et fig. 5). Thürlemann l'attribue au Maître de la Trinité de Louvain (F. Thürlemann, 'Robert Campin. Eine Monographie mit Werkkatalog', München 2002, pp. 200-2, 325-6) L'École nationale des Beaux-Arts de Paris conserve un dessin de la même composition (inv. nº 661), qui est généralement considéré comme une copie du dessin du Louvre. Charles Sterling rapproche la figure de la donatrice d'un portrait dessiné d'une femme à Dumbarton Oaks, Washington ('Études savoyardes I : Au temps du duc Amédée', dans: L'Oeil, nº 178, 1969, pp. 8-9).

INDEX :
Collections : Amateur A (Lugt) - Saint-Morys
Lieux : Paris, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Washington, Dumbarton Oaks, oeuvre en rapport
Personnes : Catherine, sainte - Erasme, saint - Roger, saint - Jésus-Christ - Vierge Marie - Blaise, saint, évêque de Sivas
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Vierge à l'Enfant
Techniques : encre brune - mine de plomb - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 8, p. 399