Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 14/04/2015 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

MAITRE DES RONDS DE COBOURG


Ecole allemande

Deux études de draperies

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 20650, Verso

Anciens numéros d'inventaire :
NIII8250
MA7751

Numéros de catalogue :
Allemands A402

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
MAITRE DES RONDS DE COBOURG
V. Thorlacius-Ussing

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME FLAMAND XVè s
J. Besancon
DURER Albrecht
Morel d'Arleux (Inv. ms.)

TECHNIQUES :
H. 00,279m ; L. 00,211m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.6, p.988, chap. : Ecole allemande, Carton 80. (...) Num¿ro : 7751. Nom du ma¿tre : Durer, Albert. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 38. D¿signation des sujets : Sur le R° et le V° plusieurs études de draperies, à la plume, lavées et rehaussées de blanc. Dimensions : H. 28 x L. 21cm. Origine : Collection nouvelle. Emplacement actuel : Calcographie du Musée Napoléon. Observations : [Remis au Musée le 16 juin 1830] [[à l'encre]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD38 Note relative ¿ la saisie informatique : Observations : la mention de remise au musée, précisée dans la notice n ° 7700, concernerait les notices n° 7700 à 7999..

COMMENTAIRE :
Considéré par Morel d'Arleux comme une œuvre de Dürer. Thorlacius-Ussing y reconnaît la main du Maître des ronds de Cobourg (1926-1928, p. 140), alors que le dessin était classé parmi les anonymes. Cette attribution est reprise par Winkler (1930, p. 152) mais contestée par Naumann (1935, ill. 102 p. 116 et p. 128) qui donne le dessin au jeune Mathis Nithart. En 1940, il affirme la relation de toutes les études de cette feuille avec la Trinité de Lyon (œuvre attribuée à Heinrich Lützelmann, entre 1480 et 1490 puis au Maître des ronds de Cobourg ; voir Lüdke dans cat. exp. Karlsruhe, 2001-2002, n° 148). Roth (1988, n° 115) réfute cette affirmation et considère que seule la draperie du registre inférieure montre des liens avec le vêtement du saint Jean dans la peinture. Pour cet auteur, il ne s'agit ni d'une copie ni d'un dessin préparatoire de ce vêtement, en raison notamment des différences dans le traitement des draperies et dans l'absence de certains détails (pied gauche de saint Jean absent du dessin, drapé au sol derrière le saint absent de la peinture, qui, si elle a été coupée, n'a pas fait disparaître autant d'éléments). Il date le dessin autour de 1490, plus précisément de la dernière décennie du XVe siècle. Bibl. : V. Thorlacius-Ussing, "Nogle aeldre tyske haandtegninger i Kobberstiksamlingen, II", dans Kunstmuseets Aarsskrift, 1926-1928 (1930), p. 140 ; Friedrich Winkler, « Skizzenbücher eines unbekannten rheinischen Meisters um 1500 », Wallraf-Richartz Jahrbuch, NF 1, 1930, p. 152 ; Hans Heinrich Naumann, "Le premier élève de Martin Schongauer : Mathis Nithart", dans Archives alsaciennes d'histoire de l'art, 1935, ill. 102 p. 116, p. 128-129 ; Hans Heinrich Naumann, « Gottes Dreifaltigkeit. Ein unbekanntes Meisterwerk aus den Strassburger Tagen des jungen Mathis Nithart", Deutscher Kulturwart, VII, 1940, p. 19, pl. VIIb (verso) ; Michael Roth, Die Zeichnungen des « Meisters der Gewandstudien », diss. Berlin 1988 (non publiée), n° 115 p. 266-270 ; Spätmittelalter am Oberrhein, cat. exp. Karlsruhe, 2001, t. 1, n° 148.

INDEX :
Collections : Saint-Morys
Lieux : Lyon, Musée des Beaux-Arts, oeuvre en rapport
Personnes : Jean, saint+
Techniques : encre brune - encre de Chine - lavis gris - rehauts de bistre - papier lavé de gris - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 8, p. 396