Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 14/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Diane sur un nuage regardant le berger Endymion endormi

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24679, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII30055
MA12650

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G725

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
Annotation "Bouchardon/école française" (Saint-Morys) en bas sur le montage à la plume et encre brune. Annotation au graphite sur la marge blanche du montage en bas à gauche "n° 12 Bouchardon". Annotation à la pierre noire en bas à gauche sur le dessin : "Bouchardon". Montage Calvière.
H. 00,340m ; L. 00,227m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1700, chap. : Ecole française, Dessins en paquets. (...) Num¿ro : 12650.Idem [[ Maîtres divers /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 11. D¿signation des sujets : Cent cartons et feuilles. 100 [[nombre de dessins qui sont dans chaque paquet]] Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
Projet pour une sculpture non exécutée, en relation avec la commande du roi pour le parc du château de Grosbois, en 1737 (La Statue équestre de Louis XV, Dessins de Bouchardon, sculpteur du Roi, dans les collection du Musée du Louvre, Paris, 1973, p. 13, n° 8). En 1735 l'administration des Bâtiments du Roi, dirigée par le duc d'Antin, décida au nom du souverain d'offrir à Germain Louis Chauvelin, garde des Sceaux et secrétaire d'État aux Affaires étrangères, deux statues pour orner le parc de son château de Grosbois. Le duc d'Antin proposa la commande aux deux artistes célèbres et prometteurs qui revenaient de Rome, Lambert Sigisbert Adam et Bouchardon. Les œuvres, en pierre de Tonnerre et de grandeur naturelle, devaient orner deux boulingrins en bas de la terrasse du château. Laissés libres du choix de leurs sujets (...)il est possible de reconnaître dans une sanguine du Louvre le premier projet de Bouchardon. L'artiste a conçu sur le papier une œuvre en ronde-bosse représentant la rencontre amoureuse de Diane et du berger Endymion. La terrasse est nettement indiquée sur le dessin, et le petit couple de Cupidon détournant l'attention du chien est prévu pour figurer sinon au revers, du moins latéralement (...)On connaît plusieurs dessins d'Edme en rapport avec ce groupe Une sanguine au Louvre, dans le même sens que la terre cuite et donc inversée par rapport à la sanguine de la collection Prat, dévoilant juste l'extrémité supérieure du socle, fut longtemps considérée comme une contre-épreuve. Après un examen récent, Juliette Trey est d'avis qu'il s'agit d'un dessin original présentant des variantes par rapport au dessin Prat. Ces sanguines sont exécutées toutes deux d'une manière très légère par Edme, surtout le jeune athlète, représenté par un fin contour sans indication de modelé (Juliette Trey, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, pp. 277-279).

INDEX :
Collections : Calvière, marquis de - Saint-Morys
Lieux : Grosbois, château, parc
Personnes : Diane - Endymion
Sujets : MYTHOLOGIES - Diane et Endymion
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 180