Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 30/06/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Le fleuve Alphée poursuivant la nymphe Aréthuse

Vers 1723/1732

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24665, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII29349
MA12643

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G731

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
Contre-épreuve de sanguine. Tache d'humidité en bas au milieu. Collé en plein sur un montage ancien : H. 0,470 ; L. 0,611, bandes de papier bleu, trait d'encadrement noir, bande blanche, trait noir, bande blanche, trait noir. Filigrane illisible (lettres, sur trois rangs, filigrane du papier de renfort).
H. 00,419m ; L. 00,557m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1699, chap. : Ecole française, Dessins en paquets. (...) Num¿ro : 12643.Idem [[ Maîtres divers /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 4. D¿signation des sujets : Cent cartons et feuilles, dont 2 cartons à deux dessins, un à trois, et deux à quatre. 110 [[nombre de dessins qui sont dans chaque paquet]]. Plus une gravure. Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
D'après Ovide, Les Métamorphoses, V, 594-604 : « Je dépose mes souples vêtements sur les branches inclinées d'un saule et je me plonge nue dans les eaux [...]. J'entends dans les profondeurs de l'onde je ne sais quel murmure ; effrayée, je prends pied sur la rive la plus voisine : "Où vas-tu si vite, Aréthuse ?" me crie Alphée du milieu de ses eaux : "Où vas-tu si vite ?" répète-t-il d'une voix rauque. Je m'enfuis telle que j'étais, sans vêtements : mes vêtements étaient restés sur la rive opposée ; il n'en est que plus acharné à me poursuivre, plus facile à vaincre. Moi, je courais ; lui, sauvagement, me serrait de près (Traduction Georges Lafaye, Paris, Belles-Lettres, 1928). » Original à rapprocher du lot no 127 de la vente Claude Guillaume de Besse (L. 3973, 12 janvier 1786) : « Un Dessin au crayon rouge, fait au premier coup ; composition de deux figures représentant une Nymphe fuyant devant un fleuve. Ce dessin sçavant est une étude très-précieuse. » Acheté par Prevost. Trémolières exécuta un tableau d'après le même sujet, mentionné dans la vente Aubert du 2 mars 1786, no 46 et aujourd'hui non localisé : « ... cette nymphe est représentée dans le moment où elle se réfugie dans les bras de Diane pour échapper aux poursuites du Fleuve, qui n'embrasse que la nue, au lieu de son Amante. [...] H. 24 pouces. Larg. 30 T. (Méjanès, dans cat. exp. Cholet, 1973, p. 79) » Le réseau de hachures inhabituel, notamment entre les jambes d'Alphée, ainsi que les extrémités très ouvertes (pieds, mains) ne nous permettent pas d'attribuer avec certitude cette feuille à Bouchardon. (J. Trey, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. Ecole française. Edme Bouchardon. 1698-1762, n°266)

INDEX :
Collections : Saint-Morys
Personnes : Diane - Alphée - Aréthuse, nymphe
Sujets : MYTHOLOGIES - Alphée poursuivant Aréthuse
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 177