Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 16/03/2017 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

DUBOIS Ambroise


Ecole des anciens Pays-Bas

Théagène et Chariclée dans la caverne de l'île des Pâtres

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 21074, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII22807
MA12584

Numéros de catalogue :
Primitifs des Pays-Bas P323

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
DUBOIS Ambroise

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME FLAMAND fin XVIè s

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis beige et brun, pierre noire, traces de sanguine, rehauts blancs au pinceau. Bord gauche déchiré irrégulièrement et bord supérieur découpé, l'un et l'autre complétés. H. 0,178 (avec le complément : 0,183) ; L. 0,271/0,282 (avec le complément : 0,291). Collé en plein sur un papier vergé (lignes de chainette horizontales). Au verso du papier de doublage, à la mine de plomb, tête-bêche, monogramme : AMBNL ( ?, entrelacées).
H. 00,178m ; L. 00,282m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; dessin dit du « Rebut » - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 - Marque du Louvre (L. 1886).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1690, chap. : Ecoles diverses, 2ème boîte. (...) Num¿ro : 12584.Inconnus. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 1er à 1097 compris [[petit trait oblique / au crayon]]. D¿signation des sujets : Dans la boite de bois n° 2, sont renfermés onze paquets de dessins dont la très majeure partie n'est partie trois mots barrés à l'encre n'est point collée ; ils sont faits de différentes manières. Chacun des dix premiers paquets en contient cent, et le onzième quatre vingt dix sept ; en tout 1097, y compris les contr'épreuves et les moindres croquis. Origine : Idem [[ Collection ancienne /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [Vu] signe de récolement barré de plusieurs traits au crayon [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sous le n° d'ordre]]. Annotations marginales sur l'inventaire : [ [[Nouveau n°]] 2] [[à l'encre / dans la marge / à gauche du n° d'ordre]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
Dominique Cordellier, dans la catalogue de l'exposition des dessins de la collection de Louis XIV (Salzbourg, 2017) a réuni les informations suivantes sur ce dessin : 'Le cycle pictural du décor de la chambre Ovale au château de Fontainebleau illustre les cinq premiers livres d'un roman du IVe siècle écrit en grec par Héliodore d'Emèse, Les Ethiopiques, qui fut traduit en français par Jacques Amyot en 1547. Cet ensemble qui relate les amours plein d'aventures, de pérégrinations et de rebondissements de la fille du roi d'Ethiopie, prêtresse de Diane, Charicléee, et d'un noble Thessalien, Théagène, a été exécuté par Ambroise Dubois vers 1610 sur ses propres dessins (Pierre Dan, Le Trésor des Merveilles de la maison royale de Fontainebleau, Paris, 1642 ; édition en fac-similé réduit dans Monographies des villes et villages de France, Paris, 1990, p.143-144 ; Abbé Pierre Guilbert, Description historique des chasteau, bourg et forest de Fontainebleau, 2 vol., Paris, 1731, t. I, p. 135-149. Sur ce décor, voir Colombe Samoyault-Verlet, « Précisions iconographiques sur trois décors de la seconde Ecole de Fontainebleau (Cabinet de Théagène, Galerie de Diane, Chapelle de la Trinité) », Actes du Colloque international sur l'Art de Fontainebleau, Fontainebleau et Paris, 18-20 octobre 1972 ; Paris, 1975, p. 241-243 ; Colombe Samoyault-Verlet, Ambroise Dubois à Fontainebleau [Le petit journal des grandes expositions, n° 170], Paris, Réunion des Musées nationaux,1987, s.p. [2-3] ; Mylène Sarant, « Ambroise Dubois et les 'Éthiopiques' d'Héliodore, à propos de grisailles inédites », La revue des musées de France, Revue du Louvre, juin 2005, n° 3, p. 56-63 ; Danièle Véron-Denise, « Le cabinet de Théagène et Chariclée », dans cat. exp. Henri IV à Fontainebleau. Un temps de splendeur, Fontainebleau, Musée national du château de Fontainebleau, 2010-2011, 2010, p. 95-99 ; Mylène Sarant, « Ambroise Dubois et les Ethiopiques d'Héliodore », Histoire de l'art, n° 46 juin 2000, p. 25-37; Magali Bélime-Droguet, « Le salon Louis XIII au château de Fontainebleau : fortune du décor d'Ambroise Dubois (1542/43 - 1614/15) », Les cahiers d'histoire de l'art, n° 12, 2014, p. 6-13). Le sujet exact de celui exposé ici a été lu de deux manières différentes : certains y ont reconnu l'épisode où les deux amoureux sont prisonniers des brigands dans l'Ile des Pâtres (Livre I, chap. 8 ; Monnier, 1965), d'autres, le moment où Théagène, libre, retrouve Chariclée toujours captive dans la caverne (Livre II, chap. 6 ; Béguin, 1966 ; Sarant, 2000). Ces deux scènes existent dans le cycle peint (Respectivement, Fontainebleau, Inv. 4154 et Inv. 4156) et toutes deux ont fait l'objet d'études qui sont parvenues jusqu'à nous (Esquisse à l'huile du premier sujet à Dresde [Kupferstich-Kabinett, Staatliche Kunstsammlungen, Inv.-Nr. C 1974-111], dessin du second au Louvre, [Collection Edmond de Rothschild ; DR3493]. Pour des scènes narrativement proches dans les grisailles du lambris bas, voir Sarant, 2005, p. 58-59, fig. 4 et 5). Mais ni dans un cas, ni dans l'autre le sujet n'est traité comme il l'est dans le dessin exposé. Dans celui-ci, qui a été rendu à Dubois par S. Béguin alors qu'il était classé avec les Anonymes flamands, seuls deux indices parlent en faveur d'une identification avec la scène où Théagène retrouve Chariclée dans la caverne : le bouclier visible à côté du héros et le cadre architectural qui peut passer pour construction souterraine et donc pour une « grotte » au sens où on l'entendait du temps de Dubois (Selon le texte, le premier épisode se déroule dans une cabane ). Cependant, dans tous les cas, pour que le sujet soit complet, il manque sans doute dans notre dessin une troisième figure, celle du Grec Cnémon, ce qui n'étonne guère puisque la feuille est déchirée sur la gauche. Les personnages que l'on voit ont, quant à eux, cet aspect mi-raide, mi flexible et ce groupement serré que l'on remarque dès certaines compositions créées par Primatice et Niccolò dell'Abate pour les embrasures des fenêtres de la Salle de Bal. Le contraste entre le héros empanaché, robuste mais délié, et l'héroïne, gracieuse mais gourmée, est en revanche un des traits caractéristiques de l'art d'Ambroise Dubois dans ses compositions profanes'. BIBLIOGRAPHIE : Sylvie Béguin, dans cat. exp. Le Seizième Siècle Européen. Peintures et Dessins dans les Collections Publiques Françaises, Paris, Petit Palais, 1965-1966, p. 91 sous n° 118 ; Geneviève Monnier, dans cat. exp. Le XVIe siècle européen : Dessins du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 20 octobre 1965 - 22 janvier 1966, n° 156, pl. XXXVIII ; Sylvie Béguin, « Dessins d'Ambroise Dubois », L'Oeil, n° 135, février 1966, p. 7-15, 67, en particulier p. 9-10, note 9 ; Frits Lugt, Musée du Louvre, Inventaire général des dessins des Ecoles du Nord, Maître des anciens Pays-Bas nés avant 1550, Paris, 1968, p. 80 n° 323, pl. 118 ; Lise Duclaux et Roseline Bacou, dans cat. exp. De Van Eyck à Spranger : dessins des maîtres des anciens Pays-Bas, 46ème exposition du Cabinet des Dessins, Paris, Musée du Louvre, 27 janvier - 19 avril 1971, n° 86 ; Sylvie Béguin, « Quelques nouveaux dessins d'Ambroise Dubois », Revue de l'art, n° 14, 1971, p. 31-38, en particulier p. 31 ; Sylvie Béguin, dans cat. exp. L'École de Fontainebleau, Paris, Grand Palais, 1972 p. 87 sous n° 87 ; Lise Duclaux, dans cat. exp. Deutsche und niederländische Zeichnungen aus der Sammlung Everhard Jabach im Musée du Louvre, Paris (Cabinet des Dessins), sous la direction d'Hella Robels, Cologne, Wallraf-Richartz-Museum, 11 avril - 1 juin 1975, n° 35 ; Arlette Sérullaz, dans cat. exp. Collections de Louis XIV : Dessins, albums, manuscrits (sous la direction de Roseline Bacou et Marie-Rose Séguy), Paris, Musée national de l'Orangerie des Tuileries, 7 octobre 1977 - 9 janvier 1978, n° 131 Sylvie Béguin, « L'art de peinture et sculpture d'Ambroise Dubois à Fontainebleau », Revue du Louvre et des Musées de France, 1979, n° 3, p. 229-233, en particulier p. 233 note 9 ; Emmanuelle Brugerolles dans cat. exp. La Renaissance et le Nouveau Monde, Québec, musée du Québec, 1984, sous n° 161 ; Dominique Cordellier, dans cat. exp. Dessins français du XVIIe siècle, 83e exposition du Cabinet des Dessins, Paris, Musée du Louvre, 26 octobre 1984 - 28 janvier 1985, p. 8 sous n° 1 ; Christopher White et Charlotte Crawley, The Dutch and Flemish Drawings of the Fifteenth to the Early Nineteenth Centuries in the Collection of Her Majesty the Queen at Windsor Castle, Cambridge, 1994, p. 128 sous n° 205 ; Emmanuelle Brugerolles et David Guillet, cat. exp. Le dessin en France au XVIe siècle. Dessins et miniatures de l'École des Beaux-Arts, exposition itinérante, Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 23 septembre - 6 novembre 1994 ; Cambridge, Fogg Art Museum, Harvard University Art Museums, 4 février - 9 avril 1995 ; New York, The Metropolitan Museum of Art, 11 septembre - 12 novembre 1995, p. 266 note 30 ; Mylène Sarant, « Ambroise Dubois et les Ethiopiques d'Héliodore », Histoire de l'art, n° 46 juin 2000, p. 25-37, en partculier p. 30, 36 note 42 ; Dominique Cordellier, dans cat. exp. Henri IV à Fontainebleau. Un temps de splendeur, Fontainebleau, Musée national du château de Fontainebleau, 2010-2011, n° 59.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Pâtres, île des, Egypte+, Fontainebleau, château, Chambre ovale, Fontainebleau, château, Chambre ovale, oeuvre en rapport, Fontainebleau, château, Cabinet de Théagène, Fontainebleau, château, Cabinet de Théagène, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, Collection Edmond de Rothschild, oeuvre en rapport, Dresde, Staatliche Kunstsammlungen, oeuvre en rapport
Personnes : Chariclée - Théagène - Héliodore+ (romancier grec) - Thyamis+ - Cnémon
Sujets : Héliodore, Les Ethiopiques - Héliodore, Théagène et Chariclée - Fontainebleau, décor du château par Ambroise Dubois
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - pinceau - rehauts de blanc - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 9, p. 61