Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 20/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Femme nue, debout, tournée à gauche le corps vu de trois quarts

Vers 1758/1762

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24451, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII15126
MA12505

LOCALISATION :
Très grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
Deux feuilles collées en plein sur une feuille de renfort.
H. 00,775m ; L. 00,457m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1549, chap. : Ecole française, Volume G. (...) Num¿ro : 12505. Nom du ma¿tre : Idem [[ Bouchardon /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 46 à 78 compris. D¿signation des sujets : Dessins à la sanguine, collés sur papier grand aigle, représentant sous différents aspects, le nu des figures de femmes destinées à soutenir le piédestal de la statue équestre de Louis XV. Origine : Idem & Donné par Mr. Girard /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40

COMMENTAIRE :
Etude pour les cariatides de la statue équestre de Louis XV. Les trente-neuf études d'après le modèle vivant pour les sculptures des cariatides, destinées à être placées aux quatre angles du piédestal de la statue équestre de Louis XV, furent exécutées plusieurs années après celles pour le cheval, entre 1758 et 1762. Comme l'a montré Édouard Kopp, le contrat avec la Ville de Paris stipulait que le travail sur le piédestal ne devait pas commencer avant que le modèle en plâtre du cheval et du cavalier ne soit achevé (...)Dessinées à la sanguine sur des feuilles de grand format souvent agrandies par des bandes de papier collées en haut ou en bas, ces études frappent par leurs qualités de naturalisme et leur refus de toute séduction. Concentré sur la représentation des muscles (...) Bouchardon a peu caractérisé les visages et ne s'est pas plus attardé sur les extrémités, mains et pieds (...)les études d'après le nu féminin sont extrêmement rares dans l'œuvre de Bouchardon (...)semble avoir fait poser le même modèle à quatre reprises, une femme à la poitrine menue et au ventre gonflé, sans doute sur une maquette à échelle réduite du piédestal. Comme à son habitude (...) On compte ainsi huit dessins pour la Justice [lettre A],neuf dessins pour la Prudence [lettre B],neuf également pour l'Amour de la paix [lettre C], et enfin, de manière exceptionnelle, treize dessins pour la Force [lettre D] (...) Le système des lettres ou symboles de raccord (A, B, C, D), fréquemment utilisé par Bouchardon pour rassembler des morceaux de feuilles à coller dans le but de former une composition, permet ici d'identifier chaque modèle. La plupart de ces feuilles ont été contreéprouvées (...)Il n'a pas non plus eu le temps de travailler les attributs, à l'exception de deux dessins pour la balance que la Justice devait tenir d'une main (...) Saisissantes par leur mise en page audacieuse, émouvantes par leur trait tremblé qui trahit la maladie, ces feuilles sont les derniers dessins de Bouchardon (Juliette Trey, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, pp. 394-401).

INDEX :
Personnes : Louis XV, roi de France
Sujets : statue équestre de Louis XV - Bouchardon, Edme, Statue équestre de Louis XV
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 147