Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/08/2017 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Une grenouille, tournée vers la gauche

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24311.BIS, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14945
MA12445

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
Sanguine. Montage Mariette. Montage commun avec le dessin INV 24311. Verso : en haut à gauche, '78 D' au graphite, '78' repris dessous à la plume et encre brune.
H. 00,150m ; L. 00,205m

HISTORIQUE :
Pierre Jean Mariette ; sa vente, Paris, 15 novembre 1775-30 janvier 1776, vraisemblablement partie du lot n° 1145 ; lot divisé en six pour la somme totale de 323 livres 57 sols - Marie-Thérèse Girard, sœur du sculpteur et son époux François ; leur fils, Louis Bonaventure Girard - don au musée du Louvre en 1808.
Dernière provenance : Girard, Louis Bonaventure
Mode d'acquisition : don
Année d'acquisition : 1808

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1543, chap. : Ecole française, Volume D. (...) Num¿ro : 12445. Nom du ma¿tre : Idem [[ Bouchardon /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 78 D. D¿signation des sujets : Sur le même carton deux dessins représentant chacun une grenouille. Dimensions : H. 14,5 x L. 20,5 cm [[le premier]] ; H. 15 x L. 20,5 cm [[le deuxième]]. Origine : Idem & Donné par Mr. Girard /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : la technique, précisée dans la notice n° 12368, concerne en fait les notices n° 12368 à 12445..

COMMENTAIRE :
A été gravé par Caylus. Il s'agit bien d'une grenouille et non d'un crapaud, comme l'indique la taille des pattes postérieures. En effet, les grenouilles possèdent des appendices plus longs que ceux des crapauds et surtout bien repliés en Z. Bouchardon aurait exécuté environ une vingtaine de sanguines d'après des animaux (...) La plupart de ces feuilles ne sont connues que par des contre-épreuves ou des mentions dans des catalogues de vente (...) Il faut y ajouter les eaux-fortes gravées par Caylus d'après des dessins perdus (...)Certaines feuilles peuvent être mises directement en relation avec des sculptures et doivent donc être considérées comme des études préparatoires. D'autres dessins, en revanche, comme le coq, pourtant très achevé, ou nos grenouilles, semblent plus difficiles à rapprocher d'une sculpture. Collectionnés par Mariette, qui les monta ensemble et les grava en reprenant une eau-forte de Caylus, ces batraciens ne semblent liés à aucun projet sculpté. Bouchardon en dessina au moins deux autres, dont les contre-épreuves sont conservées au Louvre (Juliette Trey, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, pp. 306-307). Voir aussi J. Trey, 'Inventaire général des dessins - Ecole française. Edme Bouchardon', Louvre éditions / Mare & Martin, 2016, n° 508

INDEX :
Collections : Mariette, Pierre-Jean - Girard, Louis Bonaventure
Personnes : Caylus, gravure en rapport
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 128