Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 14/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

L'âge d'Airain

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24269, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14900
MA12400

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme

TECHNIQUES :
H. 00,450m ; L. 00,297m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1538, chap. : Ecole française, Volume D. (...) Num¿ro : 12400. Nom du ma¿tre : Idem [[ Bouchardon /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 33 D. D¿signation des sujets : L'Age d'Airain. Contr'épreuve. Dimensions : H. 45 x L. 29,5cm. Origine : Idem & Donné par Mr. Girard /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : la technique, précisée dans la notice n° 12368, concerne en fait les notices n° 12368 à 12445..

COMMENTAIRE :
Contre-épreuve du dessin INV 23867. Inventaire général des dessins de l'école française, J. Guiffrey, P. Marcel, Paris, 1933, Tome I, n° 768. Mariette a indiqué sur les montages des quatre dessins que la série des Âges fut exécutée entre Rome (pour L'Âge d'or et L'Âge d'argent) et Paris (pour L'Âge d'airain et L'Âge de fer). En Italie, Bouchardon avait déjà représenté les Quatre Parties du monde, les Quatre Vents et peut-être d'autres séries encore Reprenant vraisemblablement Ovide, qui distingue les quatre âges de l'homme dans ses Métamorphoses, Bouchardon incarne chaque âge par une figure féminine assise ou agenouillée,accompagnée d'un enfant et d'attributs (...)Le filigrane de L'Âge d'airain et de L'Âge de fer, a m coeur v i m a l, s'observe également sur les dessins préparatoires à la fontaine de Grenelle, par exemple, à la fin des années 1730. La Guerre, conservée au Metropolitan Museum à New York, correspond peut-être à une première idée pour L'Âge d'airain, comme l'indiquent l'arrière-plan esquissé et l'absence de hachures dans le fond. La figure féminine, déjà accompagnée d'un enfant, présente les mêmes attributs que sur le dessin du Louvre, lance et casque orné d'une dépouille de lion. Cependant, elle est debout, dans une attitude plus dynamique. Le visage rond de l'enfant, en revanche, est très proche sur les deux compositions. La présence d'une contre-épreuve d'après L'Âge d'airain dans le fonds d'atelier de Bouchardon, légué par son neveu Louis Bonaventure Girard au Louvre, n'a rien d'exceptionnel : Bouchardon semble avoir fréquemment contre-éprouvé ses feuilles, ne serait-ce que pour éviter que la sanguine ne se décharge (...)Comme à son habitude, Bouchardon a noté lui-même, à la sanguine, au bas de chaque dessin, le nom de l'âge représenté (...)Peut-être dès son retour à Paris en novembre 1732 ou plus probablement à partir de janvier 1733, une fois installé dans son atelier au Louvre, Bouchardon a poursuivi la série et donné une suite aux deux premiers dessins qui avaient fait l'admiration des pensionnaires (Juliette Trey, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, pp. 268-271).

INDEX :
Sujets : Allégorie de l'âge d'airain
Techniques : sanguine - contre-épreuve

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 122