Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Attila entouré de figures

Vers 1723/1732

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24251, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14882
MA12382

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G478

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme
Inspiré par ALGARDI Alessandro

TECHNIQUES :
Sanguine, contre-éprouvée. Quatre bords droits, celui de gauche découpé ? Traces d'humidité en bas à droite. Verso : en haut à gauche, 15 D au graphite, 15 repris à la plume et encre brune ; traces d'un texte imprimé (à l'envers), illisible. Pas de filigrane visible.
H. 00,419m ; L. 00,264m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1536, chap. : Ecole française, Volume D. (...) Num¿ro : 12382. Nom du ma¿tre : Idem [[ Bouchardon /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 15 D. D¿signation des sujets : Le groupe représentant Attila, du bas-relief dont les deux dessins précédens font partie. Dimensions : H. 42 x L. 27cm. Origine : Idem & Donné par Mr. Girard /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : la technique, précisée dans la notice n° 12368, concerne en fait les notices n° 12368 à 12445. Voir également les notices n° 12380 et 12381..

COMMENTAIRE :
D'après La Rencontre de Léon Ier et Attila (détail de la partie droite) par Alessandro Algardi, dit L'Algarde (1598-1654), 1648, stuc, grand escalier, donné en 1659 à l'oratoire des Philippins, adjacent à Santa Maria in Valicella, Rome. Le marbre se trouve dans la chapelle de la Madone à la colonne à Saint-Pierre de Rome. Les détails des lances et des cors au-dessus de la main d'Attila, la tête du cheval derrière lui ainsi que le sol rocheux sous le pied du soldat indiquent que la copie a été exécutée d'après le modèle à grande échelle de l'oratoire des Philippins, et non d'après le marbre du Vatican (Desmas, dans cat. exp. Paris et Los Angeles, 2016-2017, n°30). Contre-épreuve à la Bibliothèque royale de Stockholm (Inv. KB P1. AF 34 f°7, voir Bjurström, 1982, cat. 814, f°7). D'après la même composition : Inv. 24249, Inv. 24250 Voir aussi : Inv. 24120, Inv. 24100, Inv. 23989, Inv. 24332, Inv. 23917, Inv. 23975, Inv. 24237, Inv. 23926, Inv. 23942 bis (J. Trey, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. Ecole française. Edme Bouchardon. 1698-1762, n°198) (...) Dans la sanguine, alors que certaines parties ne sont qu'ébauchées très sommairement, comme la main du pape à gauche et les soldats dans le fond à droite, d'autres, comme le page portant le casque et surtout Attila et la tête de son cheval, sont plus travaillées. La figure très dynamique d'Attila, tout en torsion, et qui semble sortir de l'espace du relief pour entrer dans celui du spectateur, a évidemment retenu l'attention de Bouchardon. Même si le mollet et la taille sont fortement cernés, les traits de contour du corps et des pans de draperie sont souvent discontinus, repris. Le bord frangé de la cape n'est en fait évoqué que par quelques zigzags rapides et irréguliers ici et là. Quelques rares hachures, petites et légères, permettent de rendre le modelé de la jambe, du torse et du bras. Particulièrement intéressé par les jeux d'ombres et de lumière, Bouchardon a inlassablement varié l'orientation de ses petits traits parallèles pour différencier les surfaces dans le bouillonnement du pan de la cape autour du genou droit et sur le bras gauche.Il a fait se croiser les traits et appuyé plus fortement son crayon de sanguine pour produire des zones très sombres, notamment autour de la taille d'Attila. Afin de rendre l'ombre créée par la figure en haut relief du pape, dont n'apparaît que le bras tendu à gauche sur cette feuille, l'artiste a recouvert toute la partie occupée par le page d'un fin réseau de longues diagonales tracées parallèlement de la gauche vers la droite (...)L'artiste a brillamment réussi à transcrire dans sa sanguine « l'attitude fière d'Attila » que Thomas Regnaudin recommandait d'étudier, et à lui donner, par de savants jeux de clair-obscur, la monumentalité que le traitement en fort relief lui insuffle dans l'original. (Anne-Lise Desmas, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, p. 98).

INDEX :
Lieux : Rome, San Pietro, oeuvre en rapport
Personnes : Attila - Léon Ier+
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Rencontre de Léon Ier et d'Attila - Saint Léon arrêtant Attila d'Alessandro Algardi
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 120