Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 23/07/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.
Attribué à

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Apollon et Minerve mettant les vices en fuite

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3582, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1919
MA1847

LOCALISATION :
Très grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
Attribué à PIPPI Giulio

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
PIPPI Giulio
E. Jabach

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, pierre noire, rehauts de blanc, papier lavé beige. Collé en plein.
H. 00,447m ; L. 00,671m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, II, n° 239 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953) ; marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach, acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël : 239 Hercules qui destruit le dragon à sept testes où il y a quantité de nimphes et des satires figures entieres à la plume et lavé sur du papier gris de 2 pieds 3 pouces 1/2 de long sur un pied sept pouces 1/2 de hault dudit [J. Romain]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.248, chap. : Ecole romaine, carton 13 bis. (...) Num¿ro : 1847. Nom du ma¿tre : Idem [[ Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 30. D¿signation des sujets : Dessin allégorique fait à la plume et lavé. Il représente Apollon et Minerve mettant les vices en fuite ; Hercule coupant les têtes de l'hydre, etc. Dimensions : H. 45 x L. 68cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 20francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD34

COMMENTAIRE :
Ce dessin, considéré comme un original de Giulio Romano par E. Jabach, a été classé parmi les feuilles attribuées à l'artiste par Frédéric Reiset (Inv. ms). Inspiré du tableau de Mantegna (Paris, musée du Louvre) pour le 'studiolo' d'Isabelle d'Este, mais inversé (voir W. McAllister Johnson, 'Giulio Romano's Allegory of Immortality reconsidered', The Art Quarterly, XXXII, n° 1, (1969) p. 9, 19 note 20, repr. fig. 3), ce dessin a été considéré par N. Forti Grazzini ('Disegni di Giulio Romano per gli Arazzi Estensi 1537-1543', Arte Tessile, n° 1, 1990, p. 9-21) comme un modèle pour l'une des tapisseries (perdues) commandées par Ercole II d'Este à Giulio Romano. L'artiste envoya les modèles à Ferrare entre 1537 et 1538, Dosso Dossi peignât les cartons entre 1542 et 1543 et les tapisseries furent tissés par Nicolas Karcher et Jan Rost entre la fin de cette même année 1543. Voir aussi : S. Béguin, cat. exp. Le Studiolo d'Isabella d'Este, Les dossiers du Département des Peintures 10, Paris, Musée du Louvre, 1975, p. 40 n° 120 ; S. Massari, Giulio Romano pinxit et delineavit, Opere grafiche autografe di collaborazione e bottega, cat. exp. (Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, 1993), Rome, Palombi, 1993, p. XXIV, LXV note 67 ; G. Delmarcel, 'Giulio Romanoand Tapestry at the Court of Mantua', dans 'La corte di Mantova nell'età di Andrea Mantegna : 1450-1550', actes du colloques (Londres, 6-8 mars 1992 ; Mantue, 28 mars 1992), par C. Mozzarelli, R. Oresto, L. Ventura, Rome, 1997, p. 387 ; Th. P. Campbell, 'Tapestry in the Renaissance. Art and Magnificence', cat. exp. Ney York, The Metropolitan Museum of Modern Art, 2002, p. 485-486.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Ferrare+, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Personnes : Apollon - Hercule - Minerve - Este, Isabelle d'+ - Mantegna, Andrea+ - Rost, Jean+ - Este, Ercole II d+ - Dossi, Dosso+ - Karcher, Nicolas+
Sujets : Allégorie des Vices - MYTHOLOGIES - Vices fuyant devant Apollon et Minerve - Tapisserie
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - rehauts de blanc - plume - papier lavé de beige

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 114