Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 02/08/2013 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Cheminée à manteau, soutenue par deux consoles

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3578, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII8006
MA7512

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ANONYME ITALIEN
Morel D'Arleux

PROPOSITIONS D'ATTRIBUTIONS :
PEDEMONTE Pompeo
P. Carpeggiani, 2002

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, pierre noire. Traces d'un mise au carreau à la pierre noire. traits d'encadrement à la plume et à l'encre brune. Angle supérieur gauche coupé et récollé. Annotations à la plume et à l'encre brune; dans la moitiées inférieure de la feuille, au centre : 'largo braza tri / B-3 ... / Alto braza dui onzi otto / B 2 con 8 ...'. Une autre annotation sur le pied de la cheminée : '65 ...' ; à droite : 'muro /questo un / dentro del / camino / ... / cioè el quato / sfonda in ditro / ... ... G.../ con 13 di fuoco'. Doublé.
H. 00,381m ; L. 00,378m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; dessin dit du 'Rebut' - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; marque du Louvre (L. 1886).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.5, p.956, chap. : Ecole italienne E, carton 63. (...) Num¿ro : 7512.Idem [[ Maîtres inconnus /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 507. D¿signation des sujets : Dessin à la plume, pour l'ornement d'une cheminée. Dimensions : H. 37,5 x L. 38cm. Origine : Idem & Collection ancienne /&.Prix de l'estimation de l'objet : 1francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD37

COMMENTAIRE :
Donné à Giulio Romano par F. Reiset (Inventaire manuscrit), ce dessin a été considéré par F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, Yale University Press, 1958, I, p. 168, 226, 306 n° 314, repr. vol. II fig. 485), qui a reconnu la graphie de l'artiste dans les annotations qui accompagnent les projets, comme une étude pour l'une des cheminées du Palazzo Ducale de Mantoue. En revanche, H. Burns (dans cat. exp. Giulio Romano (Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, 1 septembre -12 novembre 1989), Milan, 1989, p. 497, repr.), tout en reconnaissant l'autographie giuliesque du dessin, soutient que les écritures appartiendraient à l'un de ses collaborateurs. B. Turber ('I disegni di Pompeo Pedemonte nel Civico Gabinetto dei disegni di Milano', dans Il disegno d'Architettura, 9 avril 1994, p. 48-54) a proposé d'identifier ce collaborateur en Pompeo Pedemonte, auquel il reviendrait, selon P. Carpeggiani ('Un architetto in penombra : Pompeo Pedemonte (1515c.-1592), Catalogo dei disegni', dans 'Storia dell'architettura e dintorni dal Cinquecento al Novecento', Milan, 2002, p. 73) le dessin même. Cette attribution a été proposée aussi par G. Zavatta ('Pompeo Pedemonte, Giulio Rubone e Raffaellino da Reggio nel cantiere della Sala del Fico a Novellara, dans Orsi a Novellara : un grande manierista in una piccola corte,' actes du colloque (Novellara, Teatro della Rocca, 19-20 novembre 2011), par A. Bigi Iotti, G. Zavatta, Rimini, 2012, p. 99-101) par comparaison avec une feuille conservée à New York (Metropolitan Museum of Art, inv. 61.658.38) qui présente des motifs analogues de sphinges ailées et volutes ioniques. Cette présence de sphinges avait suggéré à C. Tellini Perina (dans Quaderni del Dipartimento di lingue e letterature neolatine, Bergame, Istituto Universitario, 1987/2, p. 95-107) d'y voir un projet pour la cheminée d'une maison de Mantoue (disparue) connue par une description anonyme du XVIIIeme siècle qui en indiquait la présence, motif relativement rare pour les cheminées. Néanmoins, S. Béguin ('Giulio Romano et l'école de Fontainebleau', dans 'Giulio Romano e l'espansione europea del Rinascimento', actes du colloque international (Mantoue, Palazzo Ducale - Teatro scientifico del Bibiena, 1-5 octobre 1989), Mantoue, 1989 [Accademia Nazionale Virgiliana], p. 52) a remarqué les sphinges sur la cheminée de la Chambre de la Reine au château de Fontainebleau, en proposant que le dessin du Louvre ait été adapté par Primatice pour le décor de cette pièce. Voir aussi : R. Bacou, dans cat. exp. Le XVIe siècle européen : Dessins du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 1965-1966, p. 97 n° 231 ; R. Bacou, cat. exp. Autour de Raphaël, Paris, Musée du Louvre, 1983-1984, p. 60 n° 66 ; L. Frank, cat. exp. L'essence de l'architecture, déduction métaphysique, Paris, musée du Louvre, 1999, n° 47.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Fontainebleau, château, Chambre de la Reine, oeuvre en rapport, Mantoue, Palazzo Ducale, oeuvre en rapport, New York, Metropolitan Museum of Art, oeuvre en rapport, Mantoue+
Personnes : primatice+
Sujets : sphinge - cheminée
Techniques : encre brune - pierre noire - mis au carreau - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 113