Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/09/2016 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

BOUCHARDON Edme


Ecole française

Homme vêtu à l'antique et deux figures sous les jambes d'un cheval

Vers 1724/1726

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 24158, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII14789
MA12289

Numéros de catalogue :
Guiffrey et Marcel G691

LOCALISATION :
Réserve des grands albums
Album Bouchardon Edme -4-
Folio 4
rapporté au recto

ATTRIBUTION ACTUELLE :
BOUCHARDON Edme
Inspiré par SANTI Raffaello

TECHNIQUES :
Sanguine. Bords découpés. Trace de pliure verticale au milieu. Papier oxydé. Trace de coup de planche avec cuvette au verso. En bas à gauche, au graphite : d'après raphael. Verso : en haut à droite, basculé sur le côté, 59 C au graphite, 59 repris à la plume et encre brune. Filigrane : fleur de lys dans un double cercle surmonté d'un V.
H. 00,435m ; L. 00,575m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.8, p.1528, chap. : Ecole française, Volume C. (...) Num¿ro : 12289. Nom du ma¿tre : Bouchardon. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 59 C. D¿signation des sujets : Héliodore renversé. Dimensions : H. 43 x L. 55cm. Origine : Donné par Mr. Girard. Emplacement actuel : Calcographie du Musée Napoléon. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD40 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : la technique, précisée dans la notice n° 12231, concerne en fait les notices n° 12231 à 12367..

COMMENTAIRE :
Les copies au Vatican purent être exécutées en 1724 ou 1726. Une lettre du 7 mars 1724 de Charles François Poerson au duc d'Antin (A. de Montaiglon et J. Guiffrey, Correspondance des Directeurs de l'Académie de France à Rome avec les surintendants des Bâtiments, vol. 6, Paris, 1887-1912, p.340) indique en effet : « Mgr del Giudice, majordhomme du Saint Père, m'a fait la grâce de m'accorder la permission de faire dessiner, dans les salles du Vatican, les beaux ouvrages de Raphaël, m'ayant accepté pour caution de la bonne et sage conduitte des srs Natoire, DeLobel, Bouchardon et Adam ». En octobre 1726, un courrier de Vleughels au duc d'Antin annonce que « Tous, excepté les architectes, ils vont à présent dessiner au Vatican d'après Raphaël (A. de Montaiglon et J. Guiffrey, Correspondance des Directeurs de l'Académie de France à Rome avec les surintendants des Bâtiments, vol. 7, Paris, 4 octobre 1726, p. 292. Voir également les lettres des 19 septembre 1726, p. 288, et 31 octobre 1726, p. 297) ». D'après Héliodore chassé du Temple (détail d'Héliodore et des figures voisines) de Raffaello Santi, dit Raphaël (1483-1520), 1511-1514, fresque, en bas à droite, Chambre d'Héliodore, musées du Vatican, Vatican. Le musée des Beaux-Arts de Rennes conserve une copie anonyme à la sanguine d'après Héliodore (H. 0,268 ; L. 0,408, inv. 794.1.3461). Œuvres en rapport avec la même composition : Inv. 24156, Inv. 24159, Inv. 24179, Inv. 24180 Voir : Inv. 24146, Inv. 24153, Inv. 24157, Inv. 24145, Inv. 24204, Inv 24346 (J. Trey, Inventaire général des dessins du musée du Louvre. Ecole française. Edme Bouchardon. 1698-1762, n°131) (...)Quatre feuilles de la main de Bouchardon conservées au Louvre sont des études de détail de la fresque représentant Héliodore chassé du Temple dans la chambre d'Héliodore, peinte par Raphaël (...) Bouchardon, dans cette feuille, s'est précisément concentré sur les figures situées dans l'angle inférieur droit de la fresque et qui représentent Héliodore et deux de ses compagnons renversés à terre sous les fers avant du cheval cabré. Cette partie de la composition est une des plus dynamiques (...) Intéressé seulement par les jambes avant de l'animal, Bouchardon n'a tracé que rapidement les postérieurs et juste le bas de la panse, laissant toute la partie supérieure gauche de son dessin en réserve. Quant au personnage à l'arrière-plan, seuls sa jambe et le haut de son bras droit sont dessinés. Son visage hurlant n'est qu'esquissé (...)Le dessin (...) montre surtout sa fascination pour la composition de ce véritable enchaînement des figures qui pivotent sur ellesmêmes et par l'agencement des bras et des jambes qui produit un effet d'enchevêtrement. L'artiste a dessiné avec une très grande maîtrise tous les membres représentés en raccourci, comme les jambes d'Héliodore ou le bras droit et la jambe gauche du compagnon situé juste derrière lui. Les contours sont définis par des traits bien marqués alors que de fines hachures modèlent en douceur les muscles de ces corps en tension. Des lignes parallèles horizontales ou en diagonale définissent le plan du sol et les ombres portées des figures, assurant un rendu efficace des volumes. Un jeu savant d'alternance entre réseaux de hachures plus ou moins denses et zones laissées en réserve met en valeur des coups de lumière très réussis, notamment sur le visage et la cuirasse d'Héliodore ou encore sur les lambrequins flottant autour de sa taille. Des zones très sombres de sanguine fortement appuyée pour marquer la bouche ouverte et les yeux écarquillés font se détacher brillamment ce personnage essentiel de toute la fresque. (Anne-Lise Desmas, Louvre, Edme Bouchardon (1698-1762). Une idée de beau, 2016, p.86).

DESCRIPTION DE L'ALBUM :
Album factice, relié de cuir vert.Etudes d'après des sculptures antiques ou religieuses. H. 0,700 ; L. 0,550.

INDEX :
Lieux : Rome, Vatican, Stanza di Eliodoro, Rome, Vatican, Stanza di Eliodoro, oeuvre en rapport
Personnes : Héliodore
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Héliodore chassé du Temple
Techniques : sanguine

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 10, p. 106