Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 27/05/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Scène de pêche

1527/1528

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3561, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1876
MA1804

LOCALISATION :
Grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun. Traces d'une mise au carreau à la pierre noire. Numérotation à la plume et à l'encre brune, en bas au centre : '69'. Annotation à la plume et à l'encre brune, en bas au centre, presque illisible : '[Giulio Ro]mano' . Doublé. Restauré en 2003.
H. 00,263m ; L. 00,430m

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.242, chap. : Ecole romaine, carton 13 bis. (...) Num¿ro : 1804. Nom du ma¿tre : Idem [[ Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 9. D¿signation des sujets : Des pêcheurs. Dessin à la plume, lavé au bistre. Il a été peint à fresque au rez-de-chaussée du palais du T à Mantoue. Ce dessin a été exposé en l'an cinq sous le n° 82. En l'an cinq, sous le n° 82. En l'an dix sous le n° 150. Et en 1811 sous le n° 176. mention d'exposition barrée au crayon Dimensions : H. 27 x L. 43cm. Origine : Idem & Collection ancienne /& [et de Mariette] [[à l'encre]].Prix de l'estimation de l'objet : 1500francs. Emplacement actuel : Idem & Galerie d'Apollon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sous le n° Morel d'Arleux]]. Cote : 1DD34 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : "en l'an cinq sous le n° 82" mentionné deux fois..

COMMENTAIRE :
Traditionnellement donné à Giulio Romano, ce dessin est préparatoire à un des seize médaillons de la Sala dei Venti du Palazzo Te, à Mantoue (repr. dans A. Belluzzi, 'Palazzo, Te a Mantova / The Palazzo Te in Mantua', photographies de G. Sgrilli, Modène, 1998, 2 vol. (Mirabilia Italiae, 8), II, p. 304-307). Chambre privée de Federico II Gonzaga, cette pièce fut décorée de stucs et de peintures entre 1527 et 1528 par Agostino da Mozzanica, Anselmo Guazzi, Benedetto Pagni, Girolamo da Treviso et Rinaldo Mantovano à partir de dessins de Giulio. La salle doit son nom aux douze mascarons des vents, en stuc imitant le bronze doré, séparant la voûte céleste - avec les dieux de l'Olympe, les personnifications des mois et les signes du zodiaque - du monde terrestre, évoqué par les scènes peintes dans les médaillons. Disposées en frise, ces scènes illustrent l'influence des astres sur les activités humaines. Le programme décoratif de la salle est bien expliqué par une inscription, au-dessus d'une porte, qui affirme que le destin de l'homme dépend de l'influence des astres au moment de sa naissance : « Distat enim quae sydera te excipiant » (« Il y a une différence, en effet, selon les étoiles qui t'accueillent »). Sa lecture a donné lieu à de passionnantes interprétations, qui ont éclairé la signification astrologique de l'ensemble et son rapport avec deux traités antiques, le 'Mathesis, VIII' de Firmico Materno et l'Astronomicon, V' de Marco Manilio (E. H. Gombrich, « The Sala dei Venti in the Palazzo del Te », dans 'Journal of the Warburg and Courtauld Institutes', XIII (1950), 3/4, p. 189-201; K. Lippincott, « The Astrological Decoration of the Sala dei Venti in the Palazzo del Te », dans 'Journal of the Warburg and Courtauld Institutes', XLVII (1984), p. 216-222 ; R. Signorini, 'Distat enim quae sydera te excipiant. Sorti degli uomini nella « camera delli Pianetti et Venti » della villa del Te', Mantoue, 2000 ; R. Signorini, 'Il Palazzo Te e la Camera di Psiche : miti e altre fantasie e storie antiche nella villa di Federico II Gonzaga ideata da Giulio Romano a Mantova', Mantoue, 2001, p. 27-31). Ce dessin est préparatoire au médaillon représentant une pêche au filet, peint à l'extrême gauche du mur nord à côté d'une scène de chasse (repr. dans A. Belluzzi, 'Palazzo, Te a Mantova / The Palazzo Te in Mantua', photographies de G. Sgrilli, Modène, 1998, 2 vol. (Mirabilia Italiae, 8), II, p. 317 fig. 582). Selon le 'Mathesis, VIII' de Firmico Materno, les pêcheurs et les chasseurs naissent sous l'influence de la constellation d'Orion, ainsi nommée par les Grecs en hommage à ce chasseur réputé, fils de Poséidon, dieu de la Mer. La scène a été peinte en sens inverse, en adaptant le format rectangulaire de la feuille à l'ovale du médaillon, ce qui a entraîné la perte ou la modification de certains détails et de certaines figures aux bords de la composition. Le réalisme de la scène, rendu à travers des traits libres à la plume, et l'évocation très moderne du paysage, par de larges couches de lavis en aplat, font de ce dessin, au rythme doucement ondoyant, une pièce d'exception, très tôt appréciée par les collectionneurs français des XVIIe et XVIIIe siècles. Everhard Jabach fit graver la composition (B. Py, 'Everhard Jabach collectionneur (1618-1695), les dessins de l'inventaire de 1695', Paris, 2001, p. 319-320) ; il en possédait aussi une copie, qu'il vendit au roi en 1671 (Inv. 3760). Pierre Crozat en inclut une reproduction gravée dans son Recueil (S. Massari, cat. exp. Giulio Romano pinxit et delineavit, Opere grafiche autografe di collaborazione e bottega, Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, 1993, p. 304-305 nº 299) et Pierre-Jean Mariette conserva l'original encadré dans son cabinet. Le Louvre conserve aussi une autre copie d'après la composition, l'inventaire RF 41926. Voir aussi les feuilles du Louvre INV 3525, INV 3560, 3562, 3567 préparatoires à d'autres médaillons de la salle. Bibliographie : 'Notice des Dessins, Peintures, Emaux et terre cuites émaillées exposés au Musée Royal, dans la Galerie d'Apollon', Paris, 1820, p. 93 n° 198 ; G. Rouchès, cat. exp. Exposition de dessins italiens XIVe, XVe et XVIe, Paris, Orangerie, 1931, p. 34 n° 56 ; F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 85, 115, 296 n° 150, repr. vol. II fig. 215 ; A. Forlani Tempesti, « Impressioni su alcune mostre a Parigi: l'eccezionale risalto dat alle opere grafiche », dans 'Antichità Viva', IV (1965), 5/6, repr. fig. 22 ; R. Bacou, dans cat. exp. Le XVIe siècle européen : Dessins du Louvre, Paris, Musée du Louvre, 1965-1966, p. 54-55 n° 118 ; R. Bacou, cat. exp. Le cabinet d'un grand amateur P. J. Mariette (1694-1774) : Dessins du XVe siècle au XVIIIe siècle, Paris, Musée du Louvre, 1967, n° 67 ; F. Viatte, dans cat. exp. Il Paesaggio nel disegno del Cinquecento europeo, par R. Bacou, F. Viatte, L. Bianchi, M. Catelli-Isola, Rome, Académie de France à Rome, 1972-1973, p. 73-74 n° 47, repr. ; R. Bacou, F. Viatte, cat. exp. Dessins italiens de la Renaissance, Paris, Musée du Louvre, 1975, n° 23 ; R. Bacou, F. Viatte, cat. exp. Italian Renaissance Drawings from the Musée du Louvre, Paris: Roman, Tuscan and Emilian schools, 1500-1575, New-York, Metropolitan Museum of Art, 1974-1975, n° 23 ; E. Verheyen, 'The Palazzo del Te in Mantua, Images of Love and Politics', Baltimore et Londres, 1977, p. 119-120. R. Bacou, « Everard Jabach : dessins de la seconde collection », dans 'Revue de l'Art', XL/XLI (1978), p. 148 ; R. Bacou, cat. exp. Autour de Raphaël, Paris, Musée du Louvre, 1983-1984, n° 42. A. Sérullaz, cat. exp. L'An V : dessins des grands maîtres, Paris, Musée du Louvre, 1988, n°15 ; K. Oberhuber, dans cat. exp. Giulio Romano, Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, Palazzo Ducale, 1989, textes de E. H. Gombrich, M. Tafuri, S. Ferino Pagden et al., p. 157, 356, repr. p. 164 ; F. Pedrocco, dans 'La grande avventura del disegno italiano', introduction par T. Pignatti, catalogue par F. Pedrocco, Cinisello Balsamo, 1991, n° 51; S. Massari, cat. exp. Giulio Romano pinxit et delineavit, Opere grafiche autografe di collaborazione e bottega, Rome, Palazzo della Farnesina, 1993, p. XXXV, XLIX, p. LXVI note 121, p. LXVIII note 187, p. 304-305 sous n° 299, repr. [notice rédigée par P. Coccia] ; A. Belluzzi, 'Palazzo, Te a Mantova / The Palazzo Te in Mantua', photographies de G. Sgrilli, Modène, 1998, 2 vol. (Mirabilia Italiae, 8), I, p. 154, 157, 402 sous n° 582, rep. P. 401 fig. 265 ; Cat. exp. Master Drawings from the Hermitage and Pushkin Museums, New-York, Pierpont Morgan Library, 1998-1999, p. 16 sous n° 8. B. Py, 'Everhard Jabach collectionneur (1618-1695), Les dessins de l'inventaire de 1695', Paris, 2001, p. 319, repr. L. Boubli, cat. exp. Savoir faire, la variante dans le dessin italien au XVIe siècle, Paris, Musée du Louvre, 2003, p. 121 n° 68. L. Aldovini, dans cat. exp. Primatice, maître de Fontainebleau, par D. Cordellier, B. Py, Paris, Musée du Louvre, 2004-2005, p. 276, p. 277 sous note 17 ; 'L. Boubli, 'L'atelier du dessin italien à la Renaissance: Variante et variation', dans 'Master Drawings', XLIII (2005), 3, p. 385, 386 note 6 [compte rendu par N. E. Serebrennikov] ; L. Angelucci, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par L. Angelucci et R. Serra, n° 19.

INDEX :
Collections : Crozat, Pierre - Jabach, Everhard - Mariette, Pierre-Jean
Lieux : Mantoue, Palazzo Te, Sala dei Venti, oeuvre en rapport, Olympe+, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Personnes : Poséidon+ - Gonzaga, Federico II+ - Mantovano, Rinaldo+ - Guazzi, Anselmo+ - Mozzanica, Agostino da+ - Pagni, Benedetto+ - Treviso, Girolamo da+ - Orion+
Sujets : Pêche - Mathesis VIII, de Firmico Materno - Astronomicon V, de Marco Manilio
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - mise au carreau - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 110