Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 23/07/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Femme allongée auprès d'un bateau et d'une rame, au pied d'un autel

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3512, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1958
MA1886

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
PIPPI Giulio
E. Jabach

TECHNIQUES :
Plume et encre brune.
H. 00,145m ; L. 00,263m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; dessins d'ordonnance ayant perdu son montage à bandes dorées ; Inventaire Jabach, II, n° 609 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe des dessins remontés (L. 2961) ; marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin probablement issu de l'ensemble des dessins dits d'ordonnance collés et dorés de la collection d'Everhard Jabach acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin ne présente aucun des signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement des dessins Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. Sa présence dans les collections royales à la date de 1752 est attestée par le paraphe de Jean-Charles Garnier d'Isle, contrôleur des Bâtiments du roi, apposé lors du récolement effectué en 1752 [L. 2961]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage telles qu'on peut les restituer sont en accord avec la description donnée par l'une des notices de l'inventaire établi par Jabach en 1671. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël : 609 Une femme que l'on void par deriere à demy nue figure entiere à la plume sur du papier blanc de 12 pouces 1/2 de long sur 8 pouces de hault dudit [J. Romano]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.253, chap. : Ecole romaine, carton 14. (...) Num¿ro : 1886. Nom du ma¿tre : Idem [[ Pippi, Giulio (dit Jules Romain) /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 56. D¿signation des sujets : L'Espérance sous la figure d'une femme couchée et s'appuyant sur une barque. Dessin à la plume. Il a été exposé en l'an cinq sous le n° mention d'exposition barrée Dimensions : H. 15 x L. 26,5cm. Origine : Collection ancienne.Prix de l'estimation de l'objet : 30francs. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon /&. Observations : Idem & [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié] [[à l'encre]] ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD34

COMMENTAIRE :
Le modèle d'inspiration de cette figure allongée est à retrouver, selon P. Coccia (dans S. Massari, 'Giulio Romano pinxit et delineavit, Opere grafiche autografe di collaborazione e bottega', cat. exp. Rome, Palazzo della Farnesina, 1993, p. 306 nº 300), dans deux statues antiques romaine : notamment une Nymphe endormie (IIe siècle après J.-C), présentant un drapé similaire, aujourd'hui perdue, mais connue par une réplique au Vatican (repr. dans Ph. P. Bober et R. Rubinstein, 'Renaissance Artists & Antique Sculpture : a Handbook of sources', Londres, 1986, nº 62) et dans 'l'Ariane endormie' (IIe siècle après J.-C), acquise sous la papauté de Jules II et utilisée pour une fontaine dans le jardin du Belvédère, au Vatican. Selon R. Serra (dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par Laura Angelucci et Roberta Serra, n° 9) cette étude, qui montre une vraie assimilation du vocabulaire antique, pourrait dater vers 1524, au moment du départ de Giulio Romano pour Mantoue, et non de 1528 comme proposé par F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, Yale University Press, 1958, I, p. 307 n° 346). D'ailleurs, la pose de la figure rappelle un personnage allongé, vu de dos, dans l'un des stucs hexagonaux de l'exèdre de la travée sud-ouest de la loggia de la villa Madama, à Rome (R Serra, op. cit.). Le dessin a été gravé à l'eau-forte, en sens inverse, par Caylus (P. Coccia, 1993, op. cit.). Le Louvre conserve la contre-épreuve du dessin (INV 3763). Bibliographie : - F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, Yale University Press, 1958, I, p. 307 n° 346 ; - R. Bacou, cat. exp. Autour de Raphaël, Paris, Musée du Louvre, 1983-1984, p. 145 n° 70 ; - S. Giordano, 'Una nuova lettura dell'allegorismo cinquecentesco, «Igne natura renovatur integra : dal chaos alla rendenzione' in 'Giulio Romano', Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, anno CDIV (2007), serie IX, Volume XXI, fascicolo 2, p. 705 note 60, repr. fig. 60 ; - R. Serra, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par Laura Angelucci et Roberta Serra, p. 67-68 n° 9.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Rome, Vatican, Cortile del Belvedere, oeuvre en rapport, Mantoue+, Rome, Villa Madame, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport
Personnes : Jules II, pape+ - Caylus, comte de+
Sujets : allégorie - Allégorie de l'Espérance - nymphe
Techniques : encre brune - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 101