Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 23/07/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Bacchanale

Vers 1527

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3509, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII1894
MA1822

LOCALISATION :
Très grand format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
PIPPI Giulio
E. Jabach

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, pierre noire, sur deux feuillets de papier beige collés ensemble. Quelques traits verticaux et horizontaux à la pierre noire (trace d'une mise au carreau ?). Piqué pour le report. Complété et réintégré à plusieurs endroits. Collé en plein.
H. 00,491m ; L. 00,692m

HISTORIQUE :
E. Jabach (L. 2959) ; montage à bande dorée des dessins d'ordonnance ; Inventaire Jabach, II, n° 237 (Giulio Romano) - Entré dans le Cabinet du Roi en 1671 ; paraphe de J. Prioult (L. 2953), ), marques de la Commission du Museum (L. 1899) et du Conservatoire (L. 2207).
Dernière provenance : Jabach, Everhard
Mode d'acquisition : acquis pour le Cabinet du roi
Année d'acquisition : 1671

INVENTAIRE JABACH :
Dessin dit d'ordonnance collé et doré de la collection d'Everhard Jabach, acquis pour le roi en 1671 A. Critères de l'identification Le dessin a conservé tous les signes attestant sa provenance et son acquisition en 1671 : - montage Jabach ivoire à large bande d'or fin ; - numéro d'inventaire Jabach à la sanguine, au verso du montage ; - paraphe Jabach à l'encre brune [L. 2959], au verso du montage ; - marques, au verso du montage, du récolement du fonds Jabach effectué en 1690 par Jean Prioult, commissaire-enquêteur au Châtelet de Paris, à la suite du décès de Charles Le Brun, premier peintre du roi, directeur et garde général du Cabinet des tableaux et dessins : - transcription en toutes lettres du numéro d'inventaire Jabach ; - paraphe Prioult [L. 2953]. L'iconographie, la technique et les dimensions du montage sont en accord avec la description donnée par la notice de l'inventaire Jabach correspondant au numéro d'inventaire à la sanguine. B. Notice de l'Inventaire Jabach, février 1671. Mise au net. Paris, Bibliothèque nationale de France, Manuscrit français 869 Desseins d'ordonnances de l'escolle de Raphaël : 237 Baccante qui dance où il y a six figures à la plume et lavé sur du papier blanc de 2 pieds 4 pouces 1/2 de long sur 21 pouces de hault dudit [J. Romain]
INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.2, p.245, chap. : Ecole romaine, carton 13 bis. (...) Num¿ro : 1822. Nom du ma¿tre : Pippi, Giulio (dit Jules Romain). Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 21 A. D¿signation des sujets : Un faune fait danser deux nymphes au son de deux flûtes. Dessin à la plume et lavé. Dimensions : H. 49,5 x L. 70cm. Origine : Collection ancienne.Prix de l'estimation de l'objet : 80francs. Emplacement actuel : Calcographie du Musée Napoléon. Observations : [Remis le 27 décembre 1828 pour être relié] [[à l'encre]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]] [[trait oblique / au crayon / sur le n° d'ordre]]. Cote : 1DD34 Note relative ¿ la saisie informatique : Désignation des sujets : l'iconographie et la technique, précisées dans la notice n° 1822, concernent en fait les deux notices n° 1822 et 1823..

COMMENTAIRE :
Traditionnelleent donné à Giulio Romano, ce dessin est le carton préparatoire à l'une des huit scènes mythologiques peintes dans la Sala delle Metamorfosi, ou Sala di Ovidio, au Palazzo Te, à Mantoue (repr. dans A. Belluzzi, 'Palazzo, Te a Mantova / The Palazzo Te in Mantua', photographies de G. Sgrilli, Modène, 1998, 2 vol. (Mirabilia Italiae, 8), II, p. 96 fig. 110). La décoration de cette pièce, appelée « camarino » en raison de ses modestes dimensions, fut terminée le 15 octobre 1527, quand les peintres Anselmo Guazzi et Agostino da Mozzanica furent payés pour le décor du plafond et de la frise « avec des figures colorées et des paysages » ('Giulio Romano. Repertorio di fonti documentarie', par Daniela Ferrari, avec une introduction d'Amedeo Belluzzi, 2 vol., Mantoue, 1992, I, p. 232-233). Cette frise, de goût antiquisant, peinte en haut des parois, comporte une alternance de scènes mythologiques et de paysages imaginaires insérés dans un cadre architectural peint. On connaît les cartons pour sept des huit peintures historiées : cinq sont conservés au Louvre (celui-ci et INV 3487, 3488, 3498 et 3508), un à Vienne (Graphische Sammlung Albertina, inv. 14192) et un autre à Chatsworth (Devonshire Collection, inv. 85). De technique analogue, ces études présentent parfois des traces de piquetage et/ou d'incision pour le transfert du dessin. Comme l'a fait remarquer T. Yuen (« Giulio Romano, Giovanni da Udine and Raphael: some Influences from the Minor Arts of Antiquity », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XLII (1979), p. 269), plusieurs figures dessinées sur cette feuille sont reprises de terrecuites antiques provenant de la collection Campana : le satyre jouant de la double flute s'impire du bacchant musicien au centre d'une plaque au Louvre (inv. Cp 3894), les ménades dansant, à droite de la feuille sont empruntées d'une terrecuite au British Museum (inv. 1805,0703.321 ; repr. dans Ibidem, pl. 61 b). On connait deux copies du dessin, une conservée au Louvre (INV 3651), l'autre au Musée des beaux-Arts de Dijon (INV T 73 ; M. Guillaume, 'Collections du musée des Beaux-Arts de Dijon. Catalogue des dessins italiens', Dijon, 2004, p. 325 n° 608, repr.). BIBIOGRAPHIE : F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, 1958, I, p. 112, 296 n° 146 ; E. A. Standen, « The Sujets de la Fable. Gobelins Tapestries », dans The Art Bulletin, XLVI (1964), 2 (juin), p. 156 ; W. McAllister Johnson, « Les débuts de Primatice à Fontainebleau », dans Revue de l'Art, (1969), 6, p. 12 et note 25, repr. fig. 18 ; E. Verheyen, 'The Palazzo del Te in Mantua, Images of Love and Politics', Baltimore et Londres, 1977, p. 111 ; T. Yuen, « Giulio Romano, Giovanni da Udine and Raphael: some Influences from the Minor Arts of Antiquity », dans Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, XLII (1979), p. 269 et sous note 28 ; A.Belluzzi, 'Palazzo, Te a Mantova / The Palazzo Te in Mantua', photographies de G. Sgrilli, Modène, 1998, 2 vol. (Mirabilia Italiae, 8), I, p. 180, 346, 347-348, repr. fig. 185 ; M. Guillaume, 'Collections du musée des Beaux-Arts de Dijon. Catalogue des dessins italiens', Dijon, 2004, p. 325 sous n° 608 (erronément indiqué comme INV 2509) ; L. Angelucci, dans 'Giulio Romano', Cabinet des dessins, musée du Louvre-Le Passage Paris-New York éditions, Paris, 2012, par L. Angelucci et R. Serra, p. 11, p. 68 sous n° 10.

INDEX :
Collections : Jabach, Everhard - Cabinet du Roi
Lieux : Chatsworth, Duke of Devonshire Collection, oeuvre en rapport, Londres, British Museum, oeuvre en rapport, Dijon, Musée des Beaux-Arts, oeuvre en rapport, Vienne, Albertina, Graphische Sammlung, oeuvre en rapport, Paris, Musée du Louvre, oeuvre en rapport, Mantoue, Palazzo Te, Camera di Ovidio, oeuvre en rapport, Mantoue, Palazzo Te, Sala delle Metamorfosi, oeuvre en rapport
Personnes : Campana, collection particulière, oeuvre en rapport - Guazzi, Anselmo+ - Mozzanica, Agostino da+
Sujets : bacchanale - satyre - MYTHOLOGIES - ménade
Techniques : encre brune - lavis brun - papier beige - pierre noire - piqué pour le report - mise au carreau - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 100