Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 07/04/2014 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

PIPPI Giulio


Ecole romaine et ombrienne

Sainte Madeleine couchée à terre, les cheveux épars, lisant

INVENTAIRES ET CATALOGUES :
Cabinet des dessins
Fonds des dessins et miniatures
INV 3472, Recto

Anciens numéros d'inventaire :
NIII25771
MA12608

LOCALISATION :
Petit format

ATTRIBUTION ACTUELLE :
PIPPI Giulio

ANCIENNES ATTRIBUTIONS :
ROSSO FIORENTINO
note manuscrite ancienne

TECHNIQUES :
Plume et encre brune, lavis brun, stylet. Mise au carreau à la pierre noire. Annotation à la plume et à l'encre brune, en bas à gauche : 'Ju[les] Romain. [...] ; et d'une autre écriture : '.Rosso'. Dans la moitié inférieure de la feuille, au centre, à la plume et à l'encre brune : '2i' (ou 'Li'). Doublé.
H. 00,192m ; L. 00,358m

HISTORIQUE :
Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de Saint Morys - Saisie des biens des Émigrés en 1793, remise au Museum en 1796-1797 ; marque du Louvre (L. 1886).
Dernière provenance : Saint-Morys, Ch.-P.-J.-B. de Bourgevin Vialart de
Mode d'acquisition : Saisie des Emigrés
Année d'acquisition : 1793

INVENTAIRE DU MUSEE NAPOLEON :
Inventaire du Mus¿e Napol¿on. Dessins. Vol.9, p.1695, chap. : Ecole italienne, Dessins en paquets. (...) Num¿ro : 12608.Idem [[ Maîtres divers /&. Num¿ro d'ordre dans l'oeuvre du ma¿tre : 22. D¿signation des sujets : Cent cartons et feuilles, dont trois cartons à deux dessins. 103 [[nombre de dessins qui sont dans chaque paquet]] [Numéroté 90 dessins le 11 septembre 1851] [[à l'encre]] Origine : Idem & Collection nouvelle /&. Emplacement actuel : Idem & Calcographie du Musée Napoléon ]]. Signe de recollement : [Vu] [[au crayon]]. Cote : 1DD41

COMMENTAIRE :
L'ancienne attribution à Giulio Romano, annotée au recto, mais raturée et corrigée pour le nom de Rosso fiorentino, a été confirmée par F. Reiset (Inv. ms) qui a classé la feuille parmi les originaux de l'artiste. F. Hartt ('Giulio Romano', 2 vol., New Haven, Yale University Press, 1958, I, p. 235, 251, 307 n° 353) a suggéré d'y voir une œuvre tardive de la production de l'artiste, réalisée après 1540. En revanche, G. Ghiraldi ('Il mito della Maddalena leggente ...', 1998, p. 110) a anticipé la datation vers 1527 en supposant que cette oeuvre pouvait avoir inspiré Correggio pour la réalisation de sa 'Madeleine lisant', composition perdue mais connue par le biais de plusieurs copies plus tardives. Bibliographie : - F. Hartt, 'Giulio Romano', 2 vol., New Haven, Yale University Press, 1958, I, p. 235, 251, 307 n° 353, repr. vol. II fig. 512 ; - G. Ghiraldi, 'Il mito della Maddalena leggente del Correggio nella storia delle Collezioni Estensi, dans Sovrane passioni. Le raccolte d'arte della Ducale Galleria Estense', par J. Bentini, cat. exp. Modène, Galleria Estense, 1998, p. 110 ; - K. Oberhuber, dans cat. exp. Giulio Romano (Mantoue, Museo Civico Palazzo Te, 1 septembre -12 novembre 1989), Milan, 1989, p. 428 ; - M. Spagnolo, « Correggio's "Reclining Magdalen". Isabella d'Este and the cult of St Mary Magdalen », Apollo, CLVII (2003), 496 (juin), p. 37, repr. p. 38 fig. 2.

INDEX :
Collections : Saint-Morys
Personnes : Marie Madeleine, sainte - Correggio+
Sujets : ICONOGRAPHIE RELIGIEUSE - Sainte Madeleine lisant
Techniques : encre brune - lavis brun - pierre noire - mis au carreau - stylet - plume

REFERENCE DE L'INVENTAIRE MANUSCRIT :
vol. 2, p. 93