Inventaire du département desArts graphiques Musée du Louvre
Mise à jour de la fiche 22/01/2013 Attention, le contenu de cette fiche ne reflète pas nécessairement le dernier état du savoir.

ECOLE DE WURZBURG XIe SIECLE


Ecole allemande
Vers 1025/1050


BIOGRAPHIE :
'La naissance et le développement de la miniature ottonienne sont marqués par des emprunts à l'art carolingien, qui a laissé son empreinte sur le style de certains centres et aires de production. Parfois il s'agit de manuscrits identifiables : à Reichenau, où l'on connaissait le célèbre Évangéliaire de Lorsch (Alba Iulia, Biblioteca Documentara Batthyaneum, R. II. 1 ; Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Pal. lat. 50), et à Fulda, on est frappé par le rôle décisif que jouèrent des oeuvres de l'école de la cour de Charlemagne ; à Corvey, par celui de l'évangéliaire franco-saxon de Prague (Archiv Pražskeho hradu [Knihovna metropolitini kapitoly], Cim. 2) ; à Ratisbonne, par celui du Codex Aureus de l'école de la cour de Charles le Chauve (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Clm 14000). Wurzburg s'insère également dans ce contexte, et témoigne du rôle joué par un manuscrit carolingien de Fulda datant de l'époque de Raban Maur (Würzburg, Universitatsbibliothek, Cod. M. p. th. f. 66) - lui-même élaboré à partir d'un évangéliaire plus ancien de l'école de la cour de Charlemagne - et offert à saint Kilian par l'évêque Henri de Würzburg (995-1018). Ce manuscrit inspira en effet la décoration de deux évangéliaires : le Cod. M. p. th. q. 4 de l'Universitatsbibliothek de Würzburg et celui dont proviennent les miniatures du Louvre ; il faut peut-être leur ajouter une feuille appartenant à une collection particulière, passée à Londres en vue d'une vente possible chez Sotheby's, et qui contient les deux premières tables des canons d'un évangéliaire. En dehors de ces oeuvres conçues sur le modèle de l'évangéliaire carolingien de Fulda, nos connaissances sur la production de manuscrits vraisemblablement décorés à Würzburg à l'époque ottonienne sont assez limitées, alors que des documents attestent l'intense et productive activité graphique du scriptorium épiscopal. Des initiales ornées apparaissent sur divers manuscrits exécutés à Würzburg à l'époque ottonienne : le Reg. lat. 5 de la Biblioteca Apostolica Vaticana, les fragments du M. p. th. f. 79 de l'Universitatsbibliothek de Wurzburg et du Clm 29350/1 de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich, le Cod. 338 de la Stiftsbibliothek d'Einsiedeln et le Hr 4, 16c du Staatsarchiv de Marburg. Cependant, en ce qui concerne la production de luxe, il existe des rapports significatifs avec Fulda, dont témoigne le sacramentaire (ms. CLXXXI/38) de la Biblioteca Capitolare de Vercelli, réalisé à Fulda à la fin du Xe siècle. Sur l'historique de ce manuscrit avant son arrivée dans le Piémont, au cours du XIe siècle, on dispose d'informations détaillées grâce aux ajouts contemporains de sa réalisation ou de peu postérieurs : une note finale (f. 144) indique que le sacramentaire, écrit à l'usage liturgique du monastère, fut cédé en prêt viager par Erkenbald, abbé de Fulda (997-1011), puis archevêque de Mayence (1011-1021), à Henri, évêque de Würzburg. Le lectionnaire plénier (Cod. M. p. th. q. 5) de l'Universitatsbibliothek de Würzburg remonte quant à lui à une date légèrement postérieure au milieu du XIe siècle et reflète la production tardive de Reichenau, regroupée autour de l'évangéliaire de Berlin (Staatliche Museen, Kupferstichkabinett, 78 A 2) ; on pourrait reconnaitre dans le lectionnaire - où l'importance donnée à la fête de saint Kilian montre à l'évidence qu'il était destiné à l'église de Würzburg - l'écriture d'une main principale locale, ce qui ouvrirait la voie à l'hypothèse selon laquelle l'oeuvre aurait été réalisée durant le troisième quart du XIe siècle par un artiste de Reichenau actif à Würzburg. Une écriture que l'on peut elle aussi rattacher à Würzburg apparait également dans l'évangéliaire de Baltimore (Walters Art Gallery, W. 7), qui date de la même époque et qui se rattache à la même phase de l'évolution de la miniature de Reichenau. On voit ainsi apparaitre le rapport entre Würzburg et la scène complexe de la miniature ottonienne tardive de Reichenau' - Fabrizio Crivello, dans 'Les enluminures du Louvre, moyen âge et Renaissance', catalogue raisonné sous la direction scientifique de François Avril, Nicole Reynaud et Dominique Cordellier, assistés de Laura Angelucci et Roberta Serra, Paris, 2011, p. 23.


SYNONYMES :
Anonyme allemand XIe siècle
Anonyme ottonien
Ecole allemande XIe siècle